Flash Info

  • Il y a 4 heures 45 minHandball: Le Red Star conserve sa couronne chez les hommes en battant Don Bosco 40-28
  • Il y a 4 heures 47 minHandball: Habitat d'Abobo champion de Côte d’Ivoire pour la première fois chez les dames
  • Il y a 4 heures 51 minFootball-El.CAN 2021: Vers un forfait de Wilfried Zaha pour les 1ere et 2e journées avec la Côte d’Ivoire
  • Il y a 4 heures 53 minFootball-CAN U23-Égypte 2019: Jonathan Cissé et Ibrahim Sangaré ont rejoint les Éléphants au Caire
  • Il y a 4 heures 54 minFootball-Ligue 1-6e journée : AS Tanda 1-2 Africa Sports -- SOL FC 1-2 Abengourou
  • 10/11/2019Taekwondo: Gbagbi Ruth médaillée d'Or à l'Open de Croatie

Football-Diaby Sékana (Ex-international ivoirien) : « Les Eléphants n’ont pas l’amour du maillot »

Football
International

Football-Diaby Sékana (Ex-international ivoirien) : « Les Eléphants n’ont pas l’amour du maillot »

24 November 2009 0
« Les Eléphants n’ont pas l’amour du maillot »

L’ex-défenseur international ivoirien, vainqueur de la CAN 1992 avec les Eléphants, ne mâche pas ses mots envers les Eléphants. Tout en déplorant la pauvre qualité de jeu de l’équipe dirigée par Vahid Halilhodzic, Diaby Sékana estime que la génération actuelle « n’a pas l’amour du maillot national ». <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />
 
Après Jean-Marc Guillou, Diaby Sékana. L’ancien défenseur des Eléphants jette un pavé  dans la mare des Eléphants. Si Guillou avait, lui, criblé de critiques Vahid Halilhodzic, c’est aux joueurs que Diaby Sékana, lui, s’en prend. L’un des grands artisans du succès de la Côte d’Ivoire à la CAN 92 au Ghana, ne ménage pas du tout la génération actuelle.

Si les Eléphants ne produisent pas un jeu en adéquation avec leur énorme potentiel, Diaby a une idée de la cause de ce « péché ». Pour l’ancien international ivoirien, la faute n’incombe pas à l’entraineur. Mais plutôt aux joueurs. « Je suis de loin les prestations des Eléphants. Ce que je constate, c’est que nous avons des talents et un énorme potentiel. Mais, notre sélection est loin d’être une véritable équipe. Nous éprouvons du mal à mettre en place un collectif en Côte d’Ivoire. Un bloc équipe ne se dégage pas. J’évite d’en parler parce que certains croiront à tort que c’est de la jalousie », assène l’entraineur du FC Lons.

« J’attends de voir »

Si le champion d’Afrique se réjouit de la qualification des Eléphants pour la Coupe du monde sud-africaine, il minimise dans le même temps cette performance à cause de la faiblesse de la poule qualificative des hommes de Vahid Halilhodzic.  « On fait la différence face à des petites équipes, mais nous ne rencontrerons pas tous les jours le Malawi ou la Guinée. Une équipe comme l’Egypte est un cran au-dessus de nous », juge-t-il.

Ne voulant pas s’adonner à une comparaison des générations, Diaby Sékana note cependant un fait qui l’intrigue et l’exaspère. « Je ne vais pas comparer les époques. Je dirai seulement qu’entre notre génération et celle d’aujourd’hui, la fierté de porter le maillot de l’équipe nationale a disparu. Je ne les (les Eléphants) sens pas jouer avec leur cœur et leurs tripes. J’ai du mal à me retrouver dans cette génération. Quand on est en sélection, on doit être un soldat. C’était encore le cas il y a une vingtaine d’années. Si les Eléphants s’inspirent de cette mentalité, c’est sûr que nous allons remporter des trophées. La génération 92 avait également des talents comme Abdoulaye Traoré ou Oumar Ben Salah. Ces gens avaient le mental et la rage de vaincre ».

« On n’a pas besoin de touristes en sélection »

L’ancien défenseur du Stade Brestois va même plus loin. « On ne vient pas en touriste en équipe nationale. Il y a des gens qui paieraient pour jouer pour leur pays en Europe. Pourquoi cela ne serait pas le cas en Côte d’Ivoire ? Je ne sens pas cet amour profond pour le maillot de Côte d’Ivoire. Ce qui manque, c’est la mentalité et l’engagement des joueurs ».

Pour la prochaine CAN et le Mondial, Diaby Sékana préconise une prise de conscience collective et un dévouement de tous les instants des joueurs ivoiriens. De sorte à « démontrer tout son énorme potentiel sur le terrain ». Pour le meilleur défenseur de la CAN 92, il n’est pas question pour la Côte d’Ivoire d’aller faire de la figuration en Afrique du Sud. « Si on joue avec le cœur, on peut bien remporter la CAN 2010 et aller très loin en Coupe du monde en Afrique du Sud », conclut-il.
 
Par Abdoul KAPO
  

A lire aussi ...

TOP