Flash Info

  • 16/09/2020Football-Egypte : Le technicien Français Patrice Carteron résilie son contrat avec le Zamalek du Caire
  • 16/09/2020Football-Ligue 1-Mercato : Thomas Trazié et Armel Zohoré du RCA signent saisons avec l'OGC Nice (officiel)
  • 16/09/2020Football-Côte d'Ivoire-Ligue 1 : La saison pourrait s'ouvrir le 24 octobre 2020
  • 15/09/2020Basket-Afrique : L’Egypte désignée par FIBA Afrique pour organiser l’édition 2020 des Championnats d’Afrique U18 de basket-ball masculin et féminin
  • 15/09/2020Tennis de Table-Côte d'Ivoire : La saison 2020-2021 s'ouvre le samedi 17 octobre 2020 à Abidjan
  • 15/09/2020Football-Ligue 1 : Marcellin Kablan, ancien coach de Williamsville Athletic Club, au SC Gagnoa pour une saison

Election FIF 2020-Sam Etiassé : « Je ne signerai aucun document tant qu’on viole les textes de la FIF »

Football
Ligue 1
Elephants

Election FIF 2020-Sam Etiassé : « Je ne signerai aucun document tant qu’on viole les textes de la FIF »

13 August 2020 0

La commission électorale n'est pas arrivée à rendre son verdict au sujet des dossiers de candidatures portés à son bureau. Une situation de blocage sur laquelle le secrétaire général de la commission, Sam Etiassé, a fait la lumière le mercredi 13 août 2020 dernier au cours d’une conférence de presse qu’il a animé dans les locaux de la Fédération Ivoirienne de Football.

Eclairer la lanterne des uns et des autres sur ce qui se passe actuellement au sein de la commission électorale chargée d’organiser les prochaines élections de la Fédération Ivoirienne de Football qui vont désigner le successeur du Président Augustin Sidy Diallo et du nouveau Comité Exécutif de la FIF. Tel était l’objectif de la conférence de presse animé par le secrétaire général de la commission électorale.

 Sam Etiassé a révélé une violation du principe de confidentialité dont s'est rendu coupable Soumahoro Mamadou, membre de la commission électorale, en accordant une interview à certains organes de presse au sujet des travaux de la commission alors qu’il est tenu par le secret. « Tout membre de la commission est tenu d’une obligation des secrets des délibérations. Personne n’a le droit de dire quoi que ce soit en dehors de la salle dans laquelle se tiennent les réunions de la commission. Mais, il y en a qui ne s'est pas retenu. Malheureusement au cours de nos travaux beaucoup de choses qui ont été dites ici se sont retrouvées sur les réseaux sociaux. Il y en a même qui se sont permis d’accorder des interviews et des interventions à Radio Côte d’Ivoire. Ce qui est une violation flagrante de ce que nous faisons ici », a signifié le secrétaire général.

Revenant à la situation qui prévaut au sein de la commission et sur le blocage du processus de délibération, le secrétaire général de la commission électorale relate les faits comme suit. « La Commission a obligation de respecter les statuts et règlements du code électoral. L’application des statuts et du code électoral de la FIF. Notre travail sur la base de ces textes s’est achevé le jeudi 06 Aout 2020. Je vous présente ici, la décision de la commission électorale. Et lorsque nous avons fini de prendre cette décision à partir des textes et surtout à partir de l’article 41, la commission a décidé qui est ou n’est pas candidat. Après avoir examiné les dossiers de candidatures, il fallait se pencher sur 7 points pour pouvoir trancher pour désigner les candidats. Sur chacun des points la commission est passée au vote à bulletin secret. Les membres de la commission ont passé au peigne feint les cas des doubles parrainages, le cas du parrainage de l’Africa, de l’Amafci, des parrainages non signés ou non datés ou non cacheté. Quand ils ont voté, ils ont pris leur décision et je n’ai fait que constaté et c’était le jeudi 06 Aout et nous nous sommes dits que comme le vendredi est férié, nous allons nous retrouver le samedi matin pour signer les documents » a-t-il indiqué puis de poursuivre.

