Flash Info

  • 17/08/2017Athlétisme: Le Marathon International du District d'Abidjan est prévu pour le 15 novembre 2017
  • 17/08/2017Afrobasket 2017 Dame-Groupe A: Côte d'Ivoire-Centrafrique le 18 août à partir de 13h00
  • 17/08/2017Football-Côte d'Ivoire: Début du championnat de Ligue 1 saison 2017-2018, fixé au samedi 14 octobre 2017
  • 16/08/2017Football-Transfert: De retour de prêt à Fulham, Gohi Bi Cyriac (KV Ostende) signe pour 3 ans à Sivasspor (Turquie)
  • 16/08/2017Football-Transfert: Le latéral droit ivoirien Mamadou Bagayoko quitte St Trond et signe pour 2 ans (+1 en option) à l'OH Louvain
  • 16/08/2017Volley: AS Police, nouveau champion de Côte d'Ivoire après sa victoire sur l'INJS (3 sets 1)
Football
Ligue 1

Ligue 1 ou la valse des coachs

4 April 2016 0
Ligue 1 ou la valse des coachs

Les entraîneurs ne sont pas à la fête en Ligue 1. Après dix journées, huit techniciens ont été limogés de leur poste. L’épidémie, qui a touché sept clubs, a fait des victimes de taille. Ainsi, Saraka Norbert (Africa Sports), Assoumou Jean Marie « Coach Jimmy » (Asec Mimosas), Gouaméné Maxime (Sporting Club de Gagnoa) et Lignon Nagueu (Yopougon FC) ont été priés d’aller faire valoir leurs compétences ailleurs. De même, Koffi Firmin (As Tanda), Atsé Kouao Hyacinthe (ASI d’Abengourou), Gnakala Yaci (CO Korhogo) et Kouhon Lucien (Yopougon FC) n’ont pu échapper à la guillotine.

 

Tout commence à l’AS Tanda

 

L’As Tanda apparaît comme la première écurie à avoir ouvert ce bal. Après le titre de champion de Côte d’Ivoire acquis de haute lutte l’année dernière, l’entraîneur Koffi Firmin avait été reconduit pour la saison 2016. Mais les faits sur le terrain vont changer la donne. Au lendemain de la défaite face à l’Africa Sports (0-2) en Supercoupe Félix Houphouët Boigny ouvrant la saison, le président des Etoiles du Zanzan, Kouabenan Yeboua Cévérin, prend la décision de limoger Koffi Firmin et d’autres membres de l’encadrement technique parmi lesquels Kessié Gervais, un ancien de la maison.

 

Amani Yao César, auparavant à l’AFAD, est appelé à la rescousse. Sous sa houlette, après un début de saison difficile ponctué notamment par l’élimination au premier tour de la Ligue des champions de la CAF, l’équipe reprend du poil de la bête et se hisse en tête de la Ligue 1 avec un bilan de 9 matches, 6 victoires, 3 défaites, 12 buts marqués et 10 encaissés. L’AS Tanda, avec 18 points, possède une longueur d’avance sur ses poursuivants immédiats, le Stade d’Abidjan et la JCAT.

 

Yopougon FC  trois entraîneurs en  dix matches

 

De son côté, Yopougon FC se présente comme le plus gros consommateur d’entraîneurs depuis le début de la saison. L’équipe du président Séry Valentin en est à son troisième responsable technique. Pourtant, l’arrivée de Lignon Nagueu Georges en qualité d’entraîneur principal avait suscité un réel espoir au sein du club de la plus grande commune de Côte d’Ivoire. La complicité en début de saison entre Lignon Nagueu et Sery Valentin était prometteuse. Mais, cette entente va vite se détériorer. Après quatre journées, le président reproche à l’entraîneur de trop parler avec les dirigeants adverses. Quant au technicien, il n’apprécie pas que son président s’immisce dans son travail avec la complicité du Secrétaire Général qu’il accuse de cacher les licences de certains joueurs. C’est dans cette ambiance délétère que Lignon claque la porte.

