Flash Info

  • Il y a 5 heures 4 minFootball-El.CHAN 2020: L'entrée au stade pour le duel Côte d'Ivoire-Niger est gratuite
  • Il y a 5 heures 6 minFootball-EL.CHAN 2020 : Côte d'Ivoire-Niger prévu le dimanche 20 octobre au stade Félix Houphouët-Boigny
  • Il y a 8 heures 31 minAthlétisme: L'Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire offre 2 millions à Marie Josée Ta Lou
  • Il y a 8 heures 31 minAthlétisme: L'Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire offre 2 millions à Marie Josée Ta Lou
  • Il y a 8 heures 31 minAthlétisme: L'Assemblée Nationale de Côte d’Ivoire offre 2 millions à Marie Josée Ta Lou
  • 14/10/2019Athlétisme: La 5è édition du Marathon du District d'Abidjan se tiendra le vendredi 15 novembre 2019

CAN 2008 Nouzaret: "Gérer la ferveur"

CAN

CAN 2008 Nouzaret: "Gérer la ferveur"

19 January 2008 0
CAN 2008 Nouzaret: "Gérer la ferveur"

Toute l'Afrique du football est dans les starting-blocks. Dimanche, à Accra, la CAN ouvre ses portes avec comme première affiche le Ghana, pays organisateur, qui accueille la Guinée. Robert Nouzaret, l'entraîneur du "Syli", sait bien que la pression sera sur les Black Stars et espère que ses troupes sauront faire abstraction du contexte pour accrocher un résultat. Surtout que le groupe A, également composé du Maroc et de la Namibie, ne laissera aucune place au hasard pour les deux nations qui iront en quarts de finale.
Robert Nouzaret voit plus loin que cette CAN 2008. (Maxppp)Robert Nouzaret, comment s'est effectuée la préparation du "Syli" ?Il n'y a pas eu de problèmes particuliers. On a fait notre préparation sur le sol espagnol, en bénéficiant de conditions optimales. J'ai juste eu la mauvaise surprise de voir Kevin Constant repartir en club (le joueur de Toulouse n'a pas obtenu sa qualification, ndlr). Mamadou Bah, de Strasbourg, l'a remplacé. Et puis il y également eu la liste définitive avec des surprises. J'ai fait mes choix. Mon rôle de sélectionneur me le permet. J'ai fait un mélange de joueurs d'expérience et de jeunes de la sélection olympique. Ils font partie des futurs cadres. La CAN est une première étape, car je vise également les qualifications du Mondial 2010, qui se déroule en Afrique.
Quel est votre objectif dans cette Coupe d'Afrique ?On va essayer de la gagner. Nous savons qu'il y a des équipes plus talentueuses, mais la donne d'un tournoi final ne repose pas que sur ça. Ce ne sont pas les plus forts qui finissent au tableau d'honneur, mais les mieux préparés et motivés. Il ne faut pas manquer d'ambitions.
Justement, Claude Le Roy, le sélectionneur du Ghana, ne tarit pas d'éloges envers votre sélection...C'est pour nous mettre la pression. Il a dit ça pour nous endormir ! (Rires) Ce qui est certain, c'est que l'on est moins médiatique que certaines autres sélections, comme la Côte d'Ivoire. Nos joueurs évoluent en France, en Turquie et même en Belgique.
Qu'attendez-vous du match d'ouverture face au pays organisateur ?C'est un grand match médiatique. Le Ghana a la pression du résultat. Ils doivent faire un sans-faute. Quant à nous, on aura à gérer la ferveur du stade. C'est la clé du match. Si on arrive à faire abstraction de l'ambiance, alors on pourra rivaliser sans problème. Ce premier match va déterminer notre état psychologique pour la suite de la compétition.
"Une qualification au Mondial 2010, le défi national"
D'ailleurs, ce premier tour est assez compliqué...Les quatre poules sont difficiles mais la notre l'est encore plus. Affronter le pays organisateur, ce n'est forcément pas un avantage. On va être exposé médiatiquement, ce n'est pas plus mal. L'objectif est clair: on doit absolument battre la Namibie et faire un résultat face au Ghana ou au Maroc.
Justement, après Claude Le Roy, vous retrouverez un autre technicien français, le "Marocain" Henri Michel...C'est un championnat de France. (Rires) C'est marrant de se retrouver dans la même poule. L'Afrique avance dans le football avec des techniciens étrangers, et notamment français. Et ça va être dur contre les Marocains. S'ils jouent comme ils l'ont faits au Stade de France pendant la compétition, ils seront vainqueurs.
La Guinée se repose surtout sur une attaque de feu. Quelle sont les autres forces de votre groupe ?C'est sûr que les stars se nomment Pascal Feindouno, Ismael Bangoura et Fodé Mansaré. C'est embêtant d'ailleurs, car ce dernier soit suspendu pour le match d'ouverture. Mais je compte énormément sur les jeunes qui peuvent se révéler dans cette CAN. Je pense par exemple à Mohamed Cissé (Bursaspor) ou Victor Corréa (Cherbourg, National). Ils ont tous envie de se montrer. Et c'est une motivation supplémentaire. C'est comme ça pour les joueurs africains. Il y a une grande ambition pour pouvoir changer de quotidien. D'autant que la plupart de mes joueurs ne recueillent pas encore de nombreux louanges.
C'est la troisième fois que vous reprenez une sélection africaine et votre palmarès est vierge. Vous lancez-vous un défi ?Mon objectif initial était de qualifier la Guinée pour cette CAN, qui n'avait pas bien débuté ses éliminatoires. Le "Syli" a son avenir en main, avec ou sans moi à la tête de la sélection. J'ai déjà connu de bons résultats avec la Côte d'Ivoire. J'espère en connaître avec la Guinée. Je pense notamment à une qualification au Mondial 2010. C'est le grand défi national.
Quel est votre favori pour cette édition ghanéenne ?La Côte d'Ivoire bien entendu. C'est le vainqueur attendu. Leur attaque est impressionnante et les Eléphants ont le potentiel pour être demi-finalistes de la prochaine Coupe du monde.
Source: sports.fr

A lire aussi ...

TOP