« C’est alors que des éléments extra textuels viennent nous demander de permettre à tous de partir aux élections pour la paix et la cohésion sociale en Côte d’Ivoire. J’ai levé la main pour dire attention, en tant que secrétaire général de la commission chargée de faire respecter les textes de la FIF, je ne signerai pas parce que ce document doit être signé par moi et le Président de la Commission. Et on me parle de blocage. J’ai juste dit que je ne signe pas parce que, ce que je vais signer, c’est la décision qui a été prise le jeudi à partir des textes de la FIF », a-t-il asséné.

Allant un peu plus loin dans ses fonctions, n’étant pas membre de la commission mais assistant aux travaux pour conseiller et éclairer la commission mais surtout être le garant de l’application des textes du code électoral, Sam Etiassé avoue avoir demandé aux membres de la commission, vu qu’elle veut surseoir aux textes, de valider les quatre candidatures. Ce que la commission a refusé. « Ils ont refusé parce que le premier candidat n’a pas de pièce, ni certains documents demandés donc ils ne peuvent pas prendre en compte son dossier. Voici comment a été éliminé le candidat à la candidature Paul Koffi Kouadio. Et j’ai dit c’est parce qu’il n’a pas déposé cela que son dossier est incomplet alors vous éliminez aussi pour tous ceux dont les dossiers ne sont pas complets ou alors pour la cohésion sociale vous prenez les quatre. Mais ils ont refusé. C’est pour cela que je me suis rebiffé et c’est pour cela que j’ai dit non » a-t-il précisé avant de conclure.  « Voici les raisons qui ont fondé mon comportement. Je ne suis contre personne mais quand les règles sont établies, il faut les respecter. Je ne signerai aucun document sous n’importe quelle pression. Je ne veux pas tomber dans la tricherie. Comment voulez-vous que je bloque un document aussi sensible qui pourrait compromettre l’avenir de la FIF ? L’avenir de la Côte d’Ivoire et qui risque de perdre l’organisation de la CAN 2023 ? Non je n’ai pas les épaules pour cela. Mais je ne signerai aucun document tant qu’on viole les textes de la Fédération Ivoirienne de Football »

Une partie significative de la commission souhaitait que la décision soit celle arrêtée le 06 Aout 2020

Il ne fait aucun doute que la Commission Electorale de la FIF a été divisée sur l’issue à donner à la publication des candidats retenus pour le scrutin du 5 septembre 2020. « Le mardi 11 août 2020, le Président de la FIF a reçu une note, à lui adressée par 4 membres de la Commission électorale, dénonçant les agissements du Président de leur commission et déclarant ne pas se reconnaître dans la décision que lui et certains membres de la commission ont adopté le dimanche 09 août 2020. Il est à préciser que la commission est composée de 7 membres » indique le communiqué du comité d’urgence du Comité exécutif de la FIF.

Au cours de sa conférence de presse, le secrétaire général de la commission a donné plus de détails sur la note adressé par Boguinard Lucien, Gnamien Anathole, Me Kouadio Alexandre et Irié Bito au Président de la FIF.

« Ils (NDLR : Boguinard Lucien, Gnamien Anathole, Me Kouadio Alexandre et Irié Bito) indiquent qu’ils ne peuvent prendre en compte que les travaux du jeudi 06 aout qui a respecté les textes. En l’espèce et contrairement au mode opératoire de nos travaux contenu dans un procès-verbal, la décision rédigée n’a pas été soumise au vote avant la signature dans les conditions édictées par le code. C’est ce qu’ils écrivent en premier lieu. Deuxièmement, un tour de table de consultation fait ressortir qu’une partie significative de la commission souhaitait que la décision soit celle arrêtée le 06 Aout 2020, celle que tous les membres nomment notre décision du jeudi » précise Sam Etiassé en brandissant la note envoyée.

Armel YAO

A lire aussi ...

TOP