Flash Info

  • 20/09/2018Football- Classement FIFA: La Côte d'Ivoire occupe la 66è place FIFA et la 12è CAF
  • 20/09/2018Football: Baky Koné est le nouveau président de la section football de l'ASEC Mimosas
  • 20/09/2018Football-Tournoi des 4 nations: Vietnam 3-1 Côte d'Ivoire
  • 18/09/2018Pétanque-Mondial 2018 : La Côte d’ivoire finalement absente
  • 18/09/2018Football-Championnat d’Afrique Freestyle : L’Ivoirien Titi Koné triomphe au Nigeria
  • 17/09/2018Cyclisme-Tour de Côte d'Ivoire 2018: L'Ivoirien Cissé Issiaka vainqueur de la 25è édition
Football
Elephants

CHAN 2018 : « Pas au Maroc pour faire du tourisme »

12 January 2018 0

Les récentes contre-performances de la sélection A Côte d’Ivoire et la crise qui s’est emparée du football ivoirien déteignent sur le jugement de l’opinion locale en ce qui concerne la sélection A’. Le calendrier de préparation loin d’avoir suivi les prescriptions du staff technique n’appelait pas au grand optimisme, jusqu’à la nette victoire (3-1) en amical international, face au Soudan, également qualifié pour le CHAN 2018.  Mais pas d’euphorie. Car le groupe B que chapeaute la Côte d’Ivoire sera âprement disputé. Les Ivoiriens ne devraient pas se laisser prendre au piège de l’identité des adversaires. Car si l’Ouganda, la Zambie (à un degré moindre et la Namibie n’ont pas de grand poids au niveau de la CAN, le CHAN reste une chasse gardée pour ces sélections avec lesquelles les A se confondent aux A’.

« Ce sont de bons pays de football. Dans cette zone de l’Afrique, les équipes locales font office de sélection A. Elles sont aguerries aux compétitions internationales. Ce qui est un avantage pour eux », confirme Kamara Ibrahim qui, s’il ne prend jamais de haut un adversaire, n’a également pas pour habitude de craindre un quelconque obstacle. Pour lui, et malgré la meilleure homogénéité que peut respirer ces nations, « ces noms ne devraient pas faire peur » à ses joueurs surtout. Dans la belle ville de Marrakech qui accueille le groupe B de la compétition, les Eléphants n’iront « pas pour faire du tourisme ». Plutôt pour rééditer la performance de 2016 ou faire mieux que la médaille de bronze acquise de haute lutte, au Rwanda. « Une compétition a toujours ses enjeux. On a fini dans le carré d’AS au dernier CHAN. Il s’agit aujourd’hui d’aller représenter le pays de la meilleure façon possible. C’est-à-dire faire au moins ce qu’on a fait, il y a deux ans », a confirmé Kamara qui sera épaulé dans sa tâche de Stéphane Dimy et par Kolo Touré, deux anciens internationaux ivoiriens qui entendent communiquer leur expérience de ce genre de compétition à des Eléphants concentrés.

Patrick GUITEY

 

A lire aussi ...

TOP