Flash Info

  • 19/04/2019Athlétisme: Murielle Ahouré affirme vouloir prendre sa retraite "qu'après l'or olympique"
  • 19/04/2019Football-Coupe Nationale 2019-Quarts: FC San Pedro-LYS - AFAD-Shadrac - Stade d’Abidjan-RCA - Séwé Sports-ASEC Mimosas
  • 19/04/2019Football-CAN 2019: Le Maroc favori du Groupe D selon Max Alain Gradel
  • 19/04/2019Boxe: Gobé Allou ambitionne construire un gymnase en Côte d'Ivoire pour instruire les jeunes à la pratique de la boxe
  • 19/04/2019Foot-C.Nationale 2019-8ès : COK 1-2 Shadrac - WAC 0-2 AFAD - LYS 0-0 (10-9 tab) N'Zi FC - FC San Pedro 5-0 SC Gagnoa - AS Tanda 0-2 Séwé Sports
  • 19/04/2019Athlétisme-CAN U18 & U20: Diasso Serge Armand s'offre la médaille d'argent au lancer du javelot, la première pour la Côte d'Ivoire
Elephants

Interview-Vahid Halilhodzic(Coach des Elephants) : “On doit s’améliorer”

25 June 2009 0
“On doit s’améliorer”

Samedi dernier, Vahid Halilhodzic n’a pas caché sa joie après le précieux succès de son équipe à Ouagadougou. Annoncé sur le départ, le technicien Franco-Bosniaque fait ici le point après la phase aller des éliminatoires de la CAN et du Mondial 2010. Pour lui, le Mondial est à portée de main. Mais, coach Vahid n’est pas totalement satisfait du jeu produit par « ses garçons ». <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />
Coach, comme c’est le cas depuis un moment, votre équipe est difficilement rentrée dans le match. Cela est devenu rédhibitoire ?
Vous avez raison. Ce n’est pas la première fois que nous débutons mal un match. Je pense que c’est une question de mentalité. Mais, le point positif, c’est qu’on parvient ensuite à assurer un bon résultat.
Comment avez-vous trouvé l’équipe burkinabé ?
Très bonne. De toute façon, j’avais prévenu mes garçons que cette équipe avait de la qualité et qu’elle ne serait pas du tout facile à jouer. Mes prévisions se sont révélées exactes. A domicile, le Burkina Faso évolue avec beaucoup de confiance et d’enthousiasme. Des joueurs comme Dagano ou Pitroïpa, m’ont surpris vraiment par leur talent et par leur détermination.
Qu’est-ce que vous avez dit à vos joueurs à la mi-temps alors qu’ils venaient de passer, pratiquement, à côté de leur sujet ?
Dans les vestiaires, tout le monde parlait. J’ai dû calmer tout ça. J’ai élevé la voix pour leur dire de ne pas se laisser aller au découragement et qu’on pouvait remporter ce match si on était plus concentré et plus précis dans notre jeu. Qu’ils n’avaient qu’à se ressaisir. J’ai surtout joué sur leur mental. Ce qui a payé, à mon avis à la reprise.
Coach, nous n’avons pas bien compris le choix d’aligner Eboué sur le côté gauche et laissé Tiéné Siaka sur le banc…
C’est simple. Je savais que les Burkinabè possédaient des joueurs de couloir très vifs et alertes. C’est pourquoi j’ai préféré Emmanuel Eboué sur le côté gauche d’autant plus qu’il défend assez bien sur les ailes de la défense.
Vous ne faites pas confiance à Tiéné Siaka qui est pourtant un latéral gauche nominal?
Si. Mais, il est à court physiquement. J’ai tenté un coup.
Cela a failli être préjudiciable à votre équipe…
Je ne crois pas. A mon avis, tout c’est bien passé.
Quelle perception avez-vous de votre équipe ?
Je suis fier de mes garçons. Ils ont un énorme potentiel. Et, quand ils décident de remporter un match, ils peuvent le faire. La victoire à Ouagadougou nous ouvre pratiquement les portes du Mondial. C’est d’ailleurs l’objectif minimum qu’on pouvait avoir. Il ne nous manque plus que trois points pour valider notre ticket. On réalise un bon parcours.
Qu’est-ce qui manque à cette équipe des Eléphants ?
On a certes de très belles individualités. Mais, je crois qu’il nous manque de la rigueur, de la constance. Au cours d’un match, on peut être très bon à certains moments et mauvais en d’autres. Cela m’inquiète. Ce sont des choses qu’il faut corriger. Et, c’est sur cet aspect qu’on va le plus travailler prochainement.
Vous allez ouvrir votre équipe à d’éventuels joueurs lors des prochaines échéances ?
Je l’ai toujours dit. L’équipe n’est fermée à personne. Si des joueurs se révèlent au cours des prochains mois, je les convoquerai naturellement. Personne n’a une place assurée en équipe nationale. Je ne prends que les meilleurs. Chacun doit donc se battre pour préserver sa place.
 
Réalisée par Abdoul KAPO à Ouagadougou
 

A lire aussi ...

TOP