Flash Info

  • 23/08/2019Football-Ligue 1-2è journée: Initialement prévu le 25 août, Africa-WAC reporté au 4 septembre à 15h au stade Houphouët-Boigny
  • 22/08/2019Football-Ligue 1: Sidy Diallo face à la presse vendredi à partir de 9h00 pour évoquer la situation à l'Africa Sports
  • 22/08/2019Karaté: L’équipe nationale de Côte d'Ivoire a bénéficié d’un stage dirigé par Jeffersson Bavarois, expert français
  • 22/08/2019Cyclisme-Tour de l'Est 2019: Traoré Souleymane, de la Renaissance, vainqueur de la 31è édition en 12h09mn03s
  • 22/08/2019Football-Deuil: L'ancien footballeur international Ghanéen, Junior Agogo est mort des suites d'un accident cérébral
  • 21/08/2019Jeux Africains 2019-Taekwondo: Cissé Cheick, Gbané Seydou et Coulibaly Bouma médaillés d'or à Rabat

GHANA CAN 2008 : LE PARCOURS DES SUPPORTERS IVOIRIENS

CAN

GHANA CAN 2008 : LE PARCOURS DES SUPPORTERS IVOIRIENS

28 November 2007 0
GHANA CAN 2008 : LE PARCOURS DES SUPPORTERS IVOIRIENS

Pour se rendre à SEKONDI TAKORADI, il faut en moyenne 6 Heures en véhicule et 8 Heures en car.
ELUBO, le probable calvaire des ivoiriens.
Les Ivoiriens sont actuellement très enthousiastes pour se rendre au GHANA pour pousser à la victoire leur équipe nationale. Mais à ce jour, force est de reconnaître que les automobilistes seront confrontés à des tracasseries désobligeantes au départ comme au retour.En effet, muni d’un ordre de mission en bonne et due forme et ayant estampillé notre véhicule de l’écriteau « PRESSE » pour bénéficier d’une fluidité routière, nous serons déboussolés.Ainsi, nous vous faisons le rituel à subir. Pour se rendre au GHANA, après les formalités du côté ivoirien par l’enregistrement des pièces du véhicules, passeport et CNI, vous devez passez la frontière ghanéenne. A ce niveau, vous aurez affaire à des agents de la barrière qui vous réclameront 1000 F (illégal ) pour vous transmettre un bout papier qui va servir de tickets pour l’établissement de votre « titre de séjour ».
Ensuite, des « passeurs » vont décider de vous prendre en charge pour les autres formalités ; nous vous conseillons de refuser leur service car ils vous feront payer plus cher. Vous devrez donc garer votre véhicule et tous les usagers du véhicule devront présenter leur carnet de vaccination à jour à un premier bureau moyennant 500 F par carnet ou 2000 francs si vous n’avez pas de carnet. Ensuite vous remplissez la fiche d’immigration et vous payez 1000 F par CNI ou passeport à un autre bureau.
Puis muni de vos papiers de véhicules vous allez à un autre bureau pour régler les frais de passage officiel qui s’élève à 20 GH soit 10 000 F mais l’agent vous dira de payer 23 GH soit 11500 voire 12000 F.  Ensuite vous irez à un énième poste pour vous faire établir la fiche de voyage, là encore il va falloir débourser entre 1000F et 2000F pour l’agent. Et enfin vous pourrez accéder sur le territoire ghanéen et effectuer un voyage sans tracas.
Là où nous avons été choqué, ce fut le retour où les agents réclameront encore 1000 F par passeport et 500 F pour les carnets de vaccination. En essayant d’en savoir davantage, l’agent ghanéen sous un ton doublé de colère et d’irrespect nous fera comprendre que la Côte d’Ivoire fait pire et que ses compatriotes paient 3 fois le prix que nous payons. Et nous de lui rétorquer qu’il gagnerait à copier ce qui est bien plutôt  les mauvais exemples car le GHANA que nous avons parcouru en 6 jours n’a pas à donner une mauvaise image à la frontière au moment ou à l’intérieur le racket est quasi inexistante. Malgré tout nous serons obligé de payer puisqu’il restait à peine 3 mn pour la fermeture de la frontière prévu à 18 h.Le comble, au moment de franchir le barrage pour atteindre la zone de Côte d’Ivoire, nous sommes encore interpellés pour encore payer. Là, nous avons disjoncté et refusé de payer. Vu notre hargne, on nous laissera passer.Cette situation est un enseignement à double sens. D’abord, c’est certainement la première fois que nous connaissons ce type de racket « exagéré » qui nous a fait perdre notre maîtrise. Qu’en sera-t-il des supporters ivoiriens excités qui subiront pour leur première aventure cette même situation et qui malheureusement auraient une réaction plus excessive que la notre ? Un drame serait vite arrivé.
C’est pourquoi, nous osons interpeller les autorités ghanéenne et ivoirienne de faire de ELUBO et NOE une « free zone » le temps d’une CAN…
L’autre sentiment que nous avons, c’est une véritable gêne face à ce type de racket. Car l’ivoirien a toujours constaté la torture morale et financière que fait subir nos forces de l’ordre aux étrangers. Il aura fallu que nous en fassions l’expérience pour nous rendre compte que c’est avilissant et traumatisant. Et lorsque l’officier ghanéen dit que les forces de l’ordre ivoiriennes  font le triple de ce nous subissons, cela doit nous interpeller.
MC

A lire aussi ...

TOP