Flash Info

  • 16/09/2020Football-Egypte : Le technicien Français Patrice Carteron résilie son contrat avec le Zamalek du Caire
  • 16/09/2020Football-Ligue 1-Mercato : Thomas Trazié et Armel Zohoré du RCA signent saisons avec l'OGC Nice (officiel)
  • 16/09/2020Football-Côte d'Ivoire-Ligue 1 : La saison pourrait s'ouvrir le 24 octobre 2020
  • 15/09/2020Basket-Afrique : L’Egypte désignée par FIBA Afrique pour organiser l’édition 2020 des Championnats d’Afrique U18 de basket-ball masculin et féminin
  • 15/09/2020Tennis de Table-Côte d'Ivoire : La saison 2020-2021 s'ouvre le samedi 17 octobre 2020 à Abidjan
  • 15/09/2020Football-Ligue 1 : Marcellin Kablan, ancien coach de Williamsville Athletic Club, au SC Gagnoa pour une saison

Le Racing marche comme un grand !

Football
Ligue 1

Le Racing marche comme un grand !

7 February 2020 0

La Ligue 1 après 15 journées est dominée par un novice : Le Racing Club d’Abidjan. Après deux ans d’exercice dans l’élite du football local, les Lions y dominent à présent les plus grands. Une ascension qui se révèle le sommet de l’iceberg d’une vision née il y a 14 ans.

Depuis 2012, la Ligue 1 n'est plus une chasse gardée de l'ASEC, ni de l'Africa, qui demeurent pourtant les clubs les plus titrés de Côte d'Ivoire. Le doublé de l'ASEC entre 2016 et 2018, ne fait pas oublier l'important intermède de l'intérieur du pays avec les succès du Séwé de San Pedro et de l'AS Tanda. La saison dernière, c'est la SOA qui a cloué le bec à tous les prétendants, avec un triomphe inédit. Un sentier battu qu'emprunte depuis peu, le Racing Club d'Abidjan. Les Lions de Yopougon, à seulement 2 ans au plus haut niveau du football local, en sont aujourd'hui le point focal. 9 victoires, 3 nuls et 3 défaites. Mais surtout avec 30 points au compteur, le Racing s'installe comme solide leader de la Lonaci Ligue 1, après 15 journées. A 6 longueurs de l'ASEC Mimosas, son dauphin provisoire.

Une inspiration née de Souleymane Cissé

Un parcours loin d'être le fait d'un coup de bâton magique. Mais il a fallu un coup de génie de Souleymane Cissé pour monter ce projet. Convaincu que « tout part de la formation », l'ex-sous-directeur de la formation à Evian Thonon-Gaillard, ex-responsable de l'équipe CFA de Monaco et actuel directeur du nouveau département technique du club des Girondins de Bordeaux, importe les méthodes européennes pour son centre Cissé Institut qui devient Racing Club d'Abidjan. En 2006, plusieurs jeunes talentueux, de quartiers populaires de la ville d'Abidjan, issus de familles défavorisés, sont détectés puis formés. De ce processus nait des promesses telle qu'Ibrahim Sissoko passé notamment par Wolfsburg (2012-2014) ou encore Saint Etienne (2013-2014). Une tête de gondole d'une première vague sur laquelle le projet ne s'arrête pas.

Le rêve a démarré en 2006 depuis Evian

Car derrière, les jeunes affluent. En 2010 d'autres pépites comme Brahima Ouattara, Armel Zohoré, Chamou Karaboué ou encore N'Guessan Jean intègrent le projet. Malgré le départ précoce de certains en Europe, à l'image de Jonathan Cissé ou Yves Dabilla, tous internationaux U23, la progression est fulgurante, toute comme la promotion de l'équipe en Ligue 1, il y a maintenant 2 saisons. Aidé par des joueurs expérimentés comme l'attaquant Zoumana Koné ou le gardien Diabagaté Seck, le Racing s'affirme dès sa première saison avec une 4è place. Pour sa deuxième, et sans Zoumana, son buteur providentiel transféré à Niort en France, le Racing montre que peu d'aspects d'une équipe dépeuplée. Au contraire, le cycle de formation permet à l'équipe première, gérée par Diabaté Bassiriki, le coach, sous la supervision de Cissé Logossina, le président du club, de bénéficier du talent des autres catégories. Ce qui permet à l'équipe professionnelle de baisser sa moyenne d’âge (18,5 ans), sans perdre sa maitrise collective et son aisance technique. Et surtout son efficacité.

N’Guessan Jean, nouvelle égerie d'une génération

A 11 journées du terme de l’exercice 2019-2020, le Racing s’affirme comme solide leader de Ligue 1 avec 30 points et un statut de meilleure attaque (23 buts) alimenté par le duo Brahima Ouattara-N’Guessan Jean. Le dernier nommé est, à 17 ans, la nouvelle égérie de l’équipe. Auteur de deux buts sur les deux derniers matches du club, c’est surtout son impact sur la production du Racing qui bluffe plus d’un. « Il a pris une nouvelle dimension. Et c’est vrai qu’il porte très souvent l’équipe. Il est incroyable mais il doit garder ce niveau de performance », a essayé de diluer Cissé Logossina. Car au Racing, si l’on s’extasie sur les performances individuelles, la star reste le groupe. Ce que tient à affirmer le staff technique. « La star c’est le groupe, c’est le collectif qui permet aux uns et aux autres d’exprimer leur talent. N’Guessan est bon, mais il l’est dans un groupe qui le permet », recadre Diabaté Bassiriki. Des déclarations qui n’entament pas la philosophie, et la joie du jeu que transmet ce groupe qui rappelle à quelques endroits, celui de l’Académie Mimosifcom, et qui séduit l’Europe.

L’OGC Nice a flairé sa bonne adresse africaine

D’ailleurs, l’OGC Nice s’est précipité à Abidjan pour signer un protocole d’accord avec le Racing Club, le 30 juin 2018. Une première pour le club de la Côte d’Azur en Afrique, et déjà une si grande fierté affichée. « Le Racing porte son savoir-faire comme une marque de fabrique. Nous avons été séduits par les principes de jeu qui y sont enseignés. Ils correspondent parfaitement à la philosophie de l’OGC Nice. Cette conception du jeu était d’ailleurs le facteur déterminant de cette collaboration », expliquait Julien Fournier, directeur général du Gym. Concrètement, les jeunes ivoiriens pourront « poursuivre et terminer leur formation chez un partenaire européen solide et fiable, qui n’hésite pas à faire confiance aux jeunes et qui possède un cadre idéal », déclarait Cissé Logossina.

La perspective de rallier Nice, de quoi décupler les forces de Lions devenus féroces dans une Ligue 1 où ils promettent laisser des traces plus profondes. Même si pour l’instant, et comme un bouclier de protection, le crédo reste le maintien.

Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP