banniere-sport-vac2024__1010.jpg

Flash Info

  • 19/07/2024Football-CM 024 U20 Dames : Retenue par la FIFA, l'arbitre ivoirienne, Natacha Konan a été reçue par le Président de la FIF
  • 19/07/2024Football-Côte d'Ivoire : La 11è édition de la "CAN d'Anoumabo" sera lancée le dimanche 21 juillet 2024 à Marcory
  • 19/07/2024Football-Transferts : Winterthur FC : Souleymane Diaby prolongé jusqu'en 2027
  • 19/07/2024 Rugby : RAC 2024 : Le XV Ivoire est bien arrivé à Kampala
  • 18/07/2024 JO Paris 2024 : Le Village olympique ouvert, plusieurs centaines d'athlètes attendus ce jeudi 18 juillet
  • 18/07/2024Football-Transferts : Selon Sabah Spor (Turquie), Guéla Doué devrait s'engager dans les prochains jours avec Galatasaray

AML-Championship : Ismaël Bakayoko : « On doit créer un héros national de MMA »

Autres Sports

AML-Championship : Ismaël Bakayoko : « On doit créer un héros national de MMA »

4 July 2024 0

Les lampions se sont éteints sur la première édition de l’African MMA League Championship ce samedi 29 juin au CSCTICAO. Coup d'essai et coup de maître pour Ismaël Bakayoko et sa team qui ont donné la chance aux pratiquants de MMA de se mettre en valeur. Il s'est confié à Sport-Ivoire.CI pour la suite des événements. Du lourd attend les férus de MMA qui ont désormais une organisation digne de ce nom.

Quels sont les sentiments au soir de cette première édition ?

Les sentiments sont vraiment positifs. Je suis ému. Tout ce que j'ai envie de faire, c'est de rentrer à la maison, me coucher sur mon lit et crier de joie parce que vous ne comprenez pas le stress que j'avais. Vous les journalistes, vous savez à peu près les défis qu'on a eu, les attaques, si je peux le dire qu'on a eu. Vraiment ce n'était pas facile. Depuis la présélection, les quarts de finale, demi-finale, finale, tout pour qu'on échoue. Mais quand tu fais quelques choses de bonne foi, Dieu est toujours derrière toi et on est sorti victorieux de ce combat-là. Tout ce que je peux dire, gloire à Dieu.

Quelles sont vos zones de satisfaction ?

Ma première zone de satisfaction, ce sont les athlètes. Le niveau des athlètes, waouh ! Regardez, ils nous ont donné du bon combat. On a fait venir des athlètes internationaux, ils ont tenu contre ces athlètes internationaux. On a montré qu'on a un niveau international. Deuxième zone de satisfaction, regardez le public les gars. Depuis la première fois, le public est, le public sort, le public supporte, le public participe. Cela montre qu'il y'a un bon travail qui est fait. Et vous-mêmes les journalistes, vous faites un travail magnifique sur les réseaux sociaux. Tous ces athlètes dépendent de vous pour devenir des stars. On a besoin d'un héros national ici en Côte d'Ivoire. Quand on dit Mua thaï, tout le monde pense à Oly la Machine. Quand on dit MMA, on doit avoir ce gars-là. C'est celui-ci qui ira combattre à l'UFC, c'est lui qui poussera l'UFC à venir ici pour affronter notre champion sur nous-mêmes notre propre territoire. Si on n'a pas de champion, ils ne vont pas venir. On doit créer un héros national.

Pour une première édition, est ce que vous vous attendez à ce succès ?

Oh ! Non ! Je ne m'attendais pas à ça. Pour moi, c'est à la deuxième année qu'on allait atteindre ce succès. Mais dès le premier événement, j'étais étonné. La salle était pleine. Mais comment on l'a fait ? Il y'avait juste des gens qui attendaient qu'une organisation sérieuse vient mettre quelque chose en place pour qu'ils puissent en profiter et c'est ce qu'on a fait.

Ça sera quoi la suite ?

