Flash Info

  • Il y a 46 min 40 secFootball-Angleterre : Julien Lopetegui nommé entraîneur de West Ham à la place de David Moyes
  • Il y a 50 min 52 secJudo : L'open d'Afrique s'ouvre du 6 au 9 juin 2024 à Abidjan
  • Il y a 1 heure 4 minVolley-5è journée retour-Dames : CO Descartes-CESCA, ASEC-Taffiré et Stella-INJS le samedi 25 mai au Palais des Sports de Treichville
  • Il y a 1 heure 8 minFootball-Euro 2024-Italie : Ciro Immobile et Marco Verratti absents de la liste des 30 pré-covonqués de Luciano Spaletti
  • Il y a 4 heures 22 min Football : UFOA-B : CAN U17 : La Côte d'Ivoire affrontera le Nigéria en demi-finale, ce samedi 25 mai à 15h GMT
  • Il y a 5 heures 9 minAthlétisme-NCAA East First Round : Cheickna Traoré à un 0,1 centième des JO

France : Pierre-Ambroise Bosse écope d'un an de suspension 

Athlétisme

France : Pierre-Ambroise Bosse écope d'un an de suspension 

23 April 2024 0

Retiré des pistes depuis le mois de décembre dernier et l'annonce dans L'Équipe de sa retraite sportive, Pierre-Ambroise Bosse s'était focalisé depuis sur son association alliant sport et écologie qu'il a lancée avec son ami et ex-international Bryan Cantero tout en prenant part à deux émissions de téléréalité.

Cependant, le champion du monde 2017 du 800 m a été rattrapé par une fin de carrière loin de ses attentes puisque selon nos informations - que l'athlète a confirmées -, il a été suspendu un an au début du mois d'avril par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) pour trois manquements à ses obligations de localisation.

En effet, l'ex-international français s'est vu notifier à trois reprises des manquements entre septembre 2022 et juin 2023, une période où il essayait de redevenir un athlète de haut niveau malgré une blessure à un ischio-jambier.

Le premier manquement remonte au 25 septembre 2022, quand un contrôleur antidopage se présente chez lui pour effectuer un contrôle dans la plage horaire prévue par l'athlète, mais Bosse n'est pas présent. « J'étais un pied à l'entraînement, un pied en vacances », résume-t-il avec sa légèreté habituelle, qui cette fois lui a coûté cher.

Il est vrai qu'à l'époque, le Français venait de vivre une saison faite de hauts et de bas avec un retour au premier plan après déjà une longue absence pour soigner sa cuisse après les JO de Tokyo (éliminé en demies). Il avait réussi à signer les minima pour les Mondiaux d'Eugene lors de la Ligue de diamant de Paris (1'44''54), avant de déclarer forfait pour le reste de la saison après le meeting de Nancy et une désinsertion de son tendon de l'ischio-jambier droit.

Alors, quand le 11 juin 2023, un contrôleur se présente à nouveau chez lui pour un contrôle dans les horaires prévus sur le logiciel ADAMS, l'athlète n'est évidemment pas là, et se voit quelques semaines plus tard notifier d'une probable suspension de deux ans pour des manquements à ses obligations. Abattu et sonné, Bosse tente tout de même de se défendre en cherchant à justifier le deuxième manquement par un problème d'absence de sonnette.

Une période où il réfléchit également à la suite et alors qu'il enchaîne les allers-retours administratifs avec l'AFLD pour justifier de ses manquements, il prend la décision d'arrêter sa carrière, son corps l'ayant lâché, avant que la tête ne fasse de même. Passé devant la Commission des sanctions de l'AFLD le 27 mars dernier (date du début de la suspension) où il a été défendu par l'ex-secrétaire d'Etat chargé des Sports et avocat Thierry Braillard, il a finalement écopé que d'un an, une négligence certaine lui ayant été reprochée.

« J'ai fait trois erreurs, j'assume, indique-t-il. Il est vrai que je n'ai pas toujours été le meilleur élève pour m'occuper de ma localisation mais jusque-là, cela ne m'avait jamais joué des tours. Je sais que j'aurais dû être plus sérieux mais je tiens à signaler que je suis dans le groupe cible de l'AFLD depuis 2012 et qu'ils ont toutes mes analyses. »
 

TOP