Flash Info

  • 23/08/2019Football-Ligue 1-2è journée: Initialement prévu le 25 août, Africa-WAC reporté au 4 septembre à 15h au stade Houphouët-Boigny
  • 22/08/2019Football-Ligue 1: Sidy Diallo face à la presse vendredi à partir de 9h00 pour évoquer la situation à l'Africa Sports
  • 22/08/2019Karaté: L’équipe nationale de Côte d'Ivoire a bénéficié d’un stage dirigé par Jeffersson Bavarois, expert français
  • 22/08/2019Cyclisme-Tour de l'Est 2019: Traoré Souleymane, de la Renaissance, vainqueur de la 31è édition en 12h09mn03s
  • 22/08/2019Football-Deuil: L'ancien footballeur international Ghanéen, Junior Agogo est mort des suites d'un accident cérébral
  • 21/08/2019Jeux Africains 2019-Taekwondo: Cissé Cheick, Gbané Seydou et Coulibaly Bouma médaillés d'or à Rabat

La CAN 2019, loupe inconfortable pour le "Ballon d'Or" africain

Football
CAN 2019

La CAN 2019, loupe inconfortable pour le "Ballon d'Or" africain

21 July 2019 0

La Coupe d’Afrique des Nations. La bataille pour le titre collectif de “Roi d’Afrique“. Combat également pour la distinction individuelle de meilleur footballeur africain de l’année. Pour sa 32è édition, la CAN semble pourtant une loupe inconfortable pour le jury qui se chargera d’élire le “Ballon d’Or Africain“. Tant les étoiles attendues ont eu du mal à exprimer leur génie.

Salah, Pharaon aux pieds d’argile

En Egypte. Aux pieds des pyramides. Elles étaient attendues. Pour apporter un nouveau cachet particulier, au banquet continental du football. A l’arrivée, les stars annoncées n’ont que peu illuminé les joutes de leur talent. La faute à des blocs bas et une option tactique résolument tournée vers le collectif. Peu de place donc à l’expression individuelle. A l’éclosion ou la confirmation des Etoiles identifiées. Elles qui n’ont su porter leur collectif au sommet. Le premier dossard portant l’échec des stars, reste le Numéro 10 de l’Egypte : Mohamed Salah. L’attaquant des Pharaons, exceptionnel avec Liverpool, fut loin de sa saison en Europe. Avec seulement 2 buts inscrits, Mo. Salah fut un témoin impuissant de l’élimination surprise des siens sur sa terre, à l’étape des huitièmes de finale, face à l’Afrique du Sud.

Sadio Mané, peut-être passé à côté

Demeurer dans l’ombre de Salah n’était pas une option. Et au plan comptable, Sadio Mané a fait mieux. 3 buts à son actif. Pourtant, Le Lion n’a pas tant rugi que cela. Plus une question de personnalité que de qualité. Loin de ses responsabilités, Sadio ne fut pas le Mané attendu par tous. Un goût d’inachevé. Surtout que le Sénégal n’a pas touché le graal. Chipé par l’Algérie d’un discret mais étonnant Ryad Mahrez.  Auteur également de 3 réalisations mais qui s’est montré sous un autre jour. Plus au service du collectif, ne rechignant pas sur les taches défensives, ultra décisif, à l’image du magistral coup franc qui envoie les Fennecs en finale.  Acteur du deuxième sacre des Verts, le Cityzen pourra s’appuyer sur les dires d’un devancier à Manchester pour, pourquoi pas, voler la vedette aux stars attendues, au moment venu.

Riyad Mahrez, le cheval de trois ?

« Nous, les Africains, nous ne montrons pas que l'Afrique est importante à nos yeux. Nous privilégions plus l'extérieur que notre propre continent ». Des déclarations de Yaya Touré alors frustré de ne pas avoir remporté le titre de meilleur footballeur africain en 2015, alors qu’il venait de glaner le trophée de la CAN avec la Côte d’Ivoire. Des propos appelant surtout le jury africain à privilégier les compétitions continentales pour le choix du meilleur joueur. Alors, la victoire de 2019 au Caire, un argument suffisant pour faire battre en retraite la performance du duo Salah-Mané sous les couleurs de Liverpool ? La réponse à cette interrogation, un nouveau test pour la CAF d’Ahmad Ahmad. A moins de célébrer le collectif qui prend constamment le pas sur les individualités. La nouvelle vérité du foot moderne.

Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP