Flash Info

  • 24/02/2020Basket-El.Afrobasket 2021-Groupe C : Cameroun 82-74 Côte d'Ivoire
  • 23/02/2020Football-Lonaci Ligue 1-18è journée : AFAD 0-0 ASI - Bouaké FC 0-1 USC Bassam - FC San Pedro 2-0 Africa Sports - SC Gagnoa 3-1 RCA - WAC 2-7 AS Tanda
  • 22/02/2020Basket-El.Afrobasket 2021-Groupe C : Guinée Equatoriale 64-78 Côte d'Ivoire
  • 21/02/2020Basket-El.Afrobasket 2021-Groupe C : Côte d'Ivoire 58-50 Guinée
  • 20/02/2020Football-FIF : Sidy Diallo, président sortant, a décidé de ne pas briguer un 3è mandat (officiel)
  • 20/02/2020Basket-El.Afrobasket 2021-Groupe C : Côte d'Ivoire-Guinée vendredi à partir de 13h Gmt au Palais des Sports de Yaoundé

Football/ Demi-finale Ligue des Champions: Fighting Rooney

Football

Football/ Demi-finale Ligue des Champions: Fighting Rooney

25 April 2007 0
Football/ Demi-finale Ligue des Champions: Fighting Rooney

Auteur d’un doublé importantissime mardi soir contre Milan, Wayne Rooney a maintenu son équipe en vie en vue du retour, tout en poursuivant sa moyenne d’au moins un but par match contre ses adversaires italiens.
Incroyables Red Devils ! Malgré l’enchaînement infernal des rencontres, malgré une défense décimée par les blessures, malgré une équipe du Milan AC d’un froid réalisme en première période et tout prêt d’infliger un terrible K.O aux Britanniques en seconde, les hommes d’Alex Ferguson ont néanmoins su trouver les ressources morales pour arracher un court (3-2), mais si précieux, succès qui faisait le bonheur du manager écossais à l’issue de la rencontre : «Nous avons livré une prestation formidable, en jouant par moment du grand football. (…) A la mi-temps, nous nous sommes dit que si nous continuions à jouer vite, nous aurions une chance. Et dans la dernière demi-heure, nous avons été la meilleure équipe sur le terrain. Notre deuxième but nous a permis de prendre l’ascendant et dans une rencontre d’une telle intensité, il ne pouvait y avoir qu’un vainqueur.» Un vainqueur qui peut remercier mille fois son avant-centre, Wayne Rooney. Incapable d’inscrire le moindre but jusqu’au stade des quarts de finale de cette Ligue des Champions, le «pit-bull» mancunien semble avoir gardé le meilleur pour la fin de la compétition.
Rooney-Nesta, le duel D’abord en inscrivant un but très précieux à Rome (2-1), en quart de finale aller, qui permettait aux Anglais de préserver leur chance en vue du retour. Un retour qui allait prendre des allures de démonstration, avec un festival offensif (7-1) de toute beauté durant lequel Rooney ne pouvait, évidemment, qu’apporter son écot. Mais après avoir terrorisé la jeune charnière centrale des Giallorossi, inexpérimentée à ce stade de la compétition, l’attaquant mancunien savait qu’un autre défi l’attendait face au tandem Nesta-Maldini. Sauf que si certains pourraient avoir tendance à être paralysés devant une telle montagne à gravir, Rooney, lui, n’aime rien tant que ce type de challenge. Et dès les premières minutes, le ton était donné, Nesta subtilisant le ballon à son adversaire d’un tacle parfait avant que celui-ci ne revienne à la charge à la suite d’une ouverture de Fletcher. Suivait un enchaînement amorti poitrine-reprise de volée parfait et droit sur… le défenseur transalpin, ce qui donnait un coup de pied de coin et but de Cristiano Ronaldo dans la foulée. Même indirectement, Rooney venait de se montrer décisif. Mais ce n’était rien par rapport à la suite…
«Paul est un génie !» Revenus des enfers d’un premier quart d’heure totalement à l’avantage des Red Devils grâce à deux bijoux de son Brésilien Kaka, les Milanais abordaient la seconde période avec une sérénité que les sorties sur blessures de Maldini, puis Gattuso, allaient mettre à mal. Si bien que passé un bref premier quart d’heure d’accalmie, où Carrick laissait néanmoins filer une belle opportunité d’égaliser, MU repassait franchement à l’attaque. Et sur une superbe inspiration de Scholes, Rooney, à la limite du hors-jeu, s’arrachait pour venir battre à bout portant Dida juste avant l’heure de jeu. Avant de rendre hommage à son partenaire sur la BBC : «Chaque jour à l’entraînement je le vois réussir ce type de geste. Paul est tout simplement brillant, c’est un bonheur d’évoluer aux côtés d’un génie.» Mais cette égalisation ne faisait pas encore totalement les affaires de Manchester, qui se devait de pousser encore et encore. En vain. Jusqu’à la 90e minute et un ballon remonté par Giggs, qui servait dans la profondeur Rooney. Sans réfléchir, celui-ci armait une frappe imparable au premier poteau. Le geste du buteur par excellence. «Inscrire un but comme cela, à la dernière minute, c’est un sentiment fantastique. On savait qu’une victoire, même d’un petit but, nous rendrait la tâche plus facile en vue du retour. Cela a été une rencontre difficile, face à un très bon Milan, mais on n’a jamais cessé d’y croire.» Et si Wayne «the terrific» maintient sa moyenne d’un but par match débutée en quarts, Athènes pourrait bien se rapprocher de Manchester.

A lire aussi ...

TOP