La suite, c'est d'aller dans la sous-région et d'inviter tous les athlètes africains à converger ici entre juillet et août pour faire une nouvelle présélection. Parce que là, nous avons recruté que des talents d'Abidjan. La Côte d'Ivoire est un grand pays et on a des talents un peu partout. Donc nous allons les emmener ici et on fera une présélection. Pour le nouveau championnat, ils vont participer activement. Le jour qu'il y'a un championnat, on les fait venir de l'intérieur du pays, ils compétissent. Si tu gagnes, tu es retenu. Ça sera un peu plus national. Mais ça ne sera pas un championnat national puisque c'est une compétition AML. C'est un peu différent.

Les dates ?

Pour le début du championnat, on n'a pas encore décidé. On compte fait cela dans le mois d'octobre puisque l'autre championnat avait commencé le 23 octobre. Mais vous-mêmes, vous le savez, pour faire tout cela, ça demande beaucoup de moyens. Le temps pour nous d'aller attaquer les sponsors pour leur dire bon, on a fait tout ça nous-mêmes, on vous a montré, vous vouliez voir. Vous avez vu alors aidez-nous maintenant à mettre ça à un autre niveau. Imaginez-vous qu'un sponsor nous aide, deux sponsors nous aident, qu'est-ce qu'on peut faire ? Lui et moi seulement voilà ce qu'on a fait. Imaginez-vous ce qu'on peut faire avec de l'aide. On va révolutionner. Je vous le jure, on va faire des merveilles.

Quelles seront les conditions pour les athlètes lors de la 2e édition ?

Les conditions, c'est d'avoir un bon niveau, un bon niveau de dripping, de jujitsu, de lutte, un bon niveau de strightking. On ne va pas prendre des gens qui n'ont pas de niveau. Comme je le disais, on va demander à tous les athlètes de venir ici. Tu paies ton propre transport pour venir. Tu es sélectionné, on paie ton transport retour, pour être sûr de ne pas envoyer des gens qui n'ont pas le niveau. La condition sera aussi d'utiliser le moyen de transport pour attirer des candidats sérieux, pour ne pas qu'on ait juste beaucoup de personnes.

La question qui est sur les lèvres actuellement, on était parti sur une seule ceinture pour le grand champion mais là on a trois. Comment sera déterminé et choisi le grand champion ?

Il y'a toujours eu trois ceintures parce qu'on a trois catégories différentes, c'est l'objectif. Le choix du candidat qui va partir dépend des critères. Premièrement la discipline, le niveau de jujitsu, le niveau de strightking. Deuxièmement, le plus important est l'avenir prometteur. Il doit avoir un avenir prometteur. Ce n'est pas forcément le champion qui sera choisi mais celui qui a un avenir prometteur. Celui qui peut vraiment devenir plus grand, celui qui est commerciable. On a besoin d'un héros national de MMA. On choisira celui qui sait se vendre comme McGregor. Il n'est pas le plus grand des athlètes mais il sait se vendre. L'athlète qui permettra de vendre le pays, un bon produit.

C'est quand il sera connu ?

Je pensais le connaître. Mais aujourd'hui (samedi 29 juin), je pense qu'ils (ses collaborateurs) seront pas d'accord avec moi. On va en débattre parce qu'on ne peut pas choisir un comme ça. Ce n'est pas parce que tu as une série de victoire que tu es un bon produit, ça s'est très important. Je n'ai pas envie de donner des noms ici. Là par exemple, Axel Iridjé, malgré qu'il ait perdu, il a fait un énorme combat. Je ne le voyais pas avant mais là je suis en train de voir. Tout le monde voir Sankara mais faites attention. Regardez Axel, le petit, il a perdu mais est ce qu'il promeut ? Moi je pense qu'il est prometteur, de même pour Sankara, Taofeek et les autres. Le choix est difficile mais on va envoyer qu'un pour créer des jaloux.

Propos recueillis par Chamade YAH

 

 

 

TOP