Flash Info

  • 20/07/2018Football-Transfert: Accord trouvé entre Chelsea et Sassuolo pour le prêt de Jérémie Boga (Presse)
  • 20/07/2018Football-Afrique: La cérémonie des Awards de la CAF est prévue pour le 8 janvier 2019 à Dakar
  • 20/07/2018Rugby à 7: Abidjan accueille le championnat régional d’Afrique du 15 au 16 septembre 2018
  • 20/07/2018Football-Ligue 1: Le staff du FC San Pedro libère 9 joueurs dont N'guessan Pathinvo et Gna Kapeu
  • 20/07/2018Football-Mondial 2018: La FIFA a décidé d'offrir le ballon de la finale aux 12 enfants de la grotte thaïlandaise
  • 20/07/2018Athlétisme: La Côte d'Ivoire médaillée de bronze aux relais 4x100 U20 du championnat Zone 2
Côte d'Ivoire
Athlétisme

Quand Mureille Ahouré parle de Ta Lou

12 September 2017 0

Face à la montée en puissance de sa compatriote Tah Lou Marie José, Murielle Ahouré veut tenir un rôle de leader.

Dans un entretien accordé à l’hebdomadaire panafricain Jeune Afrique, Mureille Ahouré, la sprinteuse ivoirienne qui aura amorcé le nouvel e essor de l’athlétisme ivoirien au niveau continental et mondial, indique être résolu à jouer son rôle de précurseur. Avant elle, l’athlétisme ivoirien n’existait que dans la mémoire lointaine d’un certain Gabriel Tiacoh, médaillé d’argent du 400 aux Jeux Olympiques d’Atlanta en 1984 aux Etats Unis. La double vice-championne du Monde de 2013 à Moscou en Russie ( 100 m et 200 m) veut apporter sa « contribution » dans le rayonnement de la discipline dans son pays. Devant l’éclosion de sa compatriote Marie José Ta Lou, elle entend jouer son rôle de leader.

« Le rôle d’un leader, c’est de produire d’autres leaders, explique-t-elle, ou de stimuler l’émergence des autres. Le plus important, bien sûr, c’est de contribuer et de participer avec honneur et dignité. Le plus important, c’est la Côte d’Ivoire qui gagne et glane des médailles à travers le monde ». Et la sprinteuse ivoirienne de justifier ses contreperformances récentes par « l’année noire » qu’elle a vécue avec notamment sa « grave blessure (…) et le décès de son père (feu le général Doué Mattias). Je voudrais que l’on me comprenne, et qu’on me laisse faire mon deuil. Le moment viendra où je pourrai m’ouvrir aux médias comme je l’ai toujours fait par le passé » indique-t-elle.

Sur son avenir, Murielle Ahouré assure que rien n’est fini. « Je sais ce que je dois faire. Je sais ce que je vaux. Je sais ce que je suis capable de faire ». Avec un bon encadrement, elle espère revenir rapidement au sommet.

Sylvain MEL

 

A lire aussi ...

TOP