Flash Info

  • 22/09/2019Football-El.CHAN 2020: Niger 2-0 Côte d’Ivoire
  • 19/09/2019Athlétisme-Mondiaux 2019: 4 milliards 466 millions 793 mille francs CFA seront distribué aux différents lauréats
  • 19/09/2019Athlétisme-Mondiaux 2019: Marie Josée Ta Lou et Cissé Gue se préparent à Rome en Italie
  • 19/09/2019Football: François Zahoui attendu dimanche à Bangui pour signer avec la sélection nationale de Centrafrique
  • 19/09/2019Football: Didier Drogba désigné ambassadeur du Ballon d'Or France Football
  • 17/09/2019Football-CAN 2019 (U23): Le tirage au sort à Alexandrie le 3 octobre 2019

Football/ Les Eléphants au scanner : National et Olympiques même combat !

Football
CAN

Football/ Les Eléphants au scanner : National et Olympiques même combat !

14 November 2007 0
Football/ Les Eléphants au scanner : National et Olympiques même combat !

Stielike et Gili vont travailler dur ce week-end sur deux fronts différents sur le plan de l’enjeu de la CAN  et de la qualification pour les Jeux Olympiques 2008, mais d’une égale importance pour les observateurs du football ivoirien.


  • Equipe A : Il faut « boucler l’effectif »

Les Eléphants jouent contre l’Angola le 17 et le Qatar le 21. Il ne faut pas trop s’inquiéter pour l’instant du jeu qu’ils produisent, car mis à part le match contre l’Egypte à Charlety, Stielike n’a jamais bénéficié de la totalité de son effectif. En revanche, on peut se préoccuper de l’incorporation de nouveaux joueurs à 2 mois de la compétition. L’appel de Yao Kouassi Gervais « Gervinho » et de Djakpa Tohouri Constant est là un signe parmi bien d’autres que le coach allemand n’a pas encore trouvé le bonne formule. A l’heure d’aujourd’hui, il faut constituer le groupe de 22 auquel on va adjoindre 2 ou 3 joueurs supplémentaires  qui vont s’impliquer dans la préparation pour jouer en cas de « pépin ». Ce noyau doit être déterminé dès maintenant, aujourd’hui ! Et « peaufiner » le (s) système (s) de jeu à mettre en place. Ni ce noyau, ni le système de jeu ne sont définis. Et il y a pas mal de choix contestables dans l’option tactique et la désignation des joueurs (faut-il y trouver une relation de cause à effet ?).
Nous ne reviendrons pas sur le cas de Chico (celui-là ne mérite pas pour l’instant une place de titulaire). Que dire de Demel Guy ? Il en impose physiquement, et dans les airs, il récupère beaucoup de ballons au milieu, il dispose d’une bonne technique individuelle. C’est un joueur utile, mais seulement dans une configuration défensive. Dans tout autre système, son manque de mobilité, de vivacité gestuelle, et de vision de jeu font qu’il ne peut être préféré à Romaric, Zokora, Gnégnéri ou Faé.
On pourrait évoquer encore les difficultés à construire le jeu offensif autour de Drogba…L’enjeu de cette semaine est capital pour les Eléphants A : au-delà du résultat (tant pis pour le classement FIFA), Stielike doit dissiper les doutes, montrer qu’il a son équipe, qu’il a son système, et qu’il est prêt ou presque à répondre à l’attente des millions de passionnés.

  • Gérard Gili : Maître de son sujet

« Dites aux Ivoiriens que je suis un expatrié mais que je suis heureux et fier pour eux… ». Cette phrase distillée par l’ex-entraîneur de l’OM et de BASTIA après la victoire des Olympiques à Bamako traduit son souci pour le public sportif, son attachement aux couleurs qu’il défend et sa conscience professionnelle. Elle rend Gérald Gili plus sympathique, mais ce provençal « bon teint » n’est pas seulement sympa, il est en plus compétent, ce qui ne gâte rien.
Après l’entame calamiteuse de cette campagne olympique en Zambie (défaite 0-2) le coach s’est remis au travail et à la faveur des victoires contre le Sénégal et le Mali, soit 9 points, il est à la veille de réussir ce qui serait un exploit jamais réalisé : la qualification de la Côte d’Ivoire aux Jeux Olympiques de Beijing en 2008.
Gili connaît parfaitement le football ivoirien, son tempérament (offensif) sa tradition (technique, vivacité, inspiration). Avec une équipe faite de bric et de broc, une préparation de 3 jours avant match, il a construit un groupe compétitif, enthousiaste et plaisant.
Koné Kouamatien et Gervinho respirent la joie de jouer, et peu importe que l’équipe prenne des buts (5 en 4 rencontres), Gili respecte l’esprit du jeu, et ses poulains jouent le seul football qu’ils savent jouer : ils attaquent, ils tiennent le ballon, ils gagnent, ils progressent…
Pour le Marseillais, il faut d’abord bien jouer pour gagner. Et pour bien jouer, il faut jouer le football que l’on connaît. Pourquoi dissocier systématiquement le résultat du beau jeu ?
Maintenant Côte d’Ivoire – Zambie reste un match de football, ce qui veut dire que rien n’est joué à l’avance. Si les Eléphants devaient manquer leur match et peut-être la qualification ! Il n’en demeure pas moins que l’entraîneur français nous aura montré des qualités qu’il serait bien dommage de ne pas exploiter plus longtemps et avec les A.
Aimé Bière de L’IslesConsultant Sportif
 

A lire aussi ...

TOP