Flash Info

  • 21/10/2019Cyclisme: Deux cyclistes ivoiriens victimes d'un accident de la circulation sur la voie express du nord (FIC)
  • 20/10/2019Football-CHAN 2020: La Côte d'Ivoire éliminée par le Niger
  • 20/10/2019Football-El.CHAN 2020: Côte d’Ivoire 1-0 Niger
  • 20/10/2019Auto-Deuil: Le pilote ivoirien Soumahoro Moriféré décédé ce matin à la suite d'un malaise
  • 18/10/2019Football-El.CHAN 2020: L'entrée au stade pour le duel Côte d'Ivoire-Niger est gratuite
  • 18/10/2019Football-EL.CHAN 2020 : Côte d'Ivoire-Niger prévu le dimanche 20 octobre au stade Félix Houphouët-Boigny

CAN 2008 cérémonie d'ouverture: Akwaba Ghana!

CAN

CAN 2008 cérémonie d'ouverture: Akwaba Ghana!

20 January 2008 0
CAN 2008 cérémonie d'ouverture: Akwaba Ghana!

Le Ghana est bien entré dans sa coupe d’Afrique avec une cérémonie d’ouverture riche et très colorée et une première victoire aux dépens de la Guinée.
La 26ème édition de la  Coupe d’Afrique des nations est partie pour être une des plus belles  jamais organisées sur le continent. Le Ghana avec la forte mobilisation connue dans l’ensemble du pays et à l’intérieur du Ohene Djan Stadium, cet après midi, d’ouverture de la Can, a certainement placé la barre très haute.Ils étaient des milliers de supporters, tous vêtus aux couleurs ghanéennes à prendre d’assaut les artères de la ville d’Accra et annoncer la couleur. Aux premières heures de l’après- midi, le stade était déjà bondé car chacun tenait à voir évoluer les « blacks stars » dans cette compétition. Mais c’est aux jeunes et aux artistes ghanéens qu’il revenait l’honneur de fouler en premier la pelouse du nouveau stade réfectionné pour les festivités de la cérémonie d’ouverture.
Un joli tableau culturel
Tel pourrait se décliner l’appellation du plateau culturel proposé au nombreux public et en Afrovision en prélude à cette coupe d’Afrique des nations de football. Toute la panoplie culturelle des différentes régions du Ghana y était avec en toile de fond l’Afrique magnifié dans sa richesse et sa diversité culturelle. Des acrobaties, de la chorégraphie, le son des tambours géants,  et de la chanson rappelant l’ancrage du Ghana dans la tradition et son ouverture vers la modernité. La transition entre les feux d’artifices modernes et le défilé en tenue traditionnelle des rois ashantis était trouvée. Par des figures artistiques, les jeunes ghanéens ont su reproduire la carte de l’Afrique et situé le Ghana dans son cœur comme pour dire que l’Afrique bougera durant ses 3 semaines de la compétition au rythme des palpitations du Ghana.Le Président John Kuffuor ne pouvait trouver aucune autre formule plus symbolique, plus forte et plus complète que celle là « Akwaaba Ghana » pour dire bienvenu au Ghana aux 368 joueurs, aux 32 arbitres, aux 2000 journalistes, aux milliers de supporters venus des 4 coins du monde pour suivre le troisième plus grand évènement sportif planétaire après la coupe du monde de football et les jeux olympiques. Sepp Blatter, le président de la Fifa et Michel Platini, le président de l’Uefa aux côtés de Issa Hayatou, étaient aux anges de voir un stade aussi rempli en communion et en extase avec la quasi présence de  la tricolore « vert-jaune-rouge » ghanéenne.
Le Ghana à l’arraché
Sur la pelouse, la partie de football que se sont livrés les deux équipes ne restera pas longtemps gravé dans les annales du football africain. Les deux entraîneurs de la soirée les français Claude Leroy et Robert Nouzaret ne diront pas le contraire.Pour le coach ghanéen de toute sa vie d’entraîneur, il n’a jamais vu une pelouse aussi mauvaise. « C’est inacceptable de jouer un match aussi important sur une telle pelouse » a –t-il avancé. Son alter ego guinéen et compatriote a vite fait de lui emboîter en ces termes «  c’est le plus mauvais match que la Guinée ait livré depuis que je suis à sa tête. Nous nous sommes mis en difficulté plus que le Ghana ne nous a fatigué ».Sur la pelouse les « blacks stars » ont d’abord pris d’assaut le camp guinéen tout en faisant preuve de maladresses, touchant trois fois le montant des buts de Kemoko Kamara.Ce sera finalement par un penalty fort discutable que les ghanéens trouveront le chemin des filets grâce à leur buteur Gyan Asamoah (53 mn).Le « Sily national » a su bien réagir par son défenseur Omar Kalabane, coupable sur le penalty,  et qui se rachètera en transformant d’un coup de tête un corner venu de la droite (63 mn).Les ghanéens  finiront toutefois par s’imposer dans les ultimes minutes de la partie grâce à Sulley Muntari qui fusilla le gardien guinéen d’un tir des 30 mètres. Le Ghana pouvait exulter car il revenait de loin mais réussissait surtout son entrée dans la compétition. ¨
Aliou Goloko Envoyé spécial à Accra

A lire aussi ...

TOP