Flash Info

  • 18/10/2019Football-El.CHAN 2020: L'entrée au stade pour le duel Côte d'Ivoire-Niger est gratuite
  • 18/10/2019Football-EL.CHAN 2020 : Côte d'Ivoire-Niger prévu le dimanche 20 octobre au stade Félix Houphouët-Boigny
  • 18/10/2019Athlétisme: L'Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire offre 2 millions à Marie Josée Ta Lou
  • 18/10/2019Athlétisme: L'Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire offre 2 millions à Marie Josée Ta Lou
  • 18/10/2019Athlétisme: L'Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire offre 2 millions à Marie Josée Ta Lou
  • 14/10/2019Athlétisme: La 5è édition du Marathon du District d'Abidjan se tiendra le vendredi 15 novembre 2019

Football-Né Marco (International ivoirien) : : « L’équipe nationale ne se mendie pas »

Football
International

Football-Né Marco (International ivoirien) : : « L’équipe nationale ne se mendie pas »

9 December 2011 0
« L’équipe nationale ne se mendie pas »

Même s’il ne l’avoue pas, on sent que Marco Né est blessé et que l’international ivoirien, de retour à son meilleur niveau, meurt d’envie de retrouver l’équipe nationale. Auteur d’une somptueuse saison avec le FC Kuban en Russie, l’ex-métronome du KSK Beveren continue malgré tout d’être ignoré par François Zahoui. Considéré comme l’un des Académiciens les plus talentueux, ce grand ami de Yaya Touré prend cependant son cas avec beaucoup de philosophie. « Je suis un footballeur. Mon travail est de jouer au foot, de prendre du plaisir et d’en donner aux gens. J’ai mon talent, mes qualités et mes défauts aussi. Après, il y a des gens qui ont un travail à faire. Ils prennent des joueurs qui méritent de jouer en sélection et selon leur vision de jeu. C’est toujours un honneur et un grand plaisir de jouer pour son pays. Mais si on ne te fait pas appel, si on n’a pas besoin de toi, ce n’est pas la peine de pleurer. L’essentiel, c’est d’être bon en club et de s’épanouir. Je pense sincèrement que j’ai les qualités et le talent pour jouer en équipe nationale. Maintenant, ce n’est pas à moi de juger les choix du sélectionneur ou de la Fédération. Je ne veux pas entrer dans ce genre de débats », déclare-t-il.
« Je respecte les choix du sélectionneur »
Pourtant, bien de techniciens et de spécialistes voient bien l’ancien sociétaire de l’Olympiakos tenir un grand rôle dans un milieu de terrain des Eléphants dénué de meneur de jeu et de créateurs. Elu meilleur milieu de terrain de Russie et meilleur joueur de Kuban, Marco avoue n’avoir jamais été supervisé par un membre de l’encadrement technique. « Je ne connais personnellement pas le sélectionneur national. Mais, mon coéquipier Igor Lolo m’a dit du bien de lui. Il m’a dit que c’est un bosseur, que c’est quelqu’un qui sait comment parler aux joueurs. Mais, ce n’est pas à moi d’appeler le sélectionneur. C’est lui qui contacte les joueurs. L’équipe nationale ne se mendie pas. J’ai mon talent pour moi-même et si des gens pensent qu’ils ont besoin de ce talent, ils vont m’appeler. Dans le cas contraire, c’est qu’ils n’en ont pas besoin », martèle-t-il.
« Peut-être qu’on n’a pas besoin de moi »
Alors, c’est quoi le problème ? Et si tout était lié à l’anonymat du Championnat russe et du club de Marco ? Le joueur a son avis sur la question : « Quand on dit qu’évoluer dans un club Championnat ou un club moins coté, c’est s’éloigner de la sélection, je me pose alors des questions. Si se rapprocher de la sélection, c’est accepter d’évoluer dans l’équipe réserve d’un grand club ou de chauffer le banc de touche tous les week-ends, ça ne m’intéresse pas. Je sais que le Championnat russe est meilleur que beaucoup de Championnats européens. Chaque fin de semaine on ne rencontre que des équipes du niveau Ligue des champions avec le CSKA, le Zénith, Rubin, CSKA. Si jouer contre de tels clubs, c’est s’éloigner de la sélection, alors je préfère m’en éloigner », conclut la nouvelle recrue de Tavria.
Par Joachim Tiégna

A lire aussi ...

TOP