Flash Info

  • Il y a 1 heure 58 minFootball-Election FIF 2020: La commission électorale a voté et retenu le parrainage de l'AMAFCI attribué par Coulibaly Souleymane (Sam Etiassé)
  • Il y a 4 heures 2 minFootball-Élection FIF 2020 : Suite à des manquements de la Commission Électorale une AG Extraordinaire convoquée le 29 août (officiel)
  • Il y a 4 heures 5 minFootball-Élection FIF 2020 : Le comité d'urgence du comité exécutif de la FIF suspend le processus (officiel)
  • 10/08/2020Football-Mercato : Le contrat d'Arouna Koné avec Sivasspor en Turquie prolongé selon la presse locale
  • 10/08/2020Basket-Côte d'Ivoire : Le Comité Directeur de la Fédération se réunit mercredi pour envisager la reprise de la saison
  • 10/08/2020Athlétisme-Côte d'Ivoire : Anthony Koffi nommé ambassadeur Afrique de de l'Internationaler TrainerKurs Der Universat Leipzig

Football/ Barcelone, Yaya Touré : " Je n’oublierais jamais l’Académie "

Football

Football/ Barcelone, Yaya Touré : " Je n’oublierais jamais l’Académie "

5 December 2007 0
Football/ Barcelone, Yaya Touré : " Je n’oublierais jamais l’Académie "

Des quartiers populaires d’Abidjan jusqu’à la capitale catalane, que de chemin parcouru par Yaya Touré. Le cadet de Kolo Touré fait part de son trajet avec beaucoup de nostalgie et pleine d’émotion à El Periodico, un tabloïd espagnol. Beveren, Metalurh Donetsk, Olympiacos et Monaco, Gneri a pris du plaisir à évoluer au sein de ces clubs qui lui ont apporté la maturité nécessaire pour porter la tunique pleine d’histoire du FC Barcelone. Une randonnée qui ne lui fait pas oublier l’Académie de l’ASEC qui lui a ouvert les portes du football professionnel.


  • Difficile séparation d’avec sa terre

"Quitter l’Afrique a été difficile pour moi. C’est mon continent, là bas vit toujours ma famille. Mais à présent, en regardant en arrière je sais que j’ai bien fait de partir pour la Belgique. Quels souvenirs je garde de mon pays? Le seul jeu avec mes copains était de frapper dans un ballon dans la rue. Avec mes amis et mes frères. Mais avant nous avons dû acheter un ballon. Comment ? Nous avions une équipe d’enfants dans la rue ainsi qu’un homme qui faisait l’entraîneur, il nous donnait de l’argent pour acheter un ballon. "

  • Rencontre avec Jean-Marc Guillou

Un jour Jean-Marc Guillou nous apparut et nous conduisit à une Académie du football, moi et mon frère Kolo. J’avais cinq ans arrivé là bas. J’ai toujours joué au milieu. J’aimais cette position car je touchais beaucoup de ballons. Ensuite, Guillou nous conduisit en Belgique, au Beveren. C’était une bonne façon d’entrer en Europe parce qu’il y avait 12 joueurs ivoiriens et seulement cinq belges.
Mais je n’oublierais jamais que c’est à l’Académie que j’ai réellement appris le métier de footballeur. Dans la rue tu joues, mais tu n’apprends pas le jeu, tu cours après le ballon et c’est tout. C’est pour cela que je me considère comme un joueur d’Académie plus que de la rue. Quand je suis arrivé en Belgique je ne connaissais rien à la tactique, l’alimentation…. Rien du tout."

  • Offre en France

" Les premiers mois en Belgique furent très difficiles. Bien que j’avais beaucoup de compatriotes, je connaissais des moments de solitude. Toutes mes préoccupations s’effaçaient quand je jouais au foot. Ce fût ma vie depuis que j’étais enfant. Là bas j’ai reçu l’offre d’un club français. Beveren demandait beaucoup d’argent pour moi, un inconnu, et jamais ils ne paieront autant. Mais j'étais dans un petit club qui avait besoin de gagner de l’argent. Je voulais aussi partir après trois saisons. J’étais avec ma femme que j’avais connue à Abidjan et je suis parti en Ukraine.

  • L’Ukraine, « un autre monde »

"C’était un autre monde. J’y suis resté un an et ce fut une expérience incroyable. J’ai dû apprendre le russe. Et quel froid polaire! Presque tous les jours il faisait –20°. Comment j’ai tenu ? Je suis fort psychologiquement, très fort. Là bas j’ai rencontré Dimitri Selluyk, mon agent. Un grand homme, à qui je dois tout et envers qui je suis très reconnaissant. A cette époque j’ai fait un essai avec Arsenal, je n'ai pas pu rester parce que je devais avoir joué un certain nombre de matchs avec la sélection, je crois que c’est 70%, pour obtenir mon permis de travail. "

  • Olympiacos puis Monaco

Rapidement je suis apparu à l’Olympiacos et j’ai joué avec Rivaldo. En Grèce j’ai découvert la ferveur des supporters, ça s’est très bien passé. Comme j’avais joué la Ligue des Champions, plusieurs grands clubs m’avaient repéré. J’ai atterri en France à Monaco, où on joue un football plus fort et plus tactique."
El Periodico

A lire aussi ...

TOP