Flash Info

  • Il y a 3 heures 40 minFootball-Ligue 1-11è journée : SC Gagnoa 0-0 Issia Wazi - Africa 1-0 ASEC Mimosas
  • 13/12/2019Football-Ligue 1-11e journée : SOL FC 1-2 AFAD
  • 13/12/2019Mérite Sportif 2019: www.sport-ivoire.ci a reçu le trophée d'acteur du mouvement sportif ivoirien
  • 13/12/2019Mérite du Sportif: La Fédération ivoirienne de Taekwondo désignée meilleure fédération sportive
  • 13/12/2019Omnisports: 43 fédérations sportives de Côte d'Ivoire ont perçu une subvention globale de 2,85 milliards de Frs Cfa
  • 13/12/2019Jeux Africains 2019: 61 athlètes ivoiriens ont perçu 13.176.000 Cfa comme prime olympique

Football/ Ligue 1 France: Paris, la galère continue

Football
Ligue 1

Football/ Ligue 1 France: Paris, la galère continue

27 November 2007 0
Football/  Ligue 1 France:  Paris, la galère continue

Battu à Nice (2-1) et relégable, le PSG a connu une soirée cauchemardesque sur la Côte d'Azur. Si sa défaite résulte aussi d'un arbitrage contestable, le club de la capitale a surtout affiché d'inquiétantes lacunes défensives. Et voit ressurgir le spectre d'une nouvelle saison noire.
Comme souvent le lundi, c'est gueule de bois à Paris. Forcément, avec seulement trois victoires à son compteur en quinze matches de Ligue 1 disputés cette saison, le club de la capitale n'a pas connu beaucoup de week-ends radieux. Celui qu'il vient de passer n'a pas dérogé à la règle. Il a même été pire. Battu à Nice, le PSG a non seulement perdu son brevet d'invincibilité à l'extérieur, mais il a surtout fait une apparition remarquée dans la zone de relégation. La nouvelle aurait fait l'effet d'une bombe, si les hommes de Paul Le Guen n'avaient pas connu pareille mésaventure la saison passée. Cette impression de déjà vu ne fait que confirmer la galère dans laquelle les Rouge et Bleu continuent de s'enliser.
Bien sûr, le PSG a été malheureux au Stade du Ray. Deux décisions arbitrales défavorables ont contribué à sa défaite. La première, un accrochage litigieux sur Mario Yepes dans la surface niçoise, aurait pu être synonyme de penalty pour les Parisiens. Mais Mr Chapron ne l'a pas jugé ainsi. Et Nice a ouvert la marque dans la continuité de l'action. La deuxième, un but valable refusé à Zoumana Camara, est venue annuler l'égalisation des hommes de Paul Le Guen. Et leurs derniers espoirs de ne pas rentrer bredouilles de la Côte d'Azur.
L'entraîneur parisien ainsi que son président, Alain Cayzac, n'ont pas caché leur colère à l'issue de la rencontre. Ce n'est pas la première fois que Paris conteste l'arbitrage de Mr Chapron. L'an passé, il avait sifflé deux penalties contre Yepes pour tirage de maillot dans la surface au cours du même match, à Sochaux, où les Parisiens s'étaient inclinés (3-2). "Trop c'est trop! M. Chapron était déjà l'arbitre à Sochaux l'an dernier. On est relégable. Cela permet de faire parler. Et si l'arbitrage est toujours comme cela, nous serons plusieurs fois relégables d'ici à la fin de la saison", a lâché Cayzac, tandis que Le Guen regrettait aussi "l'attitude (des arbitres) après la prise de décision".
Des lacunes défensives
Mais le mal du PSG ne s'arrête pas à un arbitrage défavorable. Sa défense a notamment affiché d'inquiétantes limites. Absente au marquage sur l'ouverture du score de Lilian Laslandes, prise de vitesse sur le but vainqueur de Baky Koné, aux abois en fin de match, elle a montré des signes de fébrilité qui ne sont pas sans rappeler ceux de l'an passé. Et qui contrastent avec la sérénité et la réussite qui faisaient sa force à l'extérieur depuis le début de la saison.
De Nice, le PSG est donc revenu avec les mêmes doutes qui l'assaillaient la saison passée. Le club va encore devoir faire preuve d'une grande force mentale et d'une solidarité de tous les instants pour s'en sortir. Ce n'est pas gagné, à l'image de la sortie médiatique douteuse de Jérôme Rothen la veille du match. "Si on ne finit pas dans les dix premiers et qu'on ne fait rien dans les coupes, il faudra mettre une bombe dans le groupe et reconstruire. Même s'il me reste trois ans de contrat, il vaudra peut-être mieux arrêter là", avait déclaré le milieu parisien, lassé de voir sa carrière s'enliser au fur et à mesure que le PSG enchaîne les désillusions. Mais Paris n'avait pas besoin de ça. Son public attend maintenant une réaction samedi face à Caen. Docile jusqu'ici, il ne pardonnera plus longtemps à ses protégés les gueules de bois du lundi. Et encore moins de voir son club végéter dans la zone des relégables.
eurosport.fr

A lire aussi ...

TOP