Flash Info

  • 23/08/2019Football-Ligue 1-2è journée: Initialement prévu le 25 août, Africa-WAC reporté au 4 septembre à 15h au stade Houphouët-Boigny
  • 22/08/2019Football-Ligue 1: Sidy Diallo face à la presse vendredi à partir de 9h00 pour évoquer la situation à l'Africa Sports
  • 22/08/2019Karaté: L’équipe nationale de Côte d'Ivoire a bénéficié d’un stage dirigé par Jeffersson Bavarois, expert français
  • 22/08/2019Cyclisme-Tour de l'Est 2019: Traoré Souleymane, de la Renaissance, vainqueur de la 31è édition en 12h09mn03s
  • 22/08/2019Football-Deuil: L'ancien footballeur international Ghanéen, Junior Agogo est mort des suites d'un accident cérébral
  • 21/08/2019Jeux Africains 2019-Taekwondo: Cissé Cheick, Gbané Seydou et Coulibaly Bouma médaillés d'or à Rabat

Le milieu de terrain, un “no man’s land“ 

Football
Elephants
CAN

Le milieu de terrain, un “no man’s land“ 

17 June 2019 0

A une semaine de sa première sortie à la CAN 2019, chez les Eléphants, des questions ressurgissent. Des craintes également. La défense longtemps mise à la lumière des critiques, a fait place au milieu de terrain, aux lendemains de la prestation face à l’Ouganda.

Le milieu n’est plus un empire. Pas besoin d’y chercher un empereur. Depuis la retraite ou pas de Yaya Touré, dernière des certitudes de ce secteur de jeu, la Côte d’Ivoire est en quête d’un métronome, à ce niveau. Difficile de le trouver quand tous ou presque semblent se cacher derrière le groupe. L’épreuve de l’Ouganda, une nouvelle occasion de douter de la capacité de l’antre-jeu à créer le décalage, répondre à l’agressivité, se projeter, réaliser la passe fatale, ravitailler une attaque sans cartouche. Un chantier rouvert au nez et à la barbe de Kamara Ibrahim, à l’heure de la constitution de son équipe-type de la CAN 2019.

Seri-Kessié, duo qui sonne complot

Le technicien ivoirien n’a pas habitué au chamboulement, mais à l’heure des grands débats, faudrait-il certainement changer de fusil d’épaule. Surtout dans un secteur où la présence presque systématique de Franck Kessié et de Jean Michael Seri, semble de moins en moins efficace. Ce duo, loin de ses canons habituels en club, se révèle comme un véritable complot, contre l’ensemble de la machine mise en place. Car presque jamais au niveau de leurs coéquipiers et des attentes du moment. Imprécision, invisibilité dans le jeu et nonchalance, des caractéristiques communes qui devraient amoindrir leur côte auprès du sélectionneur.

Serey-Gbamin-Sangaré, trio à roder

Après la rencontre avec les Comores, le contraste fut saisissant. Même si le calibre était tout autre, le milieu a transmis de la fraicheur, beaucoup plus de justesse technique et surtout une envie palpable. Hormis l’inusable Victorien Angban, à placer dans la case d’en haut, Ibrahim Sangaré et Jean Philippe Gbamin ont fait plus que tirer leur épingle du jeu. Leur adjoindre un Serey Dié, dont l’entrée face à l’Ouganda a équilibré les débats dans l’agressivité, apporterait l’impact voulu par Kamara Ibrahim. Ne reste plus que le match amical face à la Zambie pour rebattre les cartes et faire bouger les lignes en ôtant de certaines têtes la calotte de sénateur immuable.

Patrick GUITEY  

A lire aussi ...

TOP