Flash Info

  • 19/11/2019Football-El.CAN 2021-2e journée-Groupe K: Éthiopie 2-1 Côte d’Ivoire
  • 19/11/2019Football-El.CAN 2021-2e journée-Groupe K: Ethiopie 2-1 Côte d’Ivoire (En cours)
  • 18/11/2019Football-CAN U23: Sangaré Ibrahim quitte la sélection pour rejoindre son club (Toulouse FC)
  • 18/11/2019Judo-Open: Dabonné Zoulehia médaillee de bronze à l'Open International de Dakar chez les -57kg
  • 18/11/2019Football-El.CAN 2021: La délégation ivoirienne s'envole ce lundi pour Addis-Abeba pour affronter l'Éthiopie
  • 18/11/2019Football-El.CAN 2021: Franck Kessié et Sayouba Mandé forfaits pour la 2e journée

Interview/ Marco Né (International ivoirien) : : « Mes ambitions avec Kuban »

International

Interview/ Marco Né (International ivoirien) : : « Mes ambitions avec Kuban »

28 January 2009 0
« Mes ambitions avec Kuban »

Le retour de Marco Né dans le championnat belge n’aura duré que six mois. Le jeune prodige de l’Académie quitte son pays d’adoption pour la Russie. L’ancien maitre à jouer du KSK Beveren a paraphé mercredi dernier un contrat de trois saisons avec le Kuban FC, formation ambitieuse de l’élite russe. Critiqué pour ce départ précipité, Marco affirme être toujours ambitieux et avoir franchi un palier de plus en rejoignant le championnat russe. Interview.
Comment s’est effectué ton retour en Belgique après deux ans d’exil en Grèce à l’Olympiakos Le Pirée ?
Tout s’est très bien passé. J’ai été bien accueilli par les sportifs belges. Dans mon club du Germinal, j’ai été bien accueilli aussi.
Mais, pourquoi avoir décidé alors de quitter Anvers six mois seulement après ton arrivée ?
Simplement parce que j’ai reçu une offre très importante de Kuban FC en Russie. Je pars avec la caution de mes dirigeants. Vous savez, j’ai eu une offre qui était difficile à refuser. C’est après une longue période de réflexion que je me suis décidé à signer pour le Kuban FC. C’est vraiment avec un pincement au cœur que je quitte la Belgique.
Tu n’as pas peur de t’attirer la colère des supporters de ton club ?
J’espère qu’ils comprendront ma décision. Je voudrais surtout leur dire que ce n’est pas pour l’argent que je vais en Russie. J’ai d’abord été guidé par l’aspect sportif. A mon humble avis, sans faire injure au championnat belge, je pense que le championnat de Russie est supérieur à celui de la Belgique. Je ne pouvais donc pas refuser cette évolution dans ma carrière.
Tu es sûr qu’ils seront convaincus par cette explication ?
Je l’espère bien.  Honnêtement, je n’ai pas pensé à l’argent au moment de signer pour Kuban. C’est vrai que le club m’a fait une très bonne offre, mais, cela n’a en aucun cas influé sur ma décision. Je suis encore jeune. J’ai tout le temps devant moi. C’est le challenge sportif qui a surtout motivé mon choix. Et puis, le projet ambitieux présenté par les dirigeants russes m’a franchement séduit. Le Kuban FC  a montré qu’il voulait réellement de moi. Dans ces conditions, il est très difficile de refuser. Je pense avoir pris la bonne décision pour ma carrière et ma vie.
Tu ne perds donc rien sportivement en rejoignant la Russie ?
Absolument rien. J’y gagne au contraire. Le championnat russe a un niveau sensiblement élevé plus que celui de la Belgique. Le football russe fait aujourd’hui partie des meilleurs d’Europe. La  preuve, l’équipe nationale a été demi-finaliste du dernier Euro. Les clubs russes sont aussi très compétitifs et sont d’un cran au-dessus des clubs belges. Contrairement à ce que certaines personnes peuvent donc penser, c’est une progression que j’imprime à ma carrière en rejoignant la Russie.
Le championnat de Russie est certes de qualité, mais, il n’est pas médiatisé. Ne crains-tu pas de tomber dans l’oubli ?
Cela ne m’inquiète pas du tout. Le championnat russe est de qualité, cela me suffit. Je ne fonctionne pas en termes d’anonymat ou de médiatisation. Le plus important pour moi est de jouer dans un championnat plus élevé que celui où je suis. C’est la réputation des championnats qui m’intéresse vraiment. Mais leur niveau de médiatisation.
Quels sont tes objectifs avec ta nouvelle équipe ?
Je vais d’abord essayer de gagner ma place au sein de l’équipe. Ensuite, j’essayerai de retrouver mon meilleur niveau.  Le reste suivra tout naturellement.  Mais, mon véritable objectif, c’est de me donner du plaisir et d’en aux supporters de mon club. Je veux aussi évidemment gagner beaucoup de titres avec le Kuban FC. Si je suis performant, je sais que d’autres opportunités s’ouvriront naturellement à moi.
Avant de signer pour Kuban, as-tu pris des renseignements auprès de certaines personnes qui connaissaient ce club et le championnat russe ?
Oui. Je me suis informé. Je sais par exemple que le Nigérian Kaïta qui évoluait à Monaco vient lui aussi de signer là-bas. Mais, on ne peut pas véritablement connaitre un club de l’extérieur. Je ferai de plus ample connaissance avec l’équipe et mes coéquipiers en Turquie où nous serons en stage. Je sais que Kuban est très ambitieux. Ses dirigeants veulent hisser le club au très haut niveau. Comme je suis moi aussi ambitieux, je pense que c’est le mariage parfait.
A l’intersaison, tu étais très proche de l’AS Monaco et de Nantes. Pourquoi avoir opté pour le Germinal Beerschot. On n’a pas trop compris ton choix…
Effectivement, j’ai été à deux doigts de signer pour ces deux clubs français. Mais, au final, on n’a pas pu trouver un accord avec ces différentes équipes. Aujourd’hui,  je ne regrette vraiment pas de n’avoir pas signé dans ces clubs même si cela pouvait éventuellement me permettre de me faire connaître davantage.
Dit moi franchement. Aujourd’hui, regrettes-tu de n’avoir pas signé pour Arsenal ?
Je ne vis pas de regrets. A l’époque, j’ai pris la décision qui était la bonne pour moi. Je ne regrette rien. Olympiakos m’a quand même permis de connaitre la Ligue des champions. Avec Olympiakos, j’ai gagné aussi deux titres de champions et une Coupe de Grèce.
Si c’était à refaire, tu ferais le même choix ?
Ce n’est pas que j’ai des regrets. Mais, je pense que je ne ferais pas le même choix.
Interview réalisée par  Abdoul Kapo

A lire aussi ...

TOP