Flash Info

  • 06/12/2022Tennis : Novak Djokovic débutera sa saison à Adelaïde pour préparer l'Open d'Australie
  • 06/12/2022Football-Coupe d'Asie 2027 : L'Arabie saoudite seule candidate à l'organisation après le retrait de l'Inde
  • 06/12/2022Autres-Sports : Jeux Olympiques de la Jeunesse de Dakar 2026 débuteront du 31 octobre au 13 novembre
  • 06/12/2022Athlétisme : Armand Duplantis (saut à la perche) et Sydney McLaughlin-Levrone (400m haies) désignés sportifs de l'année
  • 06/12/2022Football-CHAN 2022 : Kalilou Traoré et Herman N’Goh ont été retenus pour officier les matches
  • 06/12/2022Football-Coupe CAF : Le tirage au sort de la phase de groupes aura lieu le 12 décembre prochain

Zoom : Maboundou, la petite bombe du sprint ivoirien

Autres Sports
Athlétisme

Zoom : Maboundou, la petite bombe du sprint ivoirien

1 April 2022 0

Le sprint (court) est un immense pourvoyeur de lauriers pour la Côte d'Ivoire. Un statut fort renforcé cette dernière décennie avec les deux flèches ivoiriennes que sont Murielle Ahouré et Ta Lou Marie Josée. Éblouissantes lors des joutes internationales (60 m, 100 m et 200 m), ces deux ivoiriennes ont réussi l'authentique exploit d'attirer la lumière sur la Côte d'Ivoire et à en faire une terre de prédilection du sprint dans le monde, pour ne pas dire la deuxième Jamaïque. Cela, à travers des sacres décrochés, des records réalisés ou encore de folles campagnes. Mais, plus au crépuscule qu'à l'acmé de leur carrière, Ahouré (34 ans) et Ta Lou (33 ans) préparent la piste pour les jeunes louves aux dents bien acérées qui explosent de plus en plus. Et Koné Maboundou (1m65, 55 kg) tient une place de choix dans ce lot.

Des nouvelles perles et grands espoirs du sprint court ivoirien chez les dames à savoir Jessica Gbaï, N'da Akissi Bledja, Iris Kémonséi, Klah Dawa Ange Ella ou encore Chantal Djéhi Yonan, elle est la plus âgée avec ses 24 ans. Détectée à Yamoussoukro, elle intègre le pôle d'entraînement Murielle Ahouré en 2013 - 2014 dans une escouade riche de Cissé Gué, Auriel Tchambi, Toti Suzanne. Mais après plusieurs compétitions sous les couleurs ivoiriennes dont les Championnats d'Afrique Junior en Éthiopie (5ème), les Jeux Africains de la Jeunesse au Botswana (6ème), Championnats d'Afrique Zone 2 en 2014, au Burkina Faso (médaillée de bronze) et les Jeux olympiques de la jeunesse en Chine (demi- finaliste), elle s'exile en France en 2018. Mais depuis une dizaine de jours, Koné Maboundou a retrouvé ses terres.

Un choix de coeur stimulé par la FIA

En pleine explosion ces deux dernières saisons, la jeune sprinteuse pensionnaire du Stade Français de Paris, enchaîne les titres. Cet exercice, elle a décroché le graal dans sa catégorie et a fini 3e meilleure athlète toutes catégories confondues de France. Des performances qui ont énormément séduit la France au point de la courtiser pour défendre ses couleurs. C'était sans compter avec le patriotisme de Maboundou. « Depuis toute petite, j'avais pour idoles Murielle Ahouré et Ta Lou. J'ai toujours aimé courir pour mon pays. Et défendre ses couleurs reste une grosse fierté pour moi. D'ailleurs je suis ivoirienne, je resterai ivoirienne et rien d'autre », a-t-elle expliqué avant d'ajouter. « Ce retour est également une marque de reconnaissance à l'endroit du président Jeannot Kouadio qui ne m'a jamais abandonnée. Quand tout était difficile en France pour moi sur le plan administratif, il était à mes petits soins pour m'aider à sortir de ces épreuves. Il m'a ouvert assez de portes. »

Ahouré et Ta Lou, ses repères

Sommités du sprint ivoirien chez les dames, Murielle Ahouré et Marie- Josée Ta Lou sont le symbole du rayonnement de l'athlétisme ivoirien ces dernières années. Mieux, elles suscitent d'énormes espoirs et incarnent le rêve chez les plus jeunes. Et Maboundou en fait partie. « Je voudrais d'abord rendre un vibrant hommage à ces deux dames, mes aînées pour tout ce qu'elles ont fait et continuent de faire pour l'athlétisme ivoirien », a-t-elle dit. Puis de poursuivre. « Elles sont nos repères, notre boussole. Ahouré et Ta Lou ont ouvert la voie, nous l'emprunterons pour briller comme elles et pourquoi pas faire mieux. « Pour ce qui est de la relève féminine, Koné Maboundou entend donner le meilleur d'elle pour l'assurer dignement. Ce, en comptant sur tous les talents locaux et également les expatriées comme Jessica Gbaï qui brille aux Etats Unis. Car avec un peu de volonté, tout devient possible. »

« Mon rêve, c'est de mieux faire chaque fois »

Pour son grand retour sous les couleurs ivoiriennes, Koné Maboundou s'est fendue d'une médaille d'or et une d'argent au Grand prix d'Athlétisme CAA de la ville de Douala le week-end dernier. Avec cette entame glorieuse sur le continent africain, la jeune native de Man (ouest de la Côte d'Ivoire) est bien lancée pour atteindre ses objectifs un à un. Mais en dépit des sacres aux championnats d'Afrique, du monde (indoor et outdoor), Diamond League et jeux olympiques qui demeurent ses plus gros challenges, son plus grand rêve est de battre ses propres records à chaque sortie et atteindre le pic de ses performances afin d'étinceler. « Mon premier rêve, c'est de toujours battre mes records personnels. Je veux mieux faire à chaque sortie. Après, je rêve de participer à de grandes compétitions comme les jeux olympiques et les championnats et espérer ramener des médailles à mon pays », a-t-elle souhaité.

« Je veux briller à Maurice »

Avec un début tonitruant couronné par plusieurs prestigieuses breloques, Koné Maboundou est désormais en orbite telle une fusée pour briller sous les couleurs ivoiriennes cette saison. Car, elle a faim. Son premier challenge cet exercice, ce sont les 22e championnats d'Afrique seniors prévus à Maurice du 08 au 12 juin 2022 au Complexe Sportif National de Côte d'Or. « Mon premier objectif ce sont les championnats d'Afrique de Maurice où je rêve de briller. C'est bien pour cela que je suis à Abidjan dans le cadre d'un stage avec mon coach le Président Jeannot Kouadio. Et après espérer me qualifier pour les championnats du monde », nous confie-t-elle avant de se projeter sur les jeux olympiques de Paris 2024. « Je les ais dans mes objectifs. Surtout que c'est dans mon jardin. J'essaie de bosser dur et mettre les choses en place pour cela. On essaie de s'accrocher et mieux réaliser les chronos en vue d'y participer. »

Bénéficiaire d'une bourse olympique cette saison, Koné Maboundou entend désormais se consacrer pleinement au sprint afin d'exploser telle une petite bombe et briller lors des futures joutes. Rentrée en famille à Man en pays Mahouka pour se ressourcer et prendre des bénédictions, elle s'envolera sous peu pour paris où elle disputera les interclubs le 08 mai prochain.

Lebéni KOFFI

A lire aussi ...

TOP