Flash Info

  • 31/01/2023Athlétisme : Mo Farah devrait prendre sa retraite à la fin de la saison 2023
  • 31/01/2023Tennis : Novak Djokovic pourra disputer l'US Open 2023
  • 31/01/2023Basketball- BAL 2022-2023 : L'ailier fort sud-soudanais Chudier James Bile rejoint l'Abidjan Basket Club
  • 31/01/2023Football-Transferts : Bayo Vakoun effectue son come-back à Charleroi pour les six prochains mois (Communiqué du club)
  • 31/01/2023Football-International : Absent face à Lille dimanche dernier, Nicolas Pépé est touché au genou
  • 31/01/2023Tennis : Coupe Davis (Groupe II Mondial) : La Côte d'Ivoire affrontera le Maroc les 4 et 5 février prochain sur le court Arthur H du sofitel Hôtel Ivoire

Eliminatoires CAN-Mondial 2010 : Des Eléphants bien tendres

MONDIAL
CAN

Eliminatoires CAN-Mondial 2010 : Des Eléphants bien tendres

9 September 2008 0
Des Eléphants bien tendres

Les Eléphants de Côte d'Ivoire, n'ont pas réussi à assurer leur première place qualificative pour le deuxième tour des éliminatoires combinées Can et Mondial 2010. Le nul face au Blacks Mambas inquiète bien les observateurs ivoiriens qui n'ont pas retrouvé des Eléphants conquérants au Mozambique.
Le début des éliminatoires de la Can et du Mondial 2010 s'annonçait sous un ciel nuageux pour des Eléphants qui devaient faire avec une nouvelle méthode, celle de Coach Vahid. Rigoureux, autoritaire avec des pratiques presque militaires, le nouveau patron de l'encadrement technique devait pourtant faire avec un groupe dénudé de ses cadres dont certains accusaient un bobo physique, d'autres des caprices. Privé d'une grande partie de son équipe première, Vahid fait avec les moyens de bord. Résultats, des débuts mitigés avec quand même une première place de la poule 7 grâce à une étincelante victoire face au Botswana.
A ce boulot plutôt réussi des "Eléphants de seconde zone" l'on attendait que ceux de "première zone" en ajoute une couche plus épaisse pour faire respecter la tunique Orange quelque soit l'endroit. Face au Mozambique pour la 5e journée des éliminatoires, les Ivoiriens, pour le peu d'images qu'ils ont pu capter, ont constaté des Eléphants bien tendres. "On aurait préféré que Vahid continue avec les Olympiques qui ont gardé la baraque durant tout ce temps". Des termes rendus plus digestes pour ne pas ressortir la colère moulée dans une déception des supporters ivoiriens.
Sur la pelouse synthétique du stade de Maputo, les Eléphants étaient tranquilles, comme si la qualification était acquise de fait. Jeu au petit trot avec la jambe presque levé. Baky Koné, Zokora Didier et l'inusable Boka Arthur semblaient emplis de plus d'envie que leurs coéquipiers plutôt attentistes et frappés d'une désolidarisation dans le pressing collectif. Début de championnat et la peur de prendre une blessure sont les raisons avancées. La seconde, si elle est confirmée, serait une injure à ceux qui sous la tunique nationale ont dû passer de force à l'infirmerie pour un séjour indéterminé. Si l'on peut citer Drogba, Copa...., l'exemple de Arouna Koné est bien plus frais. Blessé lors de la rencontre internationale amicale face à la Guinée, "Bill", pour son envie de mouiller le maillot national, passera 6 mois loin des terrains.
Contrairement à ce que pense Didier Drogba, le capitaine des Eléphants, la sélection nationale n'est pas "une bande de copains avec le peuple derrière" qui viennent en sélection pour décompresser de l'intensité des championnats européens, mais devrait être plutôt une bande de crève la dalle faisant fi de tout manteau de favoris et prête à tout donner pour la patrie. C'est bien le contraire auquel l'on a assisté dimanche dernier. Les Eléphants  remis sur les rails car comme l'affirme bien Coach Vahid "la Côte d'Ivoire est une feuille vierge. Elle n'a pas de palmarès". Et pour lui faire perdre sa virginité, Kalunho, Yaya Touré, Emmanuel Eboué, Guy Demel et autre devront faire plus que ce qu'ils ont montré face au Mozambique pour penser titiller les sommets du football africain et ensuite mondial. Rien n'est gagné d'avance et les Eléphants démystifiés par les Pharaons d'Egypte alors qu'ils partaient supers favoris à la CAN 2008, le savent plus que personne.
Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP