Flash Info

  • 18/11/2019Football-CAN U23: Sangaré Ibrahim quitte la sélection pour rejoindre son club (Toulouse FC)
  • 18/11/2019Judo-Open: Dabonné Zoulehia médaillee de bronze à l'Open International de Dakar chez les -57kg
  • 18/11/2019Football-El.CAN 2021: La délégation ivoirienne s'envole ce lundi pour Addis-Abeba pour affronter l'Éthiopie
  • 18/11/2019Football-El.CAN 2021: Franck Kessié et Sayouba Mandé forfaits pour la 2e journée
  • 17/11/2019Handball-Coupe Nationale 2019-Finale dame: Habitat HBC 31-27 Africa Sports
  • 17/11/2019Taekwondo: Astan Bathily médaillée d'argent à l'Open international de Paris

Football- Amical International- CI-Cameroun (2-1) : Le public est resté chez lui

Football
International

Football- Amical International- CI-Cameroun (2-1) : Le public est resté chez lui

15 June 2009 0
Le public est resté chez lui

La rencontre amicale du samedi 13 juin dernier entre la Côte d’Ivoire et le Cameroun a tenu ses promesses sur la pelouse. Dans les gradins, ce n’était pas le même engouement avec un timide public. Les travées du stade Félix Houphouët-Boigny n’étaient pas garnies.<?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />
 
Si l’on n’a pas la prétention de donner l’affluence exacte de cet autre Côte d’Ivoire-Ivoire, l’on sait plutôt que les 31556 tickets mis en vente par la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) n’ont pas tous été écoulés. Il suffisait de regarder les tribunes clairsemées du stade Félix Houphouët-Boigny pour comprendre que nombre d’Ivoiriens avaient décidé de suivre la bataille forestière entre Eléphants et Lions de la ville. M. Sory Diabaté, responsable de l’organisation de la rencontre, qui affirme ne avoir «eu l’affluence des grands jours», n’en dit pas moins que l’opinion générale. Alors pourquoi une telle défection alors qu’avec la présence de Drogba, Yaya, Baky, Kader, Eto’o, Song, Emana, Djemba Djemba, Makoun… sur la pelouse il y avait de grandes raisons de faire le déplacement ?
 
Double crainte
 
Les supporters ivoiriens avaient des raisons de regarder cette rencontre de bien loin. Il faut aller chercher les raisons quelques mois derrière. En mars dernier 20 personnes sont décédées de leur passion du foot, 132 autres, marqués à vie. Un triste destin que plusieurs ne voulaient sûrement pas subir ou revivre pour ceux qui avaient été témoins du drame. Ensuite, vient la crainte d’être trempé. Car en juin, en Côte d’Ivoire, c’est la grande saison des pluies. Une grande partie du stade Houphouët-Boigny n’étant pas couverte, fallait rester à couvert et bien au chaud chez soi pour ne pas risquer de prendre froid. De ce point de vu, le public a eu tort car la pluie n’est point tombée, malgré le temps menaçant.
 
Et les trois fois trente minutes ?
 
La formule des trois fois trente minutes de la rencontre amicale entre la Côte d’Ivoire et le Cameroun a peut-être fait durer le plaisir de voir les stars africaines sur la pelouse, mais elle a donné moins de crédit à une rencontre qui devrait en avoir. Et ce, même si la rencontre était sous le sceau de l’hommage aux victimes du 29 mars. La FIF qui a voulu ôter toute la passion autour de la rencontre a juste fini par ôter toute envie des supporters à venir nombreux au stade.
 
Peu de promotion et dispositions strictes
 
A la genèse même de la rencontre du 13 juin, peu à la maison de verre ne daignait confirmer l’information. Aucune conférence d’avant-match. Le passage forcé (parce que la RTI ne le voulait pas sans avoir touché une prime du sponsor de la rencontre)  du vendredi, de Drogba et Eto’o au journal de 20 heure de la télévision nationale ivoirienne n’a sûrement pas suffit pour haranguer les foules. Ensuite vient le caractère bien strict des dispositions sécuritaires qui pourrait à lui tout seul expliquer cette désaffection. «Mais si cela doit décourager les supporters je crois que c’est bien dommage. Tout cela est fait pour que ceux qui viennent assister au spectacle soient en sécurité. Je préfère qu’on nous dise que nous avons été rigoureux  dans la sécurité qu’on dise qu’on a été léger et qu’il y a eu des problèmes». Le discours de M. Sory Diabaté est bien clair. Il n’était pas question d’affluence mais plutôt de démontrer que le drame du 29 mars, preuve de la légèreté de l’organisation, ne se répéterait plus au stade Félix Houphouët-Boigny. Voilà qui est clair pour les spectateurs de la bonbonnière du Plateau pour lesquels rendez-vous est donné en septembre prochain pour la réception du Burkina Faso.
 
 
Par Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP