Flash Info

  • Il y a 1 heure 35 minFootball International : Décès de Christophe Revault ancien gardien de but du PSG ce jeudi 6 mai
  • Il y a 1 heure 38 minBasketball C.I : Dimanche 9 mai palais des sports 18h SOA vs CSA-T (dames)
  • Il y a 1 heure 40 minBasketball C.I : samedi 8 mai palais des sports 18h ABC vs CSA-T (hommes)
  • Il y a 1 heure 45 minFootball-Europa League 2021 Manchester United affrontera Villaréal en finale
  • 06/05/2021Uefa LdC 2021: La finale opposera Chelsea à Manchester City le 29 Mai 2021 à Istambul.
  • 06/05/2021Football-Uefa LdC 2021 : Chelsea rejoint Manchester City pour une finale 100% anglaise

Les vérités d'Aurier sur Périscope

Football
International

Les vérités d'Aurier sur Périscope

19 February 2020 0

Plus de 3 ans après l'ouragan Périscope qui l'a noyé, Serge Aurier décide d'en reparler.

C'est à France Football que Serge Aurier s'est ouvert. L'international ivoirien ne passe pas par quatre chemins pour dire sa part de vérité. « C’est comme si une application sortait aujourd’hui. Comme tout le monde, on la découvre, on télécharge, on se met dessus et on ne sait pas ce qui se passe », a-t-il confié d'entrée avant de poursuivre. « La vidéo, elle a duré plus de deux heures ! Mais les gens en ont pris dix minutes. Même pas ! J’ai même fait des freestyles de rap dedans. Je ne suis même pas concentré parce que je joue à la PlayStation. (...) Je réponds à des questions, je ne calcule même pas. On parlait, on rigolait ».

Livré à la tempête médiatique consécutive à cette vidéo, Serge Aurier avait payé le prix fort. L'ultime dénouement a été le transfert du latéral droit ivoirien à Tottenham contre son gré. « J’étais tout seul au milieu d’une foule qui me jetait des pierres. Il n’y avait personne pour me sauver. Il n’y avait que moi. Aujourd’hui, les gens en parlent encore. Moi-même, je me dis que ça ne finira jamais (...). », a indiqué le capitaine des Eléphants. Puis de souligner son amour pour le PSG. « Dans cette équipe, il n’y en avait pas beaucoup qui avaient l’amour du maillot comme moi. L’amour de Paris comme moi. J’étais fier de jouer dans ma ville, fier de l’importance que j’ai commencé à prendre. J’étais tellement content que rien ne pouvait m’arrêter. Le fait que tout ça m’en ait dégoûté, au point de partir, c’est dommage », regrette Aurier avant de conclure « Moi-même, je suis "guez", parfois ».

Lebéni KOFFI

A lire aussi ...

TOP