Flash Info

  • 19/06/2024 JO Paris 2024 : Cheick Sallah Cissé et Marie Josée Ta Lou-Smith porteront le drapeau
  • 19/06/2024JO Paris 2024 : L'État dégage une enveloppe de 450 millions FCFA
  • 19/06/2024Basket-NBA : Detroit limoge Monty Williams, son coach et lui verse 65 millions de dollars
  • 19/06/2024JO Paris 2024-Athlétisme : Double médaillée d'or olympique sur 200m, la Jamaïcaine Elaine Thompson-Herah décide de ne pas défendre son titre
  • 19/06/2024Athlétisme : 23e championnats d'Afrique : La délégation ivoirienne s'est envolée pour Douala, ce mardi 18 juin 2024
  • 18/06/2024 Qualifications-JO Paris 2024-Tir à l'arc : Franck Eyeni joue sa dernière carte à Antalya en Turquie

El.CAN 2023-4è jrnée-Gpe H : La Côte d’Ivoire trace ses traits de “Commando“

Football
Elephants
CAN

El.CAN 2023-4è jrnée-Gpe H : La Côte d’Ivoire trace ses traits de “Commando“

29 March 2023 0

Depuis 2016, les Comores n'avaient plus connu la défaite à domicile. Une dynamique brisée mardi à Moroni par la Côte d'Ivoire qui achève sa belle semaine et affiche son profil d’équipe avant les deux dernières journées des éliminatoires de la CAN 2023 à laquelle elle participera en tant que pays hôte.

7 ans que le Stade Omnisports Malouzini de Moroni avait perdu le goût de la défaite. Malgré la déconvenue du Stade de la Paix de Bouaké (3-1), les fans des Cœlacanthes y croyaient face à des Eléphants dont l'ossature fut remaniée pour la 4è journée des éliminatoires de la CAN 2023.

Portés par leur public, Youssouf M'Changama et ses coéquipiers ont tenté de semer le doute dans le camp ivoirien. « On savait que ça serait un match difficile, quand les Comores ont exercé un pressing d'entrée. Ils nous ont fait douter et on a peu bégayé notre football. Parce que sur un terrain bosselé, on n'a pas joué notre football comme on a l'habitude », a reconnu Jean Louis Gasset.

Le rêve de faire tomber les Eléphants pour la première fois dans ces éliminatoires se brise au-delà du premier quart d'heure, pour faire place à la maitrise et l'efficacité des Oranges vêtus de Blanc cette fois. « Au bout de 15 minutes, on a laissé passer l'orage, on a très bien défendu et à partir de là, on a commencé à mettre notre jeu en place. En seconde période le pressing était moins dense, nous avions la maitrise ce qui nous a permis de marquer le deuxième but », analyse le technicien français qui ne veut pas devoir ce succès à un quelconque coup de bol. Même si des équipes comme le Sénégal, l'Egypte, le Cameroun et le Maroc ont toutes buté sur les Cœlacanthes sur leur sol.

« Cette victoire n'est pas le fait de la chance ! Nous savions que ce stade était une forteresse, où des équipes très huppées avaient eu du mal à prendre un point. J'ai averti les joueurs. Je leur ai dit que depuis 7 ans l'équipe nationale est invaincue sur ce stade. Donc il fallait répondre au combat physique et ensuite sur un terrain qui ne nous avantage pas, essayer de marquer un ou deux buts et c'est ce qu'on a fait ».

Un bilan de deux victoires en autant de match sur un intervalle de 4 jours avec 5 buts inscris et 1 encaissé, qui permet à Jean Louis Gasset de dresser le prototype de l'équipe qu'il construit et dont les premiers traits luis sont clairs. « Nous avons une équipe portée vers l'avant, une équipe au sein de laquelle tout le monde peut marquer. Mais, quand on n'a pas le ballon, tout le monde sait qu'on doit travailler ensemble à la récupération.  Ça commence à venir, la compétition est encore loin, on fait tourner, on ajoute des jeunes, il y a des anciens qui reviennent, le groupe bouillonne comme il faut ». En attendant le déplacement de juin à Lusaka, en Zambie.

Patrick GUITEY

TOP