Flash Info

  • 21/06/2017Football-Transfert : Nicolas Pépé (22 ans), s’engage avec le club lillois jusqu’en 2022.
  • 21/06/2017Football-Transfert: L'ASEC Mimosas annonce la signature de son gardien Hervé Koffi à Lille
  • 21/06/2017Football-Transfert: Ouattara Ibrahim, attaquant du Stade Abidjan, signe en faveur du Club Bizertin de Tunisie
  • 21/06/2017Athlétisme-Présidentielle FIA 2017: Serikpa Dago, Hervé Porquet et Serge Doh contestent un probable report de l'élection
  • 21/06/2017Football-Transfert: Seydou Doumbia annoncé en prêt au Sporting de Lisbonne
  • 19/06/2017Volley-Championnat National Masculin- 11è journée: Sun 3 sets 1 Bonoua
Autres Sports

Parcours du Roi Cissé Cheick 1er

25 August 2016 0
Parcours du Roi Cissé Cheick 1er

L’armature frêle et le visage tourné vers le bas. Cissé Cheick Sallah n’avait pas les atouts naturels pour le combat, le Taekwondo. Mais l’histoire se nourrit d’inédits, et le fils Cissé s’y est inscrit, malgré la difficulté. Car l’ascension du pensionnaire  du club Ineka de Koumassi de Me Kragbé Christian, est loin d’être un conte dé fée. Car elle, ne connait pas la saveur de l’épée. Cissé a dû, lui, passer par le feu du sacrifice pour se mettre au service de son corps. Seul chemin menant à l’or aux pieds du Corcovado de Rio.

 

 

Mais c’est par le glamour que Sallah s’ouvre l’idée de la pratique du Taekwondo. Il y a plusieurs années, alors qu’il se mêlait à ses copains de Dar Es Salam, (Ndlr : quartier populaire de Bouaké dans le centre de la Côte d’Ivoire), l’élégance de son oncle, Anzoumana Siaka, dans son dobok, attirât l’attention du neveu. Junior. Observateur discret et assidu de celui qui est devenu Me Anz CN 5e Dan Kukkiwon, et secrétaire général de la Fédération Ivoirienne de Taekwondo, Sallah se prend à rêver de son dobok à lui et des ses combats professionnels. Un rêve devenu réalité grâce à l’accord préalable de ses parents, et aux ordres de son entraîneurs, Me Tadjou Atada, qui lui ouvrit les portes de son dojang et le dévoilât aux yeux encore fermés des observateurs non-avertis. Dans l’ombre de Seydou Gbané (meilleur combattant de la compétition), Kassi Anicet, Firmin Zokou… Cissé Cheick assiste de loin à la conquête de la médaille d’argent de la Côte d’Ivoire au championnat du monde de 2013. Une première expérience dans le feu de l’action, mais loin de la lumière qui forge l’envie du jeune de 20 ans, à l’époque, à gravir les échelons. Mais pour être champion, il faut des sacrifices. Et le premier fut de mettre en veilleuses ses études, après avoir gouté aux délices de la victoire.

 

Au cœur du projet olympique de Bamba Cheick

 

Constant dans sa progression, Cheick Sallah atterrit à son premier championnat d’Afrique en Tunisie, avec des certitudes que lui et son entraîneur savent. Et l’effet de surprise marche à merveille. En 2014, “Polozo“ remporte la médaille d’or chez les moins de 80 kg. Habitué à l’or, il accueille avec des pleurs celle en argent décrochée à l’Open de Carthage de la même année. Et ce, même l’or par équipe est dans la besace. Une rage de vaincre qui saute aux yeux d’un autre Cheick, celui là président de la Fédération Ivoirienne, qui lui accorde toute son attention et lui offre la tête d’affiche de la sélection nationale de Côte d’Ivoire. Une aubaine, mais surtout une responsabilité énorme. Car désormais, après le décrochage de Seydou Gbané, Logbo Peken, et autres… (pour des raisons d’études), Cissé Cheick Sallah Junior est celui qui porte l’ambition olympique de la Fédération, du projet de Me Bamba Cheick Daniel. Obligé de surseoir à ses cours avec la permission de l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (INJS), Sallah se familiarise avec l’avion et les grands championnats à travers le monde. Opens et Grands Prix se multiplient, avec des résultats tous aussi probants. Quart de finaliste au championnat du monde 2015, vainqueur du Grand Prix de Moscou 2015, médaille d’Or aux Jeux Africains 2015, champion d’Afrique 2016, médaillé d’Or à l’Open d’Allemagne 2016… la préparation idéale mais sans grand bruit, ni grand moyens pour atteindre les sommets au Brésil. Classé 6e meilleur athlète mondial au niveau de sa catégorie en décembre 2015, puis 4e meilleur athlète mondial toutes catégories confondues, le sociétaire du club Ineka pointait au 3e rang du ranking olympique de la Word Taekwondo Fédération (WTF), avant son entrée en lice à Rio. Mais le destin du futur médaillé d’or des JO chez les moins de 80kg n’aurait peut-être jamais pu connaitre l’ivresse du haut du tableau.

 

La frayeur avant le grand bonheur

 

A peine arrivé en terre brésilienne, lors d’un contrôle des équipements à Rio, un membre du Comité d’organisation des Jeux l’accuse dans un rapport de « gestes obscènes » à son égard. Elle en réfère donc au CIO qui saisit la Fédération ivoirienne de taekwondo. Les officiels de la délégation ivoirienne, voyant peut-être l’avenir radieux de l’autre chance de médaille de la Côte d’Ivoire, 32 ans après Gabriel Tiacoh, tiennent alors une réunion d’urgence autour du général Palenfo, président du Comité national olympique, de François Amichia, le ministre des Sports, de Mamadou Touré, conseiller chargé de la Jeunesse et des Sports du chef de l’État, Alassane Ouattara, et de membres de la fédération ivoirienne. La légendaire diplomatie ivoirienne apaise les tensions et ouvre la voie pour Sallah, qui, dans la dernière seconde de la finale, décroche sa première médaille d’or des J.O, la première de la Côte d’Ivoire. Un pays qui l’attend avec des lauriers du titre de la meilleure performance de tous les temps d’un athlète Ivoirien.  

 

.

 

Patrick GUITEY

 

 

Cissé Cheick Digest

 

Nom : Cissé

 

Prénoms : Cheick Sallah Junior

 

Date de Naissance : 19 septembre 1993 (22 ans)

 

Lieu de Naissance : Dar-Es-Salam (Bouaké)

 

Catégorie : -80 kg

 

Début au Taekwondo : 2000 avec le Club Amitié de Koumassi de Me Zébré Marcelin

 

Club Actuel : Ineka de Koumassi de Me Kragbé Christian

 

Intégration de l’Equipe Nationale : 2013

 

Première Sortie avec l’Equipe Nationale : Novembre 2013, Coupe du Monde par Equipe à Abidjan

 

Titres : Vice-champion du monde par équipe (2013), Champion d’Afrique  et vice-champion de l’Open de Carthage (2014), Médaillé d’argent aux championnats du monde universitaires (2015), Médaillé d’argent au Grand Prix de Turquie (2015), Médaillé d’or au Grand Prix de Moscou (2015), Médaillé d’or aux Jeux Africains (2015), Médaillé d’or à l’Open de Croatie (2015), 6e Meilleur athlète mondial de la catégorie des -80 kg (2015), 4e Meilleur athlète mondial toutes catégories confondues de la WTF (2015), 3e au ranking olympique de la WTF, CHAMPION OLYMPIQUE 2016 

 

A lire aussi ...

TOP