can-2023-ads.jpg

Flash Info

  • 27/02/2024Football-Afrique : L'arbitre marocain, Redouane Jiyed est suspendu à vie par la CAF pour avoir refusé d'arbitrer la petite finale de la CAN 2023 (Presse marocaine)
  • 27/02/2024Football-Eléphants : Emerse Faé ferme la porte à Tiémoué Bakayoko
  • 27/02/2024Football-Distinction : Sébastien Haller est nominé pour le prix Laureus World du Come-back de l'année
  • 27/02/2024Football-13e Jeux Africains : Natacha Akissi Konan, seule arbitre ivoirienne sélectionnée
  • 26/02/2024JO Paris 2024-Taekwondo : Après Cissé Cheick Sallah et Ruth Gbagbi, Astan Bathily a validé son billet pour la compétition
  • 26/02/2024 Football-Ligue 1 : 25 buts ont été marquées en 7 matches pour la reprise du championnat le week-end écoulé

Le sport chez l'enfant, l'adolescent et l'adulte

Autres Sports

Le sport chez l'enfant, l'adolescent et l'adulte

17 March 2006 0
Le sport chez l'enfant, l'adolescent et l'adulte

Les enfants  (avant 12 ans)
Ces premi?res s?ances sont souvent une v?ritable d?couverte de l?activit?. En effet, ce n?est pas toujours en connaissance de cause que l?enfant s?inscrit en club. Dans ce cas, il a ?t? influenc? par autrui (copains, parents, h?ros sportifs) et sa motivation est d?ordre extrins?que. Il faut alors pour ?viter une certaine d?sillusion du pratiquant proposer en priorit? des exercices extr?mement ludiques. Le cas contraire entra?nerait un pronostic de d?sinvestissement et d?abandon assez important. Pour le cas des enfants qui ont d?j? ?t? initi?s ? l?activit? (l?an pass? dans le club ou bien lors de d?couverte ? l??cole), l?approche sera diff?rente. En effet, comme ils viennent pratiquer pour le plaisir de l?activit?, pouss?s par une motivation intrins?que, il est possible d?effectuer quelques exercices d?apprentissage qui les feront progresser et surtout qui r?pondront ? leurs attentes de perfectionnement. L??ducateur sensible ? ces diff?rences de motivations devra trouver un ?quilibre entre les activit?s ludiques et les situations d?apprentissages.
Notre conseil : dans tous les cas, accorder du temps aux gestes caract?ristiques de votre activit? qui sont gratifiants. Par exemple, un jeune basketteur serait extr?mement d??u de ne pas avoir marqu? un panier dans une s?ance.
Les adolescents (de 13 ? 18 ans)
Ces premi?res s?ances sont pour l?adolescent(e) importantes. En effet, m?me si l?aspect ludique ne doit jamais dispara?tre totalement des s?ances, l?adolescent(e) attend de la pratique sportive une confrontation avec des adversaires. Il veut progresser et accepte plus facilement les exercices et les contraintes de travail dans le groupe. La notion d??quipe, de club devient importante pour lui. Il faut cr?er une entente collective. Pour cela, des exercices sous formes d?ateliers, o? les pratiquants sont regroup?s par groupe de 3 ? 7, permettent un m?lange au sein du groupe. De plus, cette proc?dure, o? les adolescents sont en autonomie dans leur atelier, les valorise dans leur volont? d??tre adulte (c?est ? dire d??tre responsable).
Notre conseil : attention aux diff?rences de morphologie pour le m?me ?ge quand vous constituez les ateliers.
Les adultes
Ces premi?re s?ances permettent de mettre en place les objectifs collectifs ainsi que ceux individuels. On notera une grande diff?rence entre les objectifs des pratiquants orient?s vers le loisir et les objectifs des pratiquants qui sont orient?s vers la comp?tition. L?autonomie doit ?tre mise en place (pour ?viter cette relation ma?tre-?l?ve p?nalisante quand l??ducateur est plus jeune ou moins exp?riment? que certains pratiquants). Les adultes aiment ? mesurer leur connaissances avec l??ducateur. Ce dernier devra donc, d?une part, d?s les premi?res s?ances indiquez que la discussion est ouverte avec les pratiquants, et d?autre part, ne pas vouloir avoir raison ? tout prix.
Notre conseil : Les premi?res s?ances de la vie d?un groupe sportif sont g?n?ralement plus agr?ables que les suivantes. En effet, tout le monde voulant que ? ?a marche ? , fait un effort et laisse de cot? certaines revendications personnelles. Malheureusement cet ?tat d?esprit ne dure pas. Ne partez donc pas sur des objectifs d?investissement des athl?tes trop ?lev?s ; ils ne seront pas forc?ment adapt?s au reste de la saison.
Une solide r?putation. Pour ces ?tablissements, le plus dur consiste ? gagner la confiance de ces champions, trop jeunes, trop pris par leur m?tier et qui n'ont souvent ni l'envie, ni le temps de g?rer leur argent. Les m?saventures d'une Carole Merle ou d'un Bj?rn Borg, grug?s par quelques escrocs, ont marqu? les esprits. L'am?ricain Merrill Lynch l'a bien compris et s'est donc associ? l'an pass? au groupe IMG Mc Cormack, qui jouit d'une solide r?putation dans le milieu sportif et s'occupe notamment des int?r?ts de Pete Sampras, des soeurs Williams, ou du golfeur Tiger Woods. Joli pactole en perspective.
Le m?me calcul a conduit la banque belge KBC ? s'associer ? Sport Invest, une structure d?tenue par trois anciens champions, Yannick Noah (tennis), Daniel Bravo (football) et Jean-Baptiste Lafond (rugby). L? encore, une telle exp?rience est d'abord bas?e sur la confiance. Mais entre un Tiger Woods et un footballeur ?voluant en deuxi?me division, les enjeux ne sont pas les m?mes. Pour ne pas laisser ces derniers au bord de la route, les syndicats de joueurs se sont eux aussi lanc?s dans la gestion de patrimoine, ? l'instar de l'UNFP (Union nationale des footballeurs professionnels), qui a cr?? sa propre structure Europ Sport Conseil.
Les pr?occupations mat?rielles des sportifs ne s'arr?tent cependant pas ? la gestion de patrimoine. La blessure, l'accident ou le licenciement sont des param?tres dont un champion doit tenir compte. Bien souvent, les sportifs souscrivent une garantie "perte de licence", qui assure un capital en cas de cessation d'activit?. Il existe aussi des clauses de maintien de salaire pouvant aller jusqu'? deux ans en France et six mois en Grande-Bretagne. "Le principal probl?me d'un athl?te est qu'il dispose de peu de temps pour faire ses ?tudes et qu'il ne peut pas beaucoup cotiser pour la retraite. D'o? l'importance de constituer un p?cule tr?s t?t dans sa carri?re", souligne Patrick Vajda, le directeur du d?partement sport du courtier Marsh Mc Lennan.
750.000 dollars de prime. La retraite, voil? une ?ventualit? qui a peut-?tre travers? l'esprit de Micha?l Schumacher juste apr?s son accident de Silverstone, il y a deux ans. Assur? aupr?s des Lloyds pour une prime de 750.000 dollars par an, le champion allemand aurait, selon l'Express de Cologne, ?t? indemnis? ? hauteur de 110.000 dollars par jour apr?s son accident survenu ? Silverstone en 1999. De quoi envisager ses vieux jours avec s?r?nit?.
www.vo-thuat.net

A lire aussi ...

TOP