Flash Info

  • Il y a 51 min 27 secFootball-Afrique: La cérémonie des Awards de la CAF est prévue pour le 8 janvier 2019 à Dakar
  • Il y a 53 min 7 secRugby à 7: Abidjan accueille le championnat régional d’Afrique du 15 au 16 septembre 2018
  • Il y a 1 heure 2 minFootball-Ligue 1: Le staff du FC San Pedro libère 9 joueurs dont N'guessan Pathinvo et Gna Kapeu
  • Il y a 1 heure 4 minFootball-Mondial 2018: La FIFA a décidé d'offrir le ballon de la finale aux 12 enfants de la grotte thaïlandaise
  • Il y a 1 heure 6 minAthlétisme: La Côte d'Ivoire médaillée de bronze aux relais 4x100 U20 du championnat Zone 2
  • 18/07/2018Football-Coupe de la Confédération : Asec 0-1 Raja CA
Football
Elephants
MONDIAL

Les Eléphants marchent sur Libreville

2 September 2017 0

La Côte d’Ivoire s’est imposée au Gabon dans le duel du groupe C des éliminatoires zone Afrique de la Coupe du Monde 2018. Max Gradel et Doumbia Seydou ont chagriné des Panthères ce samedi dans leur antre du stade d’Agondjé.

Après deux sorties infructueuses et humiliantes, il fallait de la réaction. Pour réaliser l’électrochoc, le retour de quelques cadres dont Max Gradel, Salomon et Gervinho titularisés ce samedi, semblait primordial. Posture efficace, à l’honneur de Marc Wilmots qui a sorti le premier nommé de sa semi-retraite internationale. La joie de jouer retrouvée et l’esprit libéré par un but sublime face au PSG de Neymar, Gradel, nouveau toulousain, monte crescendo au cœur d’une attaque ou imprécise, ou qui se cache. A l’image de l’introuvable Doumbia Seydou, ou de l’imprécis Salomon Kalou. Quant à Gervinho, de nouveau capitaine, il souffrait d’un manque de variation dans ses accélérations. Prévisible pour la défense gabonaise qui quadrille bien. Et quand l’attaque ne va pas, c’est la défense qui paye. La preuve par le carton jaune écopé par Eric Bailly, noir de rage après ses coéquipiers à bout physiquement.

Quand Max ouvre la nasse  

La pause, une opportunité pour Marc Wilmots de demander plus de risque, plus de spontanéité, de l’efficacité, d’offrir moins de lisibilité à l’adversaire gabonais bien en place et prêt à piquer avec Louis Autchangan ou Denis Bouanga. Des conseils pris au pied de la lettre par le translucide Seri Michael. Mais la frappe du presque barcelonais resté Niçois, dès l’entame de la seconde période, n’est pas cadrée pour tromper Bitseki. La prise de risque. A la 53è, le portier gabonais n’aura pas la même chance. Lancé dans la surface adverse, Max Gardel feint la frappe du droit avant d’offrir à son pied gauche l’ouverture de la marque (0-1). De la spontanéité et de l’efficacité. Un but qui débride le jeu et soulève la révolte des Panthères. Le moment de doute semé dans la défense ivoirienne est éteint par la baraqua du serein Gbohouo Sylvain.  Le moment pour l’attaque de faire face.        

Seydou comme le Doumbia de Bouaké

Muet et presqu’inaccessible, Doumbia Seydou retrouve toute son efficacité récente, chez les Eléphants. Parfaitement servi par Gervinho, l’attaquant du Sporting Club de Lisbonne à le piqué solide pour tromper Bitseki (0-2, 77è). Sur sa lancée de sa performance de Bouaké, Doumbia double sa mise,  sur une autre accélération de son capitaine, cette fois grâce à un extérieur fouetté qui douche le stade d’Angondjé conquis par les Eléphants (0-3, 83è). Mise sous pression par le Maroc large vainqueur du Mali (6-0), la Côte d’Ivoire évite le piège de Libreville et se remet à la tête du groupe C, en attendant le retour du 5 septembre prochain, face à la même proie du samedi 2 septembre 2017.

Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP