Flash Info

  • 16/11/2018Football-Ligue 1: Aka Kouamé quitte l'encadrement technique de LYS de Sassandra
  • 15/11/2018Athlétisme-Marathon du District d'Abidjan 2018: Le Kenyan Stanley Teimet grand vainqueur
  • 13/11/2018Athlétisme: La représentation CPI en Côte d'Ivoire organise un cross populaire le 24 novembre entre Treichville et Marcory
  • 13/11/2018Media: La FIFA organise un Forum de développement pour les journalistes d'Afrique francophone le 5 Décembre à Lomé
  • 13/11/2018Rugby-Côte d'Ivoire: Le championnat national 2018-2019 démarre le 15 décembre prochain
  • 12/11/2018Football-Tournoi U20 UFOA B- Tirage-Groupe A : Togo, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Sénégal
Football
Afrique

Geoffrey Kondogbia : « J'ai toujours voulu jouer pour les Fauves »

15 October 2018 0

Interrogé par RFI, Geoffrey Kondogbia revient sur son choix de défendre les couleurs de la Centrafrique.

Geoffrey Kondogbia a fait ses débuts avec la Centrafrique, vendredi à Bouaké. Une défaite cuisante (4-0) qui n'ôte aucune fierté à l'ancien international français, apparu cinq fois avec les Bleus lors de rencontres amicales. A en croire ses confidences à nos confrères de RFI, le joueur du FC Valence vit un accomplissement. "Ce que les gens ne savent pas, c’est que j’ai toujours voulu jouer pour la République centrafricaine. Mon rêve, c’était de jouer pour la Centrafrique, a assuré Geoffrey Kondogbia, qui portait le brassard de capitaine en Côte d'Ivoire. Ce qui n’était pas le cas de mes proches, de mes amis et de membres de ma famille. Ils n’étaient pas d’accord. Je pense que c’était par rapport à ma carrière et à ce que l’équipe de France pouvait apporter."

« Je me sens Français et Centrafricain »

Si le milieu de terrain a d'abord dit oui à la France, c'était contre son désir profond de rejoindre les Fauves. "J’ai fait abstraction de mon souhait. J’ai essayé de jouer le jeu en me disant que ‘oui, c’est un plus au niveau de la carrière footballistique'. Mais, moi, j’ai toujours voulu jouer pour la République centrafricaine. Ce qui m’a, on va dire, « sauvé », c’est la déception de mes proches. Ceux qui étaient contre ma venue en équipe de RCA ont vu que je n’étais plus appelé en équipe de France. Ils m’ont, entre guillemets, laissé partir", explique le néo-international centrafricain, qui ressent une double appartenance. "Je me sens Français et Centrafricain. J’ai juste pensé dès mon plus jeune âge que mon aide serait plus profitable à la République centrafricaine qu’à la France, poursuit-il, avant de conclure. C’est comme dans une famille. Quand tu as deux frères, si l’un d’entre eux a besoin d’aide, tu te tournes davantage vers lui."

TOP