Flash Info

  • 07/08/2020Football-Mercato : Le club de Metz prolonge le contrat de Habib Maïga jusqu'en 2024
  • 06/08/2020Football-Mercato : Max Gradel courtisé par des clubs du Golfe, de MLS, le RC Lens et par l'Olympiakos
  • 06/08/2020Basket-FIBB Skills 2020 : Une cinquantaine de jeunes ont pris part au premier camp pour grands à Abidjan
  • 06/08/2020Football-Election FIF 2020 : Les clubs du Gontougo dont l'AS Tanda, font bloc derrière Sory Diabaté
  • 06/08/2020Football-Mercato : Bayo Vakoun proche de signer en faveur de Toulouse FC en France
  • 06/08/2020Omnisports-Côte d'Ivoire : Danho Paulin décide de la reprise des compétitions dans le respect des mesures contre le Covid-19

Les vérités d'Aurier sur Périscope

Football
International

Les vérités d'Aurier sur Périscope

19 February 2020 0

Plus de 3 ans après l'ouragan Périscope qui l'a noyé, Serge Aurier décide d'en reparler.

C'est à France Football que Serge Aurier s'est ouvert. L'international ivoirien ne passe pas par quatre chemins pour dire sa part de vérité. « C’est comme si une application sortait aujourd’hui. Comme tout le monde, on la découvre, on télécharge, on se met dessus et on ne sait pas ce qui se passe », a-t-il confié d'entrée avant de poursuivre. « La vidéo, elle a duré plus de deux heures ! Mais les gens en ont pris dix minutes. Même pas ! J’ai même fait des freestyles de rap dedans. Je ne suis même pas concentré parce que je joue à la PlayStation. (...) Je réponds à des questions, je ne calcule même pas. On parlait, on rigolait ».

Livré à la tempête médiatique consécutive à cette vidéo, Serge Aurier avait payé le prix fort. L'ultime dénouement a été le transfert du latéral droit ivoirien à Tottenham contre son gré. « J’étais tout seul au milieu d’une foule qui me jetait des pierres. Il n’y avait personne pour me sauver. Il n’y avait que moi. Aujourd’hui, les gens en parlent encore. Moi-même, je me dis que ça ne finira jamais (...). », a indiqué le capitaine des Eléphants. Puis de souligner son amour pour le PSG. « Dans cette équipe, il n’y en avait pas beaucoup qui avaient l’amour du maillot comme moi. L’amour de Paris comme moi. J’étais fier de jouer dans ma ville, fier de l’importance que j’ai commencé à prendre. J’étais tellement content que rien ne pouvait m’arrêter. Le fait que tout ça m’en ait dégoûté, au point de partir, c’est dommage », regrette Aurier avant de conclure « Moi-même, je suis "guez", parfois ».

Lebéni KOFFI

A lire aussi ...

TOP