banniere-sport-vac2024__1010.jpg

Flash Info

  • Il y a 5 heures 38 minAthlétisme : Le Maroc termine leader du championnat arabe U23 avec 32 médailles dont 16 en or
  • Il y a 5 heures 40 minJudo-Afrique : Les championnats d'Afrique cadet et junior prévu du 15 au 17 juillet à Yaoundé au Cameroun
  • Il y a 5 heures 41 minMali : Habib Sissoko réélu pour un mandat de 4 ans à la tête du Comité National Olympique
  • Il y a 5 heures 54 minJ.O Paris 2024 : Thierry Henri va porter la flamme olympique le 14 juillet
  • Il y a 5 heures 59 minFootball-Côte d'Ivoire : Le RCA de Yopougon organise une parade dans la commune le dimanche 14 juillet 2024
  • Il y a 7 heures 41 minFootball-Eléphants : L’ancien gardien des Éléphants de Côte d’Ivoire, Zagoli Golié Marcel est décédé ce vendredi 12 juillet matin

Siaka Koffi : « Nous visons le podium en compétitions africaines »

Handball

Siaka Koffi : « Nous visons le podium en compétitions africaines »

22 September 2023 0

Cette saison, le handball féminin a connu une nouvelle reine. Et il s'agit d'Abidjan HBC. Cette jeune équipe dirigée par Siaka Koffi a dicté sa loi tout au long de la saison. Entraineur de cette formation invaincue jusqu'en fin de saison, Siaka Koffi nous livre dans cet entretien les secrets du doublé inédit réalisé (coupe-championnat). Abidjan HBC rêve désormais de conquérir l'Afrique. Une mission difficile mais pas impossible pour les Lionnes qui ont le coffre pour y arriver.

Quelles sont vos impressions à l'issue de cette saison marquée par un doublé ?

Nous venons de réaliser le doublé. C'est un sentiment de joie, de bonheur et de gloire qui nous anime parce que faire un parcours sans faute du début du championnat jusqu'à remporter la Coupe nationale. Remporter ces deux titres sans faire de défaites ni de matches nuls, nous pouvons que rendre gloire à Dieu. Nous pouvons être fiers du travail que nous avons abbatu.

Cette votre 3e saison dans l'élite de la petite balle ivoirienne. Quels ont été vos secrets tout le long de la saison ?

Le secret de cette équipe après trois ans dans l'élite a été déjà la persévérance, la croyance, la volonté et puis le travail. Et les enfants ont cru depuis l'exercice écoulé qu'elles pouvaient être championnes et elles se sont mises au travail. Elles ont accepté de travailler, de mettre en application toutes les connaissances que nous leur donnons. Quand on est assidu, ponctuel aux entraînements et on réalise ce que l'entraîneur dit, on ne peut qu’être à l'aise pendant les matches. Car le match est la photocopie des entraînements. Le secret d'Abidjan HBC, c'est le travail.

Qu'est-ce que vous a fait gagner le championnat national ?

Comme je l'ai dit tantôt c'est le travail qui nous a permis de remporter le championnat. Mais après quand on veut aller loin, on ménage sa monture. En début de saison, nous avons fait une planification par rapport au travail que nous devons mener. Nous avons aussi fait des analyses vidéo qui nous ont permis de savoir que l'équipe qui gagne, c'est celle qui est prête physiquement, celle qui va vite, qui est capable de replier. Nous avons misé sur le travail physique. Amener nos athlètes à avoir la qualité physique ensuite quand la qualité physique est au rendez-vous, le reste passe.  La force de notre équipe cette année, c'est la jeunesse et le physique. Bravo aux filles pour cette histoire.

Vous serez engagés en compétitions Interclubs africains. Etes-vous prêts ? Aviez-vous l'effectif qu'il faut ?

Nous sommes qualifiés pour les compétitions africaines de 2024. Déjà en avril nous irons pour la Coupe d'Afrique des vainqueurs de coupe. Puis en septembre, nous jouerons la Coupe d'Afrique des clubs champions. Et nous sommes confiants. Nous comptons sur nos qualités. Nous comptons montrer véritablement une très bonne image de la Côte d'Ivoire à ses compétitions et faire mieux pourquoi pas jouer le podium et revenir avec une médaille. C'est notre souhait. Nous allons nous mettre au travail pour ça. Nous allons travailler dur en fonction des normes internationales afin de pouvoir représenter la nation ivoirienne à ces différentes compétitions.

Oui ! Je pense que nous avons le meilleur effectif actuellement pour aller à ces compétitions car comme on nous appelle les angolaises du handball ivoirien. Ces angolaises-là ont le niveau techniquo-tactique individuel et collectif. Nous essayons de nous conformer aux normes internationales, comment le handball moderne se joue actuellement et comment les gens s'y prennent. Je pense que nous avons la ressource humaine qu'il faut pour aller à cette conquête.

Qu’est-ce qu’il vous faut pour mieux défendre les couleurs ivoiriennes en compétitions Interclubs ?

Je pense qu'aujourd'hui ce qu'il nous faut pour mieux représenter les couleurs ivoiriennes en compétitions Interclubs, ce sont les moyens. Nous invitons les entreprises, les autorités à nous donner les moyens afin que nous puissions avoir une longue période de préparation parce que pour espérer remporter une compétition internationale selon ce que nous avons appris à l'école, il faut 6 mois de préparation intense avec un calendrier bien défini. Être au vert, les athlètes doivent être regroupées dans le même coin aussi les entraînements matin et soir pour revoir un certain nombre de choses. C'est ce qui va faciliter l'apprentissage et ça permettra à l'équipe de mieux performer. J'ai échangé avec le DT de la Guinée qui m'a fait une confidence sur la préparation des filles lors du tournoi IHF continental ici à Abidjan. D'abord avant la phase zonale, il a fait 6 mois d'entrainement qui ont été répartis en deux étapes soit trois mois en Guinée et trois mois aussi en France. Et de là-bas, il est allé à la phase zonale. Et juste après cette phase, il est reparti en Guinée et il a fait son travail. Il a regroupé les athlètes pour un tournoi en Tunisie. De là-bas, ils sont venus en Côte d'Ivoire. Quand il finit, il part se préparer en Tunisie pour la CAN junior et cadette féminine. C'est pour vous dire un peu que seul le travail paie. Et il faut avoir un long temps de travail. S'il est court, on ne peut pas espérer avoir un bon rendement. Donc nous demandons à tous les partenaires, toutes les entreprises, aux autorités de bien vouloir nous accompagner car la Côte d'Ivoire a des ressources humaines qui peuvent lui permettre de revenir au-devant de la scène internationale.

Quel est votre regard sur le niveau du championnat actuel ?

Je pense que le championnat national est entrain de performer. Le niveau s'augmente parce que cette année, vous avez vu que même les cadors ont été battus. Don Bosco est tombé, le Red Star qui a souvent des problèmes face à des petites équipes. Bandama, Africa ou Abidjan HBC ont eu des difficultés. Au jour d'aujourd'hui aucune équipe ne peut prédire sa suprématie comme dans les années 80 ou 2000 où on connaissait les champions avant la fin de la saison. Dorénavant, il faut attendre la dernière journée pour voir le vainqueur de la saison. Cela veut dire qu'il y a du travail qui est fait au niveau de chaque club et centre. Chez les dames, il y a des clubs comme Horizon, Yopougon et National qui travaillent dur pour essayer de bousculer la hiérarchie. Et Abidjan HBC était dans ce lot et cette année, nous avons pu bouleverser la hiérarchie. Chez les hommes pareils. Je pense que si le travail continue comme ça, au bout de 3 ou 4 ans, la Côte d'Ivoire aura son mot à dire au niveau international mais surtout sur le plan africain parce qu'il y a du travail qui est effectué.

Quel est votre mot de fin ?

Merci aux supporters d'avoir cru en nous ! Merci d'avoir cru au projet d'Abidjan HBC ! Merci d'avoir cru aux athlètes. Nous leur disons que nous allons nous mettre encore au travail pour gagner des trophées afin qu'ils soient toujours heureux. Merci d'avoir effectué le déplacement pour aller soutenir cette jeune équipe. Que Dieu leur rende au centuple. Qu'ils sachent que nous allons bosser dur pour eux afin qu'ils soient heureux chaque fois que nous sortons. Je profite de l'occasion pour dire merci à mon président, la vice-présidente, au directeur technique, mon adjointe et tous ceux qui œuvrent pour le développement d'Abidjan HBC sans toutefois oublier les filles qui se sont données corps et âmes sur le terrain afin qu'on puisse réaliser ce doublé inédit.

Réalisée par Chamade YAH

TOP