Flash Info

  • 12/06/2024Football-Ligue 2 : Suspendu pour fraude sur l'âge et l'identité, Prosper Tizié à Korhogo avec le groupe de l'Africa Sports
  • 12/06/2024Football-Côte d'Ivoire : Le match de Gala "Pro c'est Pro" de la Fondation Franck Kessié est prévu pour le 15 juin au stade Champroux
  • 12/06/2024Football-Transfert : Alfred Dossou-Yovo, entraîneur béninois de gardiens, rejoint la Juventus avec Thiago Motta
  • 12/06/2024Football-Transfert : Thiago Motta, le technicien italo-brésilien s'est engagé avec la Juventus jusqu'au 30 juin 2027 (officiel)
  • 12/06/2024 Open de Judo-Abidjan : La Côte d'Ivoire totalise 7 médailles dont une en or et 6 de Bronze pour une 5e place au classement général
  • 12/06/2024Football-Transfert : Le défenseur français Mamadou Sakho signe en Géorgie au club de Torpedo Kutaisi pour un an avec option

CAN 2010- Groupe B- Togo : Devenir grand parmi les grands

CAN

CAN 2010- Groupe B- Togo : Devenir grand parmi les grands

8 January 2010 0
Devenir grand parmi les grands

Les Eperviers du Togo sont à leur 7e participation à la Coupe d’Afrique des Nations. Lors de leurs 6 apparitions sur la table du banquet continental du football, les Eperviers n’ont pas pu passer l’étape de l’entrée. Sélection peu expérimentée, ou groupe trop corsé la sélection nationale n’a eu que les trois matchs du premier tour à se mettre sous la dent. Logée dans un groupe estampillé de celui de la mort, les Togolais ne semblent pas être sortis de l’auberge. Surtout qu’à leurs côtés dans le groupe B, respirent le Ghana et la Côte d’Ivoire, super prétendant pour la succession de l’Egypte, champion en titre. L’histoire risque de se répéter pour les Eperviers qui n’ont pas connu un  envol majestueux lors de l’étape des éliminatoires. Surtout en sa défense. En 10 rencontres ils ont encaissé 10 buts contre 11 inscrits. Une défense bien trop poreuse dont les murs lézardés devront être bétonnés pour faire face à des attaques ultra prolifiques telles que celles du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire et du Ghana. Ce parcours en dents de scie dont les seuls points forts pourraient être le 6-0 infligé au Swaziland et la victoire sur le Cameroun (1-0) pourrait être imputable au ballet d’entraîneurs sur le banc du Togo au cours des éliminatoires. Le Français Henri Stambouli, le Togolais Kodjovi Mawuena et le Belge Jean Thissen se sont succédés à la tête d’une sélection perturbée par la crise qui frappe la Fédération Togolaise de Football. <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />
 
Velud, un “chat“ parmi les Eperviers
 
Arrivé en octobre 2009, Hubert Velud, qui a réussi a accroché le dernier ticket pour la CAN 2010 à la suite de la décisive victoire sur le Gabon, inspire beaucoup plus de confiance aux supporters des Eperviers. Et cela se justifie. Ancien gardien de but de Reims surnommé “Le Chat“ Velud serait l’homme de la situation pour resserrer les boulevards de la défense des Eperviers. Le manager français qui en est à sa première expérience africaine et à sa toute première CAN n’a pour seul repère que Stéphane Sessègnon, l’international béninois qu’il a contribué à faire éclore. Après avoir passé le clair de carrière d’entraîneur entre la Nationale et la Ligue 2 française, Hubert Velud s’invite dans un autre univers, celui de l’imprévisible Afrique qu’il devra vite dompter pour offrir un parcours plus reluisant à un Togo qui ne s’est pas encore réveillé de sa qualification pour le Mondial 2006.
 
Adebayor, passer de “bad boy“ à “golden boy“
 
Un mondial ou l’a porté un groupe de joueurs enthousiastes dont le chef de fil n’était autre que le Citizen Emmanuel Sheyi Adebayor. Grande figure aux côtés de Stephen de cette qualification historique, l’ex-striker d’Arsenal maintenant sous les couleurs de Manchester City a depuis même perdu l’affection de plusieurs supporters des Eperviers. Jugé grande gueule par ses détracteurs, ses écarts de comportements en sélection sonnent plus que ses performances. Et pourtant, avec 5 réalisations, il est le meilleur buteur togolais des éliminatoires de la CAN 2010. En Angola dans une poule B relevée, Adébayor devra encore porter une nation qui espère qu’il réalise la symétrie de ses performances en Premier League. Son statut de “bad boy“ prendra du plomb dans l’aile s’il le réussit. Après une année 2006 faste et une décevante saison 2008 où il n’a pas pu conduire les Eperviers au Ghana, Adébayor a 2010 pour se racheter et pour surtout justifier à l’épreuve du continent son titre de Ballon d’Or 2008.
 
Par Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP