Flash Info

  • 13/08/2018Football-Caf LdC-Préliminaires : Sewe San Pedro 0-0 Ports Authority (le Séwé est éliminé)
  • 13/08/2018Rugby-Championnat national-1ère journée : ARC 46-00 Adzopé -- RC Bouaké 03-18 ORCK -- Truc 23-00 RC Yopougon -- TBO 25-00 SOA -- AUC 25-00 RC Divo
  • 13/08/2018Football-Ligue 1-10è journée : FC San Pedro 2-1 JCAT
  • 13/08/2018Omnisports : Achi Degbo élu président de la Fédération ivoirienne de canoë - kayak
  • 13/08/2018Football-Caf LdC-Préliminaires retour : AS FAN 3-1 AS Tanda ( 3-3 sur l'ensemble des deux matchs, Tanda qualifié)
  • 13/08/2018Football-CdC-Préliminaires retour : SC Gagnoa 3-0 AS Sonabel
Football
Elephants
CAN

CHAN 2018 : « La Zambie, forcément un autre match »

17 January 2018 0

Kamara Ibrahim ne craint pas le match face à la Zambie. Après une entrée timide de ses poulains dans la compétition, le sélectionneur national de la Côte d’Ivoire espère un réveil. Mieux, il en est persuadé. Et ce malgré la cascade des blessés.

Kamara Ibrahim, comment avez-vous préparé le match face à la Zambie et comment comptez-vous l’aborder en sachant que le premier match ne s’est pas déroulé comme l’aviez prévu ?

Je pense qu’on s’est bien préparé. De toute façon on sait ce qui nous attend. Nous avons perdu notre premier match et si nous voulons continuer l’aventure, il faudra faire un très bon résultat demain. Il faudra faire un résultat tout en gardant notre organisation. Il ne s'agit pas de se jeter à l'abordage n'importe comment. Même ‘il est vrai que tout autre résultat qu’une victoire ou un nul ne fera rentrer à la maison.  Nous allons rester le plus longtemps possible dans le match pour chercher à faire la décision.

Badié Gbagnon a rejoint sur le tard le groupe. Pensez-vous qu’il est déjà apte à prendre sa place au sein de votre groupe qui se réduit avec les nombreux blessés ?

Badié a été bien accueilli. C’est un joueur qui est très intéressant. Lors de sa première séance, Il n'a pas perdu de temps à s'intégrer. Sachant qu’on ne peut pas utiliser Pacôme (Zouzoua) et Inza (Diabaté), il a un bon profil. Mais les nouvelles ne vont pas en nous arrangeant. Parce que mardi, nous avons peut-être perdu Wonlo (Coulibaly). Il s’est fait mal au bras. Il est possible qu’il ne soit pas présent face à la Zambie. Mais pour revenir à Badié, je crois qu’il est bien dans sa peau.

Comment expliquez vous le jeu timide des Eléphants face à la Namibie alors qu’ils sortaient d’une victoire encourageante en amical face au Soudan ?

La plupart des joueurs sélectionnés sont à leur première grande compétition. C’est qui explique certainement la crispation du premier match. Ils ont joué le frein en main et ils ne sont pas lâcher comme il fallait. Maintenant, ils ont pris la température. Ils savent ce que sait que le haut niveau. Et demain, face à la Zambie, ça sera forcément un autre match. Avec un peu plus de vitesse. Parce que si on ne le fait pas demain, on ne le fera plus jamais.

 

Avec cette saignée au sein de votre effectif, quel est exactement la situation de l’infirmerie de la Côte d’Ivoire ?

Nous avons Pacôme (Zouzoua), Inza (Diabaté), Raoul (Kouakou) et Wonlo (Coulibaly). Cela fait quatre joueurs de champs que nous perdons. Mais cela n’entame en rien notre volonté. Avec les 16 joueurs de champs qui restent nous allons aligner une équipe compétitive pour passer le match de demain. Je n’ai aucun doute la dessus.

Quels sont les atouts sur lesquels vous comptez vous appuyer pour présenter un visage plus offensif et plus efficace tout en gardant la solidité défensive ?

Nous avons une équipe qui est très forte mentalement. Je pense qu’en venant ici, nous avons fait exprès de constituer une équipe qui est très jeune en s’appuyant plus sur les olympiques qu’une équipe A que peuvent avoir l’Ouganda, la Namibie ou la Zambie. Je pense donc que notre capacité à nous projeter vers l’avant amènera cette équipe à montrer qu’elle a des choses à prouver ici.

Que savez-vous de cette équipe zambienne que vous vous apprêtez à défier jeudi au Grand Stade de Marrakech ?

Elle est bien partie parce qu’elle a gagné son premier match. Elle peut se permettre de perdre son second match en espérant qu’elle a un troisième match.  C’est une équipe très athlétique avec des joueurs qui vont vite devant. C’est pour cela que je disais qu’il faut que nous restions le plus longtemps possible dans notre match. Ce n’est pas parce que nous avons besoin de victoire que nous allons nous jeter à l’abordage et nous compliquer la tâche. Nous allons bien rester dans le match d’entrée. Le but, nous pouvons le marquer comme les Namibiens nous l’ont fait ou d’entrée de jeu. Mais j’espère que nous allons le marquer assez tôt quand même. Donc nous irons avec l’état d’esprit de ne pas se mettre en difficulté. Et mettre le but qui va nous donner la victoire à un moment ou à un autre du match.

A quelques heures d’un quitte ou double, est ce que vous ressentez une certaine crainte au sein de votre groupe qui pourrait couper les jambes aux joueurs ?

Nous avons mal commencé la compétition, nous avons tiré les leçons, maintenant, il faut se mettre dans le bon sens pour aller le plus loin possible. Nous ne nous mettons pas de pression par rapport au passé que nous avons eu. Ce qui nous intéresse, c’est le présent, le maintenant et essayé d’avancer.

Propos recueillis par Patrick GUITEY

Envoyé spécial à Marrakech

A lire aussi ...

TOP