can-2023-ads.jpg

Flash Info

  • 13/04/2024 Foobtall-Ligue 1 : Malick Tohé est le nouveau PCA du CO Korhogo
  • 13/04/2024Football-Coupe Nationale : 16es de finale : Bintana FC 2-3 Mouna FC, Africa Sports 1-2 Stade d'Abidjan, San Pedro FC 2-1 SOA
  • 13/04/2024Football-International : LDC : Sorti à la 10e minute ce samedi, Sébastien Haller est incertain pour le quart de finale retour contre l'Atletico Madrid
  • 13/04/2024 Football-Afrique : Rainsford Kalaba placé dans un coma artificiel (TP Mazembe)
  • 12/04/2024Football-Coupe Nationale-16e Finale : ES Bingerville 1-0 CO Korhogo - RCA 1-0 SOL FC
  • 12/04/2024 Fustal : Abel Kouamé Junior, arbitre international, représentera la Côte d'Ivoire à la CAN 2024

CAN 2023 : Côte d’Ivoire-Guinée Equatoriale, jour de stress

Football
Elephants
CAN

CAN 2023 : Côte d’Ivoire-Guinée Equatoriale, jour de stress

22 January 2024 0

A quelques encablures du match à quitte ou double de la Côte d'Ivoire, c'est tout un pays qui, dans l'incertitude, ploie sous le poids de l'inquiétude au sujet de l'issue probable du duel avec le leader du Groupe A : La Guinée Equatoriale.

Le stress est un état d'inquiétude ou de tension mentale causé par une situation difficile. Une définition qui traduit avec exactitude le sentiment des fans ivoiriens au lendemain de la défaite face au Nigéria (0-1). Car, pour le coup, les hommes de Jean Louis Gasset faisaient face à leur premier véritable test. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils n'ont pas été à la hauteur.

Car depuis la défaite du 17 juin 2023 face à la Zambie dans les éliminatoires de la CAN 2023, sans conséquence pour elle, la Côte d'Ivoire avait inscrit au moins un but sur les 7 matches précédents son duel avec le Nigeria. Un manque d'efficacité qui soulève de nombreuses questions sur la capacité des hommes de Gasset à hausser leur niveau face à une adversité sérieuse.

"Les Eléphants de Côte d'Ivoire n'ont pas été très rassurants lors de leur défaite face aux Supers Eagles Nigérians (0-1)", confirme Roméo Coulibaly, journaliste-commentateur à la RTI. L'effet sur la ferveur du public national fut immédiat, surtout que les Eléphants ont offert un spectacle peu reluisant. "Cette contre-performance a eu pour effet de semer le doute dans l'esprit des ivoiriens. C'est Logique au vu de la victoire laborieuse face à la Guinée Bissau en ouverture de la CAN, ajouté à cela les performances passables des Eléphants en éliminatoires de la CAN et lors des matchs amicaux", continue Roméo qui remonte le temps pour expliquer ce raté.

Sentiment partagé par Antoine Mahan de la Nouvelle Chaîne Ivoirienne (NCI). "Je comprends l'inquiétude. Les Éléphants n'ont pas rassuré lors de leurs deux précédentes sorties. Pas vraiment souverain dans le jeu, ils ont laissé un sentiment mitigé surtout après la défaite face au Nigeria", a-t-il indiqué.

Quant à Moïse N'Guessan, Rédacteur en Chef du quotidien L'Expression, il va plus loin dans l'explication de cette perte de confiance. Et elle est plus technique. "Les populations sont vraiment inquiètes. Elles ont raison de craindre le pire puisque les Éléphants ont été tout sauf rassurants lors de leur dernière sortie face au Nigéria. Le manque de créativité, l'inefficacité, le jeu décousu ont réussi à faire perdre espoir à plusieurs Ivoiriens".

Pourtant, de l'espoir, il en faut, surtout face à une sélection de Guinée Equatoriale qui, en 2012 (3-0) et en 2021 (1-0), a réussi aux Eléphants. Et ce, même si le manque de "visibilité sur ce que Jean Louis Gasset et son commando préparent pour ce match capital" peut susciter de nouvelles craintes chez les supporters, selon Antoine Mahan.

Roméo Coulibaly est bien plus dilué. Mais si et seulement si l'équipe emmenée par Jean Louis Gasset "joue au meilleur de sa forme". A ce moment-là, elle serait "imbattable et redoutable. Il faudra un autre visage des Eléphants ce soir face à Guinée équatoriale afin de rassurer l'essentiel des supporters des Eléphants".

Gagner pour maintenir "l'engouement qui monte crescendo autour de la compétition", selon Moïse N’Guessan. Telle est la mission du "Commando" appelé à transformer le lundi 22 janvier 2024, jour de stress, en jour de fête.

Patrick GUITEY

 

A lire aussi ...

TOP