Flash Info

  • 05/03/2021Football-Election CAF 2021 : "J'ai décidé de renoncer à ma candidature" Jacques Anouma
  • 05/03/2021Football-Election CAF 2021 : Le Sénégalais Augustin Senghor renonce à sa candidature
  • 05/03/2021Basket-Côte d'Ivoire : Le début du championnat N2 fixé à la date du 13 Mars 2021
  • 05/03/2021Cyclisme-International : L'UCI interdit les embrassades d'après-course dans son protocole sanitaire pour la saison 2021
  • 05/03/2021Football-International : "Mbappé peut devenir mon héritier, et je ne le dis pas pour plaisanter" Pelé
  • 05/03/2021Football-International : La Norvège veut boycotter la Coupe du Monde 2022 au Qatar suite aux nombreux décès sur les chantiers des stades

Football – CHAN 2009 (Bilan) : Les plaies des Eléphants

Football

Football – CHAN 2009 (Bilan) : Les plaies des Eléphants

12 March 2009 0
Les plaies des Eléphants

La Côte d'Ivoire ne gardera pas un bon souvenir du premier Championnat d'Afrique des Nations (CHAN) qu'elle a eu l'honneur d'organiser. Son équipe nationale n’a pas été à la hauteur des événements. Ses failles ont été trop visibles. Des failles qu’il va falloir  vite évacuer pour redonner au football ivoirien la place qu’il mérite. 
Décidément. Les Eléphants sont devenus le symbole vivant de la désillusion. Et, les Ivoiriens commencent à s'habituer aux déconvenues de leurs équipes nationales. Après les “grands” Eléphants à la CAN 2008 et les Eléphanteaux à la CAN 2009, ce sont les Eléphants locaux qui viennent de couvrir le pays de honte. Leur débâcle au CHAN 2009 est un terrible déshonneur pour un peuple si passionné de ballon rond. Au terme d'un parcours désastreux, les poulains de Kouadio Georges ont dit adieu au CHAN 2009. Leur bilan :  deux défaites et un match nul. Quatre buts encaissés et aucun inscrit. Une véritable humiliation. Avec en plus, la place de lanterne rouge du groupe A.
Des vendeurs d'illusion
Pourtant, les Eléphants et leurs encadreurs nous avaient fait rêver. Ils nous ont bercés d'illusions, pour ensuite nous couvrir de honte. La plus grosse des humiliations restera cette cuisante défaite qu'ils ont concédée en match d'ouverture, devant le chef de l'Etat et ses invités. On avait alors pensé qu'ils auraient un sursaut d'orgueil pour se faire pardonner cette déconvenue. Mais, nos pachydermes n'ont jamais pu relever la trompe, au cours de cette compétition. L'incroyable couac des Eléphants suscitent de nombreuses interrogations légitimes. Cette équipe des Eléphants était-elle bien préparée pour faire face à l'adversité continentale ? L'entraîneur Kouadio Georges a-t-il choisi les meilleurs éléments ? Les joueurs sélectionnés avaient-ils le cœur à l'ouvrage ? Avaient-ils le talent requis pour une compétition d'une telle envergure ? Sûrement non.
Une préparation en trompe-l'œil
Malgré quatre stages ponctués de matches amicaux, le visage présenté par les Eléphants démontre bien que la sélection ivoirienne n'a pas effectué la préparation adéquate. Kouadio Georges a presque travaillé dans l'informel, changeant continuellement son effectif. L'homme s'est beaucoup démené pour avoir un groupe au complet. Un exemple, les joueurs de l'ASEC Mimosas n'ont rejoint le reste du groupe qu'à une semaine du début des hostilités. Et, la prestation de l'équipe s'en est ressentie. Le jeu des Eléphants a ainsi manqué d'homogénéité, de punch et de mordant. Les joueurs  sont apparus physiquement émoussés. Normal. Puisque le championnat ivoirien n'a pas encore repris. Un entraîneur corrompu ?
 La polémique fait actuellement rage sur les critères de sélection des Eléphants qui ont pris part à ce Chan. Il se murmure, par exemple, que l'entraîneur aurait convoqué les joueurs en échange d'espèces sonnantes et trébuchantes.  Le concerné nie tout en bloc. On a eu la nette impression que les joueurs convoqués sous la bannière tricolore n'avaient pas le niveau. Certains joueurs comme Karamoko Alassane,  N'Gouan Konan Ruffin, Guedégbé Corbin ou encore Tanoh Jacques ont montré trop de carences et de déchets techniques. Seul le gardien Angban Vincent De Paul a eu une prestation honorable. Evidement, il ne pouvait pas tout faire, à lui seul.
Quelle perspective ?
Les Ivoiriens sont unanimes. Il faut un coup de balai au sein des Eléphants et au sein même des dirigeants. Aujourd'hui, la Fédération ivoirienne de football (FIF) est devenue un véritable panier à crabes. Hormis le président Jacques Anouma qui se débat pour l'essor du football ivoirien, tous ses autres collaborateurs sont des affairistes qui n'ont jamais été à la hauteur des missions qui leur ont été confiées. Des personnes qui sacrifient l'intérêt national sur l'autel de leurs préoccupations égoïstes. Il y a trop de mauvaises pratiques au sein de la FIF qui doivent être dénoncées. Il est donc temps pour Jacques Anouma de faire le grand ménage.  Sinon, son règne à la tête de la fédération prendra fin sur une note d'échec. Sans aucun trophée.
Par Abdoul KAPO

A lire aussi ...

TOP