Flash Info

  • 17/05/2021Basket-Côte d'Ivoire : La ville de Gagnoa accueille les finales interligues les 21, 22 et 23 mai 2021
  • 17/05/2021Football-Afrique : La CAF a confié l’organisation de la CAN 2023 des moins de 17 ans à l’Algérie
  • 17/05/2021Basket-N1 Dames-19è jrnée : GSPM 26-86 ABC - FBA 35-57 NCA UE3A 39-102 SOA - Voltaire 37-87 CSA-T
  • 17/05/2021Basket-N1 Hommes-19è jrnée : IVESTP 88-55 Sewe - GSPM 51-78 JCA
  • 17/05/2021Basket-N1 Hommes-19è jrnée : CSA-T 67-68 Azur - Africa 69-70 Descartes - Warriors 55-70 SOA - ASA 59-89 ABC
  • 16/05/2021Football-Côte d'Ivoire : Yves Zogbo Junior nommé à la tête de l'Africa Sports, section football

Ligue 1- 24è journée : Africa Sports - ASEC Mimosas : Le derby de la vérité

Ligue 1

Ligue 1- 24è journée : Africa Sports - ASEC Mimosas : Le derby de la vérité

13 November 2008 0
Le derby de la vérité

Le titre de champion de Côte d’Ivoire se jouera lors de l’ultime derby de l’année, prévu dimanche prochain. L’Africa Sports, qui possède trois points d’avance sur son ennemi mimos, partira avec la faveur des pronostics. Mais, rien n’est gagné d’avance. Chaud bouillant !
Pour une fois, le championnat national de football de Côte d’Ivoire, appelée MTN Ligue 1, n’est pas pliée d’avance. Le suspense reste entier à seulement trois journées du terme. Au cœur de ce dénouement palpitant, l’ASEC Mimosas et l’Africa Sports d’Abidjan. Soit les deux plus grands clubs du pays.
C’est vrai. La terrible rivalité entre Mimos et Aiglons n’est plus ce qu’elle était. C’est vrai. La tension entre les deux formations a considérablement baissé ces dernières années. Pour preuve, les fameux derbies ASEC-Africa se disputent désormais dans l’indifférence totale. A l’origine de ce calme olympien autour du sommet du football ivoirien, la pauvreté des effectifs des deux équipes et l’indigence du spectacle qu’offrent Mimos et Oyés. Il ne faut pas aussi occulter la main mise quasi-permanente qu’opérait l’ASEC Mimosas sur le championnat. Mais depuis la saison dernière, les choses ont quelque peu évolué. Même si on est encore loin de l’effervescence des belles années, le retour au premier plan de l’Africa Sports a réchauffé les débats. A trois journées de la clôture du championnat, les deux ennemis intimes se tiennent en respect. Leader actuel du championnat, l’Africa Sports ne devance « que » de trois petits points son ennemi héréditaire. Ce qui fait planer un goût de soufre sur le derby du 16 novembre que les deux formations vont disputer. Le vainqueur de ce énième « clasico » fera sans aucun doute un pas décisif vers la couronne nationale.
L’Africa nouveau est là
Depuis 2007, l’Africa Sports est sur une pente ascendante. L’année dernière, il avait déjà mis sèchement fin à la dictature des Mimos sur le championnat national. Au terme d’un exercice parfaitement maîtrisé, l’équipe entrainée par l’Italien Antonio Nobile avait enlevé le titre national au grand malheur de celle dirigée par le Français Patrick Liewig. Mettant ainsi fin à sept ans de règne sans partage des Jaune et Noir. En début de la nouvelle saison, Narcisse Kuyo Téa, le président de l’Africa Sports a clairement fait savoir que son équipe se succédera à elle-même au terme de l’exercice présent. Son vœu est sur le point de prendre forme.
Depuis la troisième journée, sa formation occupe le fauteuil de leader. Et les Oyés ont longtemps largement dominé les débats sans rencontrer une véritable opposition. Mais, le mois de septembre aura été fatal aux hommes de Toto Nobile. Entre la 19è et la 21è journée, ils n’ont ainsi récolté que deux points sur douze possibles ! Ce passage à vide a bien évidemment permis à l’ASEC Mimosas de refaire son retard abyssal.
ASEC, champion du nul
Si les Jaune et Noir sont encore en course pour le titre de champion, ils le doivent plus au fléchissement de leur rival qu’à une performance venant d’eux-mêmes. L’équipe de Patrick Liewig s’est constamment montrée fragile, jonglant avec le meilleur et le pire. Les Mimos n’ont jamais été aussi irréguliers sur une saison. Incapable de battre les équipes les plus faibles, l’ASEC Mimosas a laissé trop de points en chemin. Si elle n’a perdu qu’une seule rencontre (contrairement à son rival, tombé quatre fois), elle a cependant vu onze de ses matches se solder par un nul (quatre nuls seulement pour l’Africa). Ce qui fait beaucoup.
A ce stade donc de la compétition, c’est plus l’Africa Sports qui est amer. Lui qui aurait pu « tuer » le championnat depuis un bon moment. N’empêche, les Oyés ont encore toute la latitude de voir leur rêve se réaliser. Avec leurs trois points d’écart, un succès dans le derby leur assurera le titre de champion. Même un match nul ne sera pas aussi mauvais. Mais, les poulains de Nobile savent mieux que quiconque, qu’un derby face à l’ASEC n’est jamais gagné d’avance. Lors du premier acte du « clasico », ils avaient mené (2-0) avant de se faire rejoindre au score par les Mimos.
Les dirigeants n’ont pas oublié cet épisode catastrophe. Et, pour bien préparer le choc du 16 novembre, ils se sont envolés pour l’Italie. Au cours de leur périple transalpin, les champions de Côte d’Ivoire rencontreront notamment l’équipe réserve de l’Inter de Milan. Restés « à la maison », les Mimos ne chôment pas. Ils multiplient les matches amicaux pour être au top le jour j. Avant « la finale » du dimanche 16 novembre, il est pourtant bien compliqué de s’hasarder à un pronostic tant les forces en présence s’équilibrent. Les Aiglons possèdent la deuxième meilleure attaque (36 buts) derrière l’ASEC (38 buts).
Qui aura le dernier mot ?
Les deux équipes se tiennent cependant au classement de la meilleure défense avec 16 buts concédés cahcune. Ce choc Africa Sports-ASEC Mimosas sera aussi celui des goleadors des deux équipes : Olié Koffi Kan et Cyriac Gohi Bi. Le premier, buteur de l’Africa Sports ; avec 14 réalisations, est le dauphin au classement des buteurs, de l’artilleur de l’ASEC Mimosas qui a, lui, inscrit 16 buts. Ces deux joueurs de talent mais au profil diamétralement opposé, se livreront donc un duel épique à distance.
Les deux entraîneurs tiendront également un rôle important au cours de ce derby. Si l’Africa Sports occupe aujourd’hui le haut du pavé, il le doit en grande partie à son technicien italien qui ne laisse rien au hasard. Imposant une efficace rotation, il fait tourner au maximum son groupe en gardant tous les joueurs sous pression. Le jeu de l’Africa qui s’articule sur un 4-4-2 des plus classiques, mise avant tout sur la combativité et l’agressivité. Surtout sur un vrai sens du collectif.
Difficile de faire ressortir une individualité, même si l’on ne manquera pas de citer le virevoltant ailier droit Koffi Kouassi, le capitaine Landry Djedjed, le buteur Olié Koffi Kan et le défenseur central Peter Tayoro Adou. Du côté de l’ASEC Mimosas, face à la contestation qui critiquait ses choix, Patrick Liewig adopte depuis peu un 3-5-2 plus offensif et ambitieux. Ses hommes forts ont pour noms Antoine N’Gossan, Cyriac Gohi Bi, Arthur Kocou et Kouamé Magloire.  Vexé dans son orgueil d’habituel dominant et glorieux fleuron du football national, les Mimos jurent sur tous les toits qu’ils abattront une équipe des Aiglons dont les dirigeants ont eux aussi décidé de sortir l’artillerie lourde : une prime record de 200 000 F CFA par joueur est prévu en cas de victoire sur l’ASEC Mimosas. Pour une victoire sur l’ennemi juré, qu’est-ce qu’on ne fera pas !
Par Abdoul KAPO 

A lire aussi ...

TOP