Flash Info

  • 16/09/2020Football-Egypte : Le technicien Français Patrice Carteron résilie son contrat avec le Zamalek du Caire
  • 16/09/2020Football-Ligue 1-Mercato : Thomas Trazié et Armel Zohoré du RCA signent saisons avec l'OGC Nice (officiel)
  • 16/09/2020Football-Côte d'Ivoire-Ligue 1 : La saison pourrait s'ouvrir le 24 octobre 2020
  • 15/09/2020Basket-Afrique : L’Egypte désignée par FIBA Afrique pour organiser l’édition 2020 des Championnats d’Afrique U18 de basket-ball masculin et féminin
  • 15/09/2020Tennis de Table-Côte d'Ivoire : La saison 2020-2021 s'ouvre le samedi 17 octobre 2020 à Abidjan
  • 15/09/2020Football-Ligue 1 : Marcellin Kablan, ancien coach de Williamsville Athletic Club, au SC Gagnoa pour une saison

Football- De Sol Béni au Vélodrome : Comment s’est construit le phénomène Baky

Football

Football- De Sol Béni au Vélodrome : Comment s’est construit le phénomène Baky

30 July 2008 0
Comment s’est construit le phénomène Baky

A peine arrivé que l’ancien attaquant de l’OGC Nice s’est mis en exergue et affole les foules. Auteur de deux buts déjà sous les couleurs phocéennes, l’international ivoirien est la nouvelle star du côté de la Cannebière. Sport-ivoire.ci revient sur le parcours assez typique de ce merveilleux buteur.
Le peuple marseillais n’en fini plus de se féliciter du recrutement du prodige ivoirien Baky Koné. A peine arrivé sur la Cannebière que l’international ivoirien aimante tous les regards et toutes les attentions. Il polarise également les commentaires les plus rompus. Sur la Cannebière, les conversations ne tournent qu’autour de Baky Koné. Il n’y a pas de place au doute. Baky Koné est bien la nouvelle star d’une Olympique de Marseille devenue ambitieuse dans la foulée de l’arrivée de l’attaquant de poche au Vélodrome. Même le transfert d’Hatem Ben Arfa est désormais relégué au second plan. La « Bakymania » fait fureur aujourd’hui en cité phocéenne. Pourtant, elle n’était pas forcément attendue, tant le début de la carrière professionnelle du concerné est partie sur des notes exotiques.
« Rien n’a été facile pour moi »
Si Baky Koné est aujourd’hui en pleine lumière à Marseille, il a dû cravacher dur pour sortir d’un parcours tout aussi atypique que son immense talent. De Sol Béni à la cuvette ouverte du Vélodrome, Baky Koné a souffert. La nouvelle recrue de l’OM a germé, comme bon nombre d’internationaux ivoiriens, tels que Yaya Touré, Aruna Dindane, N’Dri Romaric, Salomon Kalou, Emmanuel Eboué, Kouassi Yao Gervinho, sur le sol béni de l’Académie de l’ASEC Mimosas autrefois dirigé par le Français Jean- Marc Guillou. A l’ASEC, Baky a dû attendre l’envol des Aruna, Koutouan Tony et Venance Zézéto pour exploser. Sa première année dans la peau d’un titulaire est couronnée par un succès fou. Le grand club ivoirien ne peut alors retenir sa starlette qui va filer contre toute attente au Qatar dans le club d’Al Ittihad, là où tout le monde l’attendait dans un bon club européen.
Gourcuff, le sauveur
Ce choix plus que surprenant va pourtant faire le bonheur du jeune attaquant à qui on ne prédit pas une grande carrière à cause de sa petite taille (1,63 m): c’est à Al Ittihad que le technicien français Christian Gourcuff, entraîneur de ce club, va le découvrir et l’emmener ensuite avec lui à Lorient où il venait d’être nommé. Baky passera deux très belles saisons chez les Merlus. Dans l’antichambre de l’élite hexagonale, il se construit une solide réputation de buteur en série (33 buts inscrits en deux saisons). Si au cours de sa première saison (chez les Merlus il démontre son exceptionnel talent, c’est sa deuxième année avec Lorient qui est toutefois la plus aboutie avec le titre de meilleur buteur et meilleur joueur de la Ligue 2 (2004-2005). Un phénomène est né. Tous les clubs de Ligue 1 lui font une cour assidue. Mais, c’est à Nice que le « petit » ivoirien atterrira. Sur la Cote d’Azur, l’international ivoirien va confirmer les immenses promesses déjà essaimées en Ligue 2. Sa vitesse exceptionnelle, sa technique épurée, son sens du but poussé, lui permettent de s’imposer rapidement comme la grande vedette d’une OGC Nice trop dépendante des performances de son génie ivoirien. Pourtant, Baky a débuté très timidement avec Nice en inscrivant que 7 buts lors de sa première année chez les Aiglons. La saison suivante en (2006-2007), il améliore ses stats en remuant à 8 reprises les filets adverses. Avant de tout exploser la saison écoulée avec 14 unités au compteur. Avec une telle performance, Baky s’attire tout logiquement les yeux doux de bon nombre de grosses écuries européennes, notamment françaises.
Dans les pas de Drogba
Saint- Etienne, Paris Saint- Germain et l’Olympique de Marseille en font la priorité de leur politique de recrutement. Le PSG offre même 12 millions d’euros à Nice. Mais le feu follet des Eléphants ne voit qu’un et un seul club : l’Olympique de Marseille. Au bout d’un feuilleton épicé à tous les sens du terme, Baky débarque enfin au Vélodrome. Le stade où l’a devancé un certain Didier Drogba. Même si l’ancien Niçois affirme ne pas avoir pour ambition de faire oublier son compatriote dans le cœur du peuple marseillais, il est bien conscient qu’il est très attendu. Il sait que plus rien ne sera comme avant tant le contexte marseillais est particulier en son genre. Il devra rapidement être au top niveau et enchainer les belles performances. Mais, rien ne fait vraiment peur ce félin. Tant rien n’a été facile pour lui depuis ses débuts avec l’ASEC Mimosas.
Joachim Tiégna

A lire aussi ...

TOP