Flash Info

  • 30/06/2020Football-Distinction : La cérémonie des Awards 2020 de la CAF est annulée
  • 30/06/2020Football-CdC 2020: Les demi-finales et la finale se joueront au Maroc
  • 30/06/2020Football-Afrique: Le CHAN 2020 au Cameroun reporté à janvier 2021
  • 30/06/2020Football-Lonaci Ligue 1: La Ligue met un terme à la saison 2019-2020 et designe champion le RCA
  • 30/06/2020Football-Afrique: La CAN 2021 reportée en janvier 2022 par la CAF
  • 29/06/2020Football: Salomon Kalou va quitter le Herta Berlin à la fin de la saison

Ces attaquants sur lesquels l’on ferme les yeux

Football
Elephants

Ces attaquants sur lesquels l’on ferme les yeux

29 November 2019 0

L'attaque des Eléphants ne flambe plus. Un secret de polichinelle. Les prestations en matches amicaux n'auront servi qu'à se bercer d'illusions. Les stats sur les 4 dernières sorties officielles sont beaucoup plus accablantes qu'affolantes. 4 buts seulement. Service minimum. Trop juste pour se faciliter ses oppositions. Dans son silence studieux, Kamara Ibrahim, proche de ce constat, en est plus conscient que les observateurs avertis.

Pourtant, le sélectionneur national pourrait sortir le couplet d'un bastion qui n'affiche pas toujours complet, mais le fait est que l'attaque ivoirienne est beaucoup plus ronflante sur papier que sur les terrains africains. Si l'échec pour Pépé, Cornet, Assalé, Zaha, Méïté... n'est pas encore prononcé, la réussite semble très loin. De quoi se poser la question qui dérange. Le salut de l'attaque ivoirienne réside-t-elle forcément dans les jambes d'Eléphants évoluant au sein des grands championnats européens ? Pour l'instant la réponse exige de sortir de ce complexe. Celui qui prohibe la convocation de talents appartenant aux championnats dits "petits" ou "exotiques". Car si tel fut le cas dans un passé récent, la démarche est à présent frappée de caducité. Mais alors qui sont ces attaquants, loin d'être aspirants, qui ont les armes pour redonner leur réputation aux Eléphants ? Dans un paysage peu rondouillard, quelques patronymes pourraient rendre le service attendu.

Eddy Gnohéré, Juma Saeed, de la puissance à revendre

Peu connus comme l’était Didier Drogba, la plupart n’a pas eu à fourbir ses armes en Côte d’Ivoire. Ce qui ne les empêche pas d’afficher un intérêt grandissant pour le drapeau ivoirien. C’est le cas d’Harlem-Eddy Gnohoré. A 31 ans, le franco-ivoirien garde intact ses stats sous les couleurs du Steua Buccarest en Roumanie. Auteur de 6 buts cette saison en 11 sorties, le puissant attaquant franco-ivoirien traine une performance de 15 buts lors de chacune des deux dernières saisons sous les couleurs du Steua. Puissant et renard de surface, son profil se rapproche de celui de Juma Saeed. Actuel perce-défense d’Al Kuwait au Koweït, Juma ne sait pas qu’apparaitre au cœur de nombreuses mélodies abidjanaises. Il sait également marquer des buts. Cette saison, il en est à 3 réalisations en 5 matches. L’attaquant de 27 ans affiche au total 27 buts en 26 matches au total depuis son arrivée en Premier League du Koweït. Un phénomène.

Aké Loba, Franck Boli, prometteuse fraicheur

Tout comme pourrait l’être ses jeunes coéquipiers dispatchés entre le Mexique et la Hongrie.  A commencé par Arnaud Aké Loba. Révélé à la SOA puis mis en lumière lors des derniers Jeux de la Francophonie, Arnaud a fait de l’Amérique du Sud son espace d’expression. Après avoir séduit le Pérou où il a claqué 18 buts en 32 matches sous la tunique de l’Universidad Saint Martin, Aké Loba a posé ses valises à Queretaro, au Mexique. En 18 matches il affiche 6 buts pour la première partie de la saison. Alerte avec une technique au-dessus de la moyenne, l’ancien Sodja trouve sa symétrie en Hongrie. Avec Franck Boli. La révélation du championnat norvégien qu’il a mis à ses pieds avec ses 17 buts sous la tunique de Stabaek, Boli s’est envolé pour Ferencvaros, dans le championnat hongrois. Mais avant il y a inscrit 6 unités en 13 matches. Quant à son aventure au pays de Ferenc Puskas, il rime pour l’instant avec 2 buts en 10 prestations. Ce qui le renvoie à 8 buts en 23 matches.

Une revue loin d’être large. Car n’associant pas encore la colonie des Espoirs (Christian Kouamé, Bayo Vakoun, Youssouf Dao…) qui ont fait plus que bonne impression dans l’implication lors de la campagne CAN U23.  Mais sans ambages, les stats susmentionnés en jette.  En vue de bousculer une hiérarchie établie sur du ciment encore frais, et créer l’électrochoc attendu. A moins d’un réveil insoupçonné.

Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP