Flash Info

  • 18/10/2019Football-El.CHAN 2020: L'entrée au stade pour le duel Côte d'Ivoire-Niger est gratuite
  • 18/10/2019Football-EL.CHAN 2020 : Côte d'Ivoire-Niger prévu le dimanche 20 octobre au stade Félix Houphouët-Boigny
  • 18/10/2019Athlétisme: L'Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire offre 2 millions à Marie Josée Ta Lou
  • 18/10/2019Athlétisme: L'Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire offre 2 millions à Marie Josée Ta Lou
  • 18/10/2019Athlétisme: L'Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire offre 2 millions à Marie Josée Ta Lou
  • 14/10/2019Athlétisme: La 5è édition du Marathon du District d'Abidjan se tiendra le vendredi 15 novembre 2019

Golf British Open Championship: Au bout de l'?motion

Autres Sports

Golf British Open Championship: Au bout de l'?motion

25 July 2006 0
Golf British Open Championship: Au bout de l'?motion

Vainqueur de son 11e titre majeur dimanche au British Open, Tiger Woods gardera toujours une place sp?ciale pour son troisi?me sacre britannique, car il restera le premier obtenu apr?s le d?c?s de son p?re. Quand le num?ro un mondial ajoute la fiert? ? son immense talent, il redevient injouable.
M?me les plus flegmatiques des Britanniques n'ont pu s'emp?cher d'?tre boulevers?s. De souvenir de British Open, on n'avait jamais vu ?a. Sit?t son dernier putt ex?cut?, Tiger Woods a fondu en larmes comme un gosse, d'abord sur l'?paule de son caddie, Steve Williams, puis sur celle de son ?pouse. Deux images pour la post?rit?. Inoubliables. Sur le bord du green du 18, entre applaudissements et larmes, le public ne sait plus o? il se trouve non plus. A l'?vidence, le num?ro un mondial n'a pas mesur? ? cet instant la force des images qu'il ?tait en train de nous laisser.
Le Tigre ne mesurait sans doute plus grand-chose. Il ne pensait pas qu'il venait de devenir le premier joueur ? remporter deux ann?es de suite la manche britannique du Grand Chelem depuis Tom Watson, en 1982 et 1983. Il ne songeait m?me pas qu'il revenait, avec ses 11 couronnes, ? la hauteur de l'oubli? Walter Hagen. Seul Jack Nicklaus et ses 18 majeurs restent encore devant lui. Woods n'avait plus qu'une pens?e en t?te. Elle ?tait pour son p?re, Earl, d?c?d? le 3 mai. Toute la peine, toute la haine, tout l'amour enfouis depuis pr?s de trois mois sont remont?s ? la surface dimanche soir. Et Tiger a craqu?.
"Je ne suis pas comme ?a"
Alors que chacun avait envie de le remercier pour cette profonde marque d'humanit?, tomb?e ? pic pour rappeler que les plus grands champions, les plus dominateurs, restent avant tout des ?tres mortels, Woods s'est presque excus?. "Vous me connaissez, je ne suis pas comme ?a. C'est la premi?re fois que je r?agis de cette mani?re sur un green", a-t-il confi?. Mais c'est aussi la premi?re fois qu'il s'adjugeait un titre sevr? de la si fondamentale pr?sence paternelle. "Je m'en voulais de ne pas avoir gagn? le Masters en avril, car je savais que ce serait le dernier tournoi qu'il verrait", explique l'Am?ricain.
Phil Mickelson avait endoss? la veste verte tant convoit?e. Alors qu'il se pr?parait ? enterrer son p?re, Tiger Woods avait observ?, m?me de loin, le retournement d'une autre veste, celle des m?dias am?ricains, prompts ? annoncer le d?clin du num?ro un. Il n'y en avait plus que pour Mickelson, qui n'avait d'ailleurs rien demand?. Une tendance accrue par l'US Open, en juin, o? Woods n'avait pas franchi le cut, pour la premi?re fois de sa carri?re dans un grand tournoi. Woods n'a rien dit. Mais les grands athl?tes, et il en est un, assur?ment, puisent leur force dans leur fiert?.
Une des plus belles
En Angleterre, il a retrouv? cet instinct de tueur qu'on lui connait dans les grandes occasions. Celui qui permet de sevrer les app?tits les plus f?roces et de repousser les menaces les plus pressantes. Celle de Chris Di Marco, par exemple, auteur d'un quatri?me tour tr?s dense dimanche. "Il a cette capacit? unique ? hausser son niveau de jeu d'un cran suppl?mentaire ? chaque fois que vous revenez tout pr?s de lui. Mentalement, c'est ?puisant, car vous finissez par vous d?courager sans vous en rendre compte", t?moigne Di Marco.
Jusqu'ici, de toutes ses victoires en Grand Chelem, le Masters 1997 occupait une place in?galable, parce qu'elle annon?ait la supr?matie de Tiger Woods pour les 15 prochaines ann?es, au moins. Venaient ensuite l'US Open 2000, enlev? avec 12 coups d'avance ou l'USPGA de la m?me ann?e, lorsqu'il avait battu Bob May en playoff. Il n'est pas interdit de penser que le British 2006, en raison du contexte, vienne se placer tr?s haut dans cette longue liste. " Aucun doute l?-dessus, confirme l'int?ress?. Cela restera ? jamais ma premi?re victoire sans mon p?re.

A lire aussi ...

TOP