 

Les rênes de l’encadrement technique sont alors confiées à Kouhon Lucien, sur recommandation du frère cadet de Sery Valentin, Sery Henri. L’idylle durera le temps de deux matches soldés par deux défaites. Pour des raisons financières, Kouhon Lucien décide à son tour de quitter son poste. Le Secrétaire Général du club assure alors l’intérim avant l’arrivée de Karim Ouattara, l’ancien coach  de la JCAT. Avec lui, l’équipe relève quelque peu la tête. En deux matches (9è et 10è journées), Yopougon FC récolte 4 points après une victoire face à Moossou FC (1-0) et un nul devant le CO Korhogo (0-0). 

 

 Hyacinthe Atsé Kouao, la thèse du complot

 

A Abengourou, le départ de Hyacinthe Atsé Kouao a étonné plus d’un. Ce, d’autant plus que l’ASI enregistrait de bons résultats. Le technicien, qui a préféré démissionner malgré les tentatives des dirigeants de l’en dissuader, n’a pas caché les raisons de sa défection après quatre journées. « On m’a forcé à partir, car on torpillait mon travail. On demandait à certains joueurs de lever le pied », s’était-il justifié. Vrai ou faux ? Toujours est-il qu’il est remplacé par Koffi Firmin, qui avait été entraîneur adjoint du Séwé Sport sous Rigo Gervais (actuel directeur sportif de l’ASI) avant d’aller à Tanda. 

 

 Les victimes  des coupes africaines

 

Assoumou Jean-Marie « Coach Jimmy », Saraka Oka Norbert et Gouaméné  Maxime « Rui Barros » ont en commun d’être des victimes des compétitions africaines. Même si leur limogeage ne s’est pas effectué dans les mêmes conditions. Assoumou Jean-Marie, après la qualification avec l’Asec Mimosas pour les 16è de finale de la Caf Ligue des champions, a eu le malheur d’enchaîner avec une défaite en championnat face à l’As Denguélé (0-1). Il a été prié de plier bagages au terme d’une discussion avec Me Roger Ouégnin, le président du club jaune et noir, dans un restaurant au Plateau. Il a été remplacé par son adjoint Traoré Siaka « Gigi ».

 

De son côté, Gouaméné Maxime savait qu’il n’avait plus droit à l’erreur après l’élimination du Sporting Club de Gagnoa en 16è de finale de la Coupe de la Confédération. Malheureusement, pour lui, le match suivant, contre l’As Denguélé (1-2), il a enregistré la défaite de trop. Le président Yssouf Diabaté a dû le virer malgré toute la confiance qu’il avait placée en lui. Son successeur, Gervais Kessié, a du pain sur la planche, car il doit redonner confiance aux joueurs.

 

Pour ce qui est de Saraka Norbert, l’insuffisance de résultats a été évoquée pour justifier son limogeage. Peut-être, en termes de résultats, il pourrait s’agir de l’élimination de l’Africa Sports en 16è de finale de la Coupe de la Confédération face à l’ENPPI d’Egypte (0-2, 1-4). Car en Ligue 1, les Aiglons avaient un bon bilan (8 matches, 4 victoires, 2 nuls, 2 défaites, 9 buts marqués, 8 encaissés) jusqu’à l’arrivée de Diaby Almamy. Le successeur de Saraka n’a pas fait que deux défaites en autant de matches.
 

Gnakala Yaci sort en douce du Pôro pour Don Koff 

 

Gnakala Yaci Jean Jacques a choisi d’écourter son aventure à la tête de l’encadrement technique du CO Korhogo, au regard des mauvais résultats enregistrés en Ligue 1. Se sentant sans doute sous la menace d’un limogeage, il a préféré prendre les devants pour aller dans la direction d’Attiégouakro où il s’est engagé avec la formation de Don Koff FC (D3). 

 

 

Le Sport

A lire aussi ...

TOP