Flash Info

  • 21/10/2019Cyclisme: Deux cyclistes ivoiriens victimes d'un accident de la circulation sur la voie express du nord (FIC)
  • 20/10/2019Football-CHAN 2020: La Côte d'Ivoire éliminée par le Niger
  • 20/10/2019Football-El.CHAN 2020: Côte d’Ivoire 1-0 Niger
  • 20/10/2019Auto-Deuil: Le pilote ivoirien Soumahoro Moriféré décédé ce matin à la suite d'un malaise
  • 18/10/2019Football-El.CHAN 2020: L'entrée au stade pour le duel Côte d'Ivoire-Niger est gratuite
  • 18/10/2019Football-EL.CHAN 2020 : Côte d'Ivoire-Niger prévu le dimanche 20 octobre au stade Félix Houphouët-Boigny

Football/ Crise à l’UFOA : Adamu et Anouma font la paix

Football

Football/ Crise à l’UFOA : Adamu et Anouma font la paix

6 January 2008 0
Football/ Crise à l’UFOA : Adamu et Anouma font la paix

Enfin la paix ! En profonde crise depuis de longs mois, l’Union des Fédérations Ouest Africaine semble pouvoir repartir sur de nouvelles et bonnes bases. M. Jacques Anouma, président de l’UFOA et le Nigérian Amos Adamu membre et président de la fédération nigériane de football, les deux hommes en conflit, se sont donnés les mains pour une association sous régionale plus dynamique. La réconciliation s’est faite à Abidjan, où réside le siège de l’UFOA.
Le Novotel au Plateau a été choisi par les protagonistes pour le nouveau départ. Un départ qui se fera avec toutes les forces vives du football sous régional et sans autres formes de querelles. En tout cas, c’est qu’a laissé entrevoir la grande accolade entre Jacques Anouma et Amos qui, il y a quelques mois, personnalisaient le bicéphalisme à la tête de l’UFOA.
«Tous les problèmes ont trouvé une solution. Il n’y a plus de difficultés entre le président Anouma et Amos Adamu ainsi qu’entre lui et les autres membres de l’UFOA », a déclaré Amos Adamu, qui, de concert avec Jacques Anouma, a pourtant refusé de révéler les causes profondes d’un clash qui a parcellisé le football sous-régional en deux camps. Celui de la réunion d’Accra et celui de celle d’Abidjan, le 14 avril 2007. Aujourd’hui, en tout cas, depuis le vendredi 4 janvier dernier, cette crise « fait désormais partie du passé car maintenant, nous constituons une seule famille», a poursuivi le certain futur Président de l’UFOA, M. Amos Adamu.
Et si « la crise est terminée », comme l’a affirmé M. Amos Adamu, ceci est en face des caméras. Car dans les couloirs du réceptif hôtelier qui accueillait la réunion, rien ne semblait être totalement fini. « La réunion d’Accra (ndlr : celle du 14 avril qui a porté Amos Adamu à la tête de l’UFOA) me gêne un peu », déclarait M. Traoré Abou, Secrétaire Général de l’UFOA à Anjorin Mousharaf, Président de la Fédération Béninoise de Football et membre de la dissidence qui a renversé Jacques Anouma de la tête de l’UFOA. Une déclaration interrogative qui cache à peine l’envie de comprendre le pourquoi d’une telle crise.
Mais, comme l’ont fait comprendre aux nombreux journalistes présents,  l’heure était à la paix et le passé sombre devrait être effacé pour connaître une situation de «normalisation» au sein de l’UFOA, selon Jacques Anouma. « On ne peut pas être tous les deux à un si grand niveau du football mondial (membres du comité exécutif de la FIFA) et continuer à nous regarder en chiens de faïence », a déclaré pour sa part M. Anouma, précisant qu’il est « important que nous nous comportions en responsable en songeant à l’avenir de l’UFOA maintenant ».
Exit le passé, cap sur l’avenir  qui s’annonce avec une Coupe d’Afrique des Nations de football où le vœux a été qu’un pays de l’UFOA remporte le trophée. Sur le terrain et loin des considérations « fraternelles »,  la bataille fera rage. Surtout au sein de la poule B où évolueront le Nigeria, d’Amos Adamu, la Côte d’Ivoire de Jacques Anouma, le Mali de Salif Kéita et le Bénin d’Anjorin Mousharaf.
Jacques Anouma, porté à la tête de l’UFOA en 2004 et dont le mandat devait expirer en avril 2008, a été destitué et remplacé par le Nigérian Amos Adamu, lors d’une assemblée générale extraordinaire organisée le 14 avril dernier à Accra par 9 des 16 membres, dénonçant la «léthargie» dans l’organisation des compétitions et les «dysfonctionnements» de la gestion.
Au même moment, à Abidjan, des pays, réunis à Abidjan, ont réaffirmé leur confiance au président de la Fédération ivoirienne de football (FIF), considéré comme le «président statutaire» de l’UFOA.
Saisi du différent, la CAF reconnaît Jacques Anouma comme président de l’UFOA, avec un mandat prenant fin en avril 2008.
Parallèlement, elle a validé l’élection, le 14 avril dernier lors d’une assemblée générale extraordinaire à Accra, du Nigérian Amos Adamu, qui entamera son mandat à la tête de l’institution zonale «automatiquement» après celui de Jacques Anouma.
Depuis quelques mois, un dégel est en cours dans la crise avec la visite, en octobre dernier à Abidjan, du président de la CAF, soupçonné d’être l’instigateur de la dissidence au sein de cette union zonale comptant seize pays que sont la Côte d’Ivoire, la Guinée, la Guinée Bissau, la Gambie, la Sierra Leone, le Niger, le Nigeria, le Bénin, le Togo, le Cap Vert, la Mauritanie, le Sénégal, le Liberia, le Ghana, le Burkina et le Mali.
 Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP