Flash Info

  • 07/08/2020Football-Mercato : Le club de Metz prolonge le contrat de Habib Maïga jusqu'en 2024
  • 06/08/2020Football-Mercato : Max Gradel courtisé par des clubs du Golfe, de MLS, le RC Lens et par l'Olympiakos
  • 06/08/2020Basket-FIBB Skills 2020 : Une cinquantaine de jeunes ont pris part au premier camp pour grands à Abidjan
  • 06/08/2020Football-Election FIF 2020 : Les clubs du Gontougo dont l'AS Tanda, font bloc derrière Sory Diabaté
  • 06/08/2020Football-Mercato : Bayo Vakoun proche de signer en faveur de Toulouse FC en France
  • 06/08/2020Omnisports-Côte d'Ivoire : Danho Paulin décide de la reprise des compétitions dans le respect des mesures contre le Covid-19

Football/ Interview, Anjorin Mousharaf : « Anouma, Adamu, Sène, Anjorin ont fumé le calumet de la paix»

Football

Football/ Interview, Anjorin Mousharaf : « Anouma, Adamu, Sène, Anjorin ont fumé le calumet de la paix»

7 December 2007 0
Football/  Interview, Anjorin Mousharaf : « Anouma, Adamu, Sène, Anjorin ont fumé le calumet de la paix»

En visite à Takoradi pour s’informer des derniers coups de pinceau à la cité qui accueillera la poule B de la 26e CAN au Ghana, la rédaction de sport-ivoire a surpris El Hadj Anjorin Mousharaf, le Président de la Fédération Béninoise de Football (Fébéfoot), présent lui, pour inspecter le lieu où sera lotie la délégation béninoise. Le responsable du football béninois s’est dévoilé sur les ambitions des Ecureuils pour leur seconde participation au banquet du football africain. Quant au conflit au sommet de l’UFOA, la paix semble de mise entre toutes les parties.
A quelques jours du coup d’envoi de la 26e CAN quel est l’état d’esprit du peuple béninois,
Les Béninois savourent leur seconde qualification pour la coupe d’Afrique. Au de-là de tout, nous venons participer à la fête de la jeunesse ghanéenne. Le Bénin est très fier d’être parmi les 16 nations qui ont pu s’inviter à Ghana 2008. Pendant au moins trois semaines, le drapeau béninois va flotter dans le ciel de l’Afrique. Quant à la compétition nous allons jouer et le reste viendra de lui-même. Il faut comprendre que nous sommes heureux d’être à la CAN et qu’à partir de là, le Bénin entend construire son football.
Le monde s’est fait l’écho d’un appel sur Internet de Fébéfoot à des joueurs qui voudraient porter le maillot béninois pour la CAN 2008. Quels en sont les résultats ?
Le Président Yayi Boni a intégré le football dans une logique de production. Pour lui, le football est un vecteur de développement économique, social culturel, diplomatique de paix et d’espoir pour une jeunesse désemparée. Il a pris l’option d’ériger le football en un secteur professionnel qui crée des emplois, de la richesse et donc, qui constitue un enjeu économique pour le Bénin. A partir de ce moment, il faut changer de fusil d’épaule. Pour se faire, il faut établir l’état des lieux. Et cela peut se faire en sachant quel nombre de joueurs le Bénin possède hors de ses frontières. L’appel lancé n’est pas pour la CAN 2008 mais plutôt pour l’avenir, afin qu’après cette compétition l’on fasse un point avec un entraîneur expatrié qui puisera dans les joueurs recensés pour construire la sélection des Ecureuils du Bénin. C’est donc une stratégie pour une vision à long terme. Ce n’est pas pour la CAN 2008 car le Bénin a déjà une sélection qui se produira au Ghana. Nous avons lancé l’appel pour faire l’état des lieux afin qu’après la CAN nous sachions où nous allons.
Avec Nigeria, La Côte d’Ivoire et le Mali dans une poule B de la «Mort », le Bénin apparaît comme le cendrillon. C’est votre avis ?
Le peuple béninois a beaucoup de respect pour le Nigeria, la Côte d’Ivoire et le Mali qui, pour nous, sont composés de joueurs de rêve, qui évoluent en Europe et qui font la fierté de l’Afrique. Mais je dois dire que le football est un jeu et le sort a voulu que nous soyons parmi eux. Quand on, se qualifie pour ce genre de compétition on ne dit plus qu’on est petit. On se dit qu’on est grand. Et pour rester grand, il faut oser attaquer les grands. C’est dans cet état d’esprit que nous allons disputer toutes nos rencontres pour nous prouver que nous avons accès à cette classe de grands. Nous allons jouer au football et le meilleur sur le terrain l’emportera.
Le groupe B se trouve être une poule de l’Afrique occidentale. Ne pensez-vous pas que le sort ait également décidé de transposer le combat à l’UFOA sur le terrain ghanéen ?
Non. Nous sommes des légalistes. La CAF a tranché et je crois que c’est fini. Le Président Jacques Anouma a repris les rênes de l’UFOA. Les 16 pays qui la composent sont à sa disposition. Tout est aplani et n’eut été les élections présidentielles au Togo, nous nous serons réunis pour définir la marche à suivre avec le Président Anouma. Je dois vous dire que Jacques Anouma, Amos Adamu, Badra Sène, Anjorin Mousharaf et les autres ont fumé le calumet de la paix pour le bonheur du football sous régional.
Comme Stephen Keshi, Waby Gomez sera sacrifié après avoir qualifié le Bénin pour la CAN 2008.
Le Bénin n’est pas le dernier venu sur la scène continental. Vous savez, ceux qu’on appelle grand malgré la qualité de leurs ressources techniques ont fait appel à des expatriés. Il n’y a pas de raison que le Bénin qui est en train de se construire ne puisse pas emboîter le pas. Car il faut avoir le courage de copier ce que les autres ont de bon. C’est vrai que c’est un compatriote qui nous a qualifié pour la CAN, mais ne va pas à la CAN qui veut y aller. Va à la CAN qui peut véritablement encadrer, qui peut en 5 ou 10 minutes faire la lecture du jeu pour changer la physionomie d’une rencontre.
Philippe Troussier annoncé à la tête des Ecureuils du Bénin, viendra t-il ou pas ?
C’est vrai que le processus d’enrôlement d’un entraîneur expatrié est toujours en cours mais Philippe Troussier n’est plus dans le coup. Il n’est plus éligible à la tête de l’encadrement technique du Bénin parce qu’il n’a voulu signer que pour trois mois alors que la fédération a besoin d’un entraîneur qui pourra signer pour une durée de deux ans, se servir de la CAN 2008 pour préparer les éliminatoires couplées CAN-Mondial 2010. Aujourd’hui, nous sommes en de bonnes voies et dans quelques jours nous aurons le nom de celui qui conduira les Ecureuils du Bénin.
Votre pronostic pour le podium de cette 26e CAN
J’ai horreur des pronostics parce que le football est un jeu très délicat avec des paramètres incontrôlables. Je suis croyant et il n’y a que Dieu qui a droit aux pronostics. Nous le prions pour que la chance soit aux côtés du Bénin.
Propos recueillis par Patrick GUITEY à Takoradi

A lire aussi ...

TOP