Flash Info

  • 22/09/2019Football-El.CHAN 2020: Niger 2-0 Côte d’Ivoire
  • 19/09/2019Athlétisme-Mondiaux 2019: 4 milliards 466 millions 793 mille francs CFA seront distribué aux différents lauréats
  • 19/09/2019Athlétisme-Mondiaux 2019: Marie Josée Ta Lou et Cissé Gue se préparent à Rome en Italie
  • 19/09/2019Football: François Zahoui attendu dimanche à Bangui pour signer avec la sélection nationale de Centrafrique
  • 19/09/2019Football: Didier Drogba désigné ambassadeur du Ballon d'Or France Football
  • 17/09/2019Football-CAN 2019 (U23): Le tirage au sort à Alexandrie le 3 octobre 2019

Volleyball-Financement des compétitions internationales : Koné Sanga crie son ras-le-bol

Volleyball
International

Volleyball-Financement des compétitions internationales : Koné Sanga crie son ras-le-bol

26 April 2010 0
Koné Sanga crie son ras-le-bol

Face aux difficultés rencontrées lors des deux dernières campagnes sous régionales de Volleyball, le président de la Fédération Ivoirienne de Volleyball (F.Iv.VB), a crié son ras-le-bol au sujet du mode de financement et de gestion des compétitions internationales.
« Il est difficile à 3, 2 ou même 1 jour du démarrage d’une compétition  de ne pas savoir si vous irez ou pas. Que ce soit avec les équipes nationales ou avec les clubs, la situation est la même : les athlètes se préparent, font des sacrifices énormes (pas de prime de transport, pas d’équipement…) et les responsables fédéraux se voient brandir des menaces de non participation pour soi-disant des questions administratives ou financières », a fait remarquer Issouf  Koné Sanga.  
En effet,  la participation des deux représentants ivoiriens (la SOA et l’Asec) au dernier tournoi des clubs champions de la zone 3 au Bénin a été entourée  de difficultés matérielles et morales. Les ivoiriens ont joué la compétition à crédit et aucune prime n’a encore été payée aux athlètes.
Selon Koné Sanga,  les organisateurs de cette compétition ont  accordé la date du 01 mai 2010 comme délai à la fédération ivoirienne pour le règlement total des frais de séjour et des frais de participation. Cependant «  il n’y  a aucune visibilité sur le paiement de ces montants » à quelques jours de la date butoir, à en croire le président de la F.Iv.VB.   
De la campagne de 2009 à Ouaga où le Stella CVB et Plaisir VBC avaient été finalistes, à la dernière édition de Cotonou qui a couronné la SOA (hommes) championne de la zone 3  et l’Asec (dames), médaillé de Bronze les difficultés n’ont pas été résolues.
« Billets d’avions obtenus la veille ou quelques fois même le jour du voyage, retards de paiement des primes, pas de mise à disposition des fonds pour la boîte à pharmacie… sont les situations vécues depuis notre arrivée à la tête de cette fédération.  Imaginez-vous que pour des compétitions qui se sont déroulées en 2009, certaines primes et obligations ne sont pas encore payées à ce jour » révèle le successeur de Koné Jeannot.
Du coup, les pressions morales et humiliations subies par des membres fédéraux et les traitements inégaux infligés aux athlètes qui remportent des médailles et trophées et autres lauriers pour la Côte d’Ivoire ont fini par convaincre Koné Sanga que le qualificatif  de ‘’sport dit mineur’’ est plus que jamais d’actualité en Côte d’Ivoire.
« Nous commençons à être convaincus que le qualificatif de ‘’sport mineur’’ attribué à tort à des fédérations dont surement le volleyball est  le fait et le fruit de certaines actions émanant de nos autorités et même des plus hautes. C’est regrettable de constater que les disciplines sportives sont inégalement traitées et certaines sont même ignorées ou brimées par les autorités de ce pays », soutient le patron du Volleyball Ivoirien.  Le président de la F.Iv.VB en veut pour preuve les sommes colossales affectée à certaines disciplines  au détriment d’autres. « C’est un montant global de 22 millions de FCFA qui est nécessaire pour régler les primes et les frais de participation relatifs à la compétition de Cotonou. Pourquoi ce retard  quand il s’agit du volleyball, quand on sait que l’état de Côte d’Ivoire a déboursé plus d’un milliard en janvier dernier pour la CAN en Angola », s’indigne Sanga au regard de la grande disproportion.
« C’est de justice et d’égalité dans le traitement et la gestion des disciplines sportives que nous avons besoin. Etant contribuables et électeurs comme les membres des autres fédérations nous avons besoin de la même considération », a précisé le président de la F.Iv.VB au cours de la cérémonie de félicitation à la SOA et à l’Asec, dimanche au Baron de Port-Bouet, avant de terminer sur une note d’espoir :  « Dans la grisaille présentée ci-dessus, les bons résultats de nos athlètes viennent nous rappeler que nous devons continuer de nous battre pour porter encore plus haut le volleyball ivoirien ».
Alexis KOUAHIO

A lire aussi ...

TOP