Flash Info

  • 14/12/2017Football-CHAN 2018-Amical: Côte d'Ivoire 4-0 Africa Sports
  • 13/12/2017Football-CdC 2018: L'AS Tanda face au CS La Mancha du Congo pour le premier tour de la compétition
  • 13/12/2017Football-CdC 2018: L'Africa Sports opposé au FC Nouadhibou de Mauritanie pour le premier tour
  • 13/12/2017Boxe-Côte d'Ivoire: La FIB organise le Championnat national des élites amateurs les 14 et 16 décembre au stade Robert Champroux
  • 13/12/2017Football-Caf LdC 2018: Le WAC d'Adjamé croise le champion du Mali pour le premier tour préliminaire
  • 13/12/2017Football-Caf LdC 2018: L'ASEC affrontera le champion du Bénin dans le premier tour préliminaire
Autres Sports
Cyclisme

Un autre Tour ivoirien à crédit !

18 September 2017 0

Le Tour de Côte d’Ivoire 2017 s’est achevé, avec le sourire pour les Belges et la satisfaction pour les localités traversées, d’avoir touché l’événement des yeux. Fier de son œuvre, le comité d’organisation croule encore une fois sous le poids des dettes. La faute au retard de décaissement d’un budget connu longtemps à l’avance.

Lors de sa 20è édition, le Tour de Côte d’Ivoire s’était prématurément arrêté à Ferkéssédougou, à sa 5è étape. La raison, la protestation de l’organisation quant au non-versement de la subvention promise par l’Etat. Cinq ans plus tard, rien ne semble avoir changé, malgré la bonne foi de la Fédération ivoirienne de cyclisme et les multiples turnovers dans le fauteuil du Ministère des Sports et Loisirs.  Pourtant d’un budget élaboré de 230 millions de Frs Cfa dans lequel la subvention de l’Etat s’élevait à 100 millions à l'époque, l’on est passé à une aide de 50 millions de Frs Cfa. Si le comité d’organisation du Tour de la Réconciliation a toujours été à l’heure, ça n’a jamais été le cas pour les finances publiques. Cette autre fois ne se dérobera pas à la regrettable règle.

« Pour l'instant on nous a fait des promesses. On nous a dit qu'il n'y avait pas les moyens. Le budget initial était de 50 millions de Frs Cfa, nous n'avons reçu que 15 millions de Frs Cfa. J'espère que nous rentrerons en possession des 35 autres millions pour le règlement des dettes de ce Tour de Côte d'Ivoire », a révélé Allah Kouamé. Des phrases comme du déjà vu. Une pathétique routine qui devrait faire place à une autre. Les belles paroles du Ministre en charge des sports. Des promesses dont l’exécution n’arrivera pas à temps opportun.

Alors qu’on s’attend que les cabinets ministériels des sports et de l’économie et des finances de Côte d’Ivoire se rejettent la faute, la conséquence de la gestion scabreuse du financement des compétitions internationales, est immédiate, sur le terrain du réel. Le cri de cœur des athlètes encore vif à l’oreille de leurs encadreurs. Et le résultat s’en est ressenti. « Les cyclistes ont été démobilisés, démotivés. Sur la 6è étape, ils souhaitaient avoir des primes qu'on n'avait pas. Nous n'avions pas les moyens de leur donner ces primes là. On leur a demandé de courir et qu'on verrait après. C'est vrai qu'ils ont couru mais je savais qu'ils n'avaient plus l'âme à la compétition. Je crois c'est cela la cause de la dégringolade des Ivoiriens », a expliqué le président de la Fic, désabusé.

L’année dernière, la Côte d’Ivoire avait fini 3è au classement général et 2è au classement par équipe avec deux victoires d’étapes. La 24è édition du Tour de Côte d’Ivoire a souligné une régression ivoirienne. Avec un rang de 6è en individuel et celui de 4è au général par équipe. Des contreperformances qui transpirent autant les insuffisances stratégiques des athlètes que l’indifférence de la Côte d’Ivoire. Là où le cyclisme pourrait garder un sourire résigné, c’est qu’il n’est pas seul sur la liste des disciplines abandonnées à leur propre sort. Dans un pays dit « de sport ».

Patrick GUITEY

A lire aussi ...

TOP