Flash Info

  • Il y a 29 min 29 secFrancophonie 2017-Football: La Côte d'Ivoire a battu le Mali (2-1) en demie-finale
  • 26/07/2017Francophonie 2017-Basket: Le Sénégal bat la Côte d'Ivoire en quart de finale (54-46)
  • 26/07/2017Francophonie 2017-Basket-Dame: La France bat la Roumanie (74-43) et se hisse en demie
  • 26/07/2017Francophonie 2017-Judo: L'ivoirienne Fatim Fofana médaillée de bronze chez les -70 kg
  • 26/07/2017Francophonie 2017-Judo: L'ivoirienne Dabonné Zoulehia médaillée d'argent chez les -65kg
  • 25/07/2017Francophonie 2017-Athlétisme: Le relais 4x100m masculin ivoirien médaillé d'or
Football, Ligue 1

Arnaud Akassou : « L’essentiel était fait »

3 July 2017 0

L’ASEC Mimosas a terminé sa saison par une défaite face à l’ASI d’Abengourou, dimanche dernier. Un trébuchage qui n’occulte pas sa joie de champion à Arnaud Akassou (capitaine, 26 ans, défenseur) pas certain d’être Mimosas la saison prochaine.

Est ce que vous croyiez à ce titre de champion avant l’entame du championnat?

Au début de ce championnat, nous avons eu un renfort de 18 nouveaux joueurs. Au début on avait des doutes. Il fallait s’adapter les uns aux autres. Mais nous avons eu l’appui et la confiance des dirigeants qui nous motivaient, nous galvanisaient. Les objectifs étaient le titre de champion et la qualification pour la phase de groupe de la Coupe de la Confédération. C’est vrai que notre élimination en coupe d’Afrique nous a porté un coup au moral, mais nous avons su nous motiver et tout donner pour le titre. Rien n’a été facile, mais l’essentiel est là. 7 ans après, nous redonnons la joie aux actionnaires avec ce titre. C’est énorme.

Est-ce que vous avez douté à un moment donné de ce championnat indécis jusqu’à la 25è journée?

Oui, souvent nous avons douté. Nos contreperformances ont permis à notre poursuivant direct de se rapprocher. Dès cet instant, on avait la pression et on doutait. Mais le PCA Me Roger Ouégnin, nous a apporté son soutien qui a permis de garder la sérénité. C’était difficile, comme aujourd’hui face à l’ASI. Mais l’essentiel était déjà fait face au WAC. Aujourd’hui nous sommes champions, j’en suis fier.

Jeune capitaine dans une équipe avec tant de joueurs expérimentés, comment avez vous pu galvaniser vos coéquipiers pour arriver à ce niveau?

Etre capitaine de l’ASEC Mimosas, quelque soit l’âge, c’est un lourd fardeau. Surtout quand vous avez à guider des noms comme Aristide Bancé ou Ange Baresi avec une grosse expérience du haut niveau. Mais cela était un avantage, parce que j’avais leur appui dans les moments difficiles. Certes, j’étais le capitaine mais derrière, ces grands frères là faisaient le boulot, et je tiens vraiment à les remercier pour tout ce qu’ils ont fait pour moi, mais aussi pour l’équipe.

Aujourd’hui champion de Côte d’Ivoire, et demain champion d’Afrique vu que vous êtes en Ligue des champions. Cela est il un objectif pour vous?

C’est toujours un objectif. L’ASEC a remporté la Ligue des Champions et a envie de refaire ce parcours. Mais il faudra aller étape par étape. Je ne sais pas si je serais encore à l'ASEC la saison prochaine. Tout est entre les mains de Dieu. Mais si je suis encore à l'ASEC la saison prochaine, je vais tout donner pour permettre au club de briller sur le continent. Je vais toujours mouiller le maillot, toujours donner le meilleur de moi-même.

Propos recueillis par Patrick GUITEY

TOP