Flash Info

  • Il y a 7 heures 47 minDjibouti : L'international Burkinabé Alain Traoré va prolonger pour un an son contrat à Arta/Solar 7
  • Il y a 7 heures 52 minFootball-CAF Awards 2022 : Karim Konaté nominé dans les catégories de joueur Interclubs et Jeunes de l'année
  • Il y a 9 heures 13 minFootball-Transferts : Serge Deblé débarque à Tobol pour une saison
  • Il y a 9 heures 14 minFootball-CAF Awards : Franck Kessié et Sébastien Haller sont dans la course pour le Ballon d'Or
  • Il y a 10 heures 17 minBasketball NBA : L'ivoirien Mo Bamba de Orlando Magics est libre de tout contrat . Les Bulls et les Rockets sont intéressés par son profil.
  • 29/06/2022Football-Transferts : Selon FootMercato, Ghislain Konan aurait signé en Arabie Saoudite à Al-Nassr

Election FIF-Jacques Anouma : « Les clubs ont aujourd'hui un seul souhait… »

Football
Ligue 1
Elephants

Election FIF-Jacques Anouma : « Les clubs ont aujourd'hui un seul souhait… »

17 March 2022 0

Le nouveau blocage du processus électoral à la FIF, ne laisse personne indifférent. Pour en sortir « au plus vite », l’ex-président de la FIF (2002 à 2011), Jacques Anouma a entrepris une médiation dont la conclusion a été livrée le mercredi 16 mars 2022, à la presse nationale et internationale.

C’est seul, sans aucun protocole cette fois que SEM Jacques Anouma s’est présenté à l’Hôtel du Golf face aux medias, qui attendaient une nouvelle prise de parole de l’ex-homme fort du football ivoirien et continental, dans la nouvelle crise qui frappe son football.

A la suite de la quasi-injonction de la Fifa au sujet de l’article 47 du code électoral de la FIF indiquant 8 parrainages dans les critères d’éligibilité, Jacques Anouma s’est offert en parfaite jonction des parties. Ainsi, « J'ai reçu des membres actifs à titre individuel. J'ai reçu des personnes qui souhaitent candidater pour les prochaines élections, accompagnés de leurs soutiens », a-t-il déclaré en prenant le soin d’informer « le Conor et la Tutelle », a précisé le conférencier.

Dans la démarche, « j’ai pris le temps d'écouter tout le monde. Après l'Assemblée Générale (du 26 février 2022) où j'ai pris la parole pour féliciter le Conor, je ne m'attendais pas à un revirement. Malheureusement 48 heures après,  nous avons été appelés par le Conor pour nous informer qu'il avait un article qui posait problème. C'est légitime d'être en colère. Mais après on fait quoi? ». Une question qui oblige à l’action afin de sortir de la crise.

Après plusieurs concertations, « je peux vous dire avec certitude mais pas à 100%, que les clubs ont aujourd'hui un seul souhait, c'est d'aller rapidement à l'élection du bureau exécutif ».  Une assurance qui prend sa source dans le changement de paradigme de la majorité des membres actifs consultés. Selon Jacques Anouma, « le principe de parrainage sans catégorisation est accepté par la majorité. Mais c'est le nombre qui n'est pas acquis. Les choses ont donc évoluées », a-t-il fait noter.

Des propos confirmés par plusieurs acteurs du football local au sortir d’une réunion avec le Comité de Normalisation, dans l’après-midi du mercredi 16 mars 2022. Quant à la question du nombre de parrainages, l’Assemblée Générale Modificative de l’article 47 des statuts, annoncée pour le 5 avril par Mme Mariam Dao Gabala, devrait en décider.

Une avancée notable qui n’a pas empêché Jacques Anouma de faire quelques précisions sur les points qui animent débats au sein et autour du football ivoirien. Si certains observateurs pointent du doigt l’article 47, « je veux préciser que, on a dit beaucoup de choses sur l'article 47. Mais il n'est pas nouveau car il date de 2011 et c'est avec cet article que feu Sidy Diallo a été élu 2 fois. La nouveauté c'est que les parrainages sont limités. Dites la vérité, cette article n'est pas nouveau. Maintenant nous sommes en 2022 et il est normal qu'on évolue avec notre temps. La tendance c'est à présent d'aller aux élections sans catégorisation», a-t-il expliqué.

Aussi, l’ex-président de la FIF est revenu sur la raison principale de la survenue du Comité de Normalisation. « La normalisation n'a pas été nommée à la suite d'une crise à la Fédération, la normalisation a été mise sur place à la suite d'une crise électorale. Il faut qu'on dise la vérité aux Ivoiriens ». Une dernière précision qui devrait permettre aux observateurs de situer le cadre de l’action de Mme Mariam Dao Gabala.

Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP