Flash Info

  • 13/12/2018Football-CAN 2021: La FIF indique convoquer la CAF devant le TAS pour avoir rétribuer la compétition au Cameroun
  • 13/12/2018Football-CAN 2019: L'Egypte est officiellement candidate pour organiser la compétition
  • 12/12/2018Handball-CAN 2018 Dame: L'Angola bat la Sénégal en finale sur le score de 19-14
  • 12/12/2018Football-CAN 2019: Le Maroc ne sera pas candidat pour remplacer le Cameroun (officiel)
  • 12/12/2018Handball-CAN 2018 Dame: Le Congo bat le Cameroun (33-22) en match pour la 3è place et se qualifie pour la Coupe du Monde
  • 11/12/2018Football-International: Yaya Touré résilie son contrat à l'amiable avec l'Olympiakos (officiel)
Autres Sports
Auto-Moto

Bandama 2018: « Je suis là pour gagner ! »

23 February 2018 0

Là où tous ou presque affichent du plaisir ou l’envie de découverte, Gary Chaynes lui n’a pas perdu le goût de la compétition, de la victoire. Pour ce 44è Bandama, le coureur à la nationalité peu évidente pour les medias (tantôt française, tantôt ivoirienne), n’entend pas laisser le haut du podium à ses adversaires, quoiqu’exceptionnels également.

A la conférence de presse d’avant la “Super-Spéciale“, il était le plus chaud, face à la provoc de Stéphane Peterhansel. Gary Chaynes, “fou du volant“ ne baisse pas la garde micro en main. S’il s’annonce « à 100% mentalement et physiquement », ce n’est pas la concurrence de Soumahoro Moriféré ou de Fané Bakary qui sèche son ambition. «Nous sommes venus pour gagner », a-t-il clamé. Mais en face, il sait qu’il y aura du répondant dans les roues de sa Mitsubishi Evo 10. Et s’il le reconnait il affirme que son premier adversaire sera dans son propre camp.  « Nous sommes notre propre adversaire », a-t-il expliqué tout en oubliant les autres facteurs qui pourraient trahir ses ambitions. « La route, la mécanique ». Il faudra croiser les doigts pour que dimanche, dernière journée de course, vrombisse aux couleurs de son équipage qu’il compose avec Didier Le Borgne.  

La Course, c’est Gary Chaynes qui l’ouvrira aux pieds de la Fondation Félix Houphouët-Boigny, pas loin de l’Hôtel Président où toutes les voitures, ou presque, sont passées à la vérification technique. Selon Alain Ambrosino, président de la Fédération ivoirienne de sport auto (Fisa), la Mistsubishi Evo 9 de l’équipage Pascal Brossier-Barbary Alexandre est restée à quai. Déjà des problèmes de moteurs que craignent l’ensemble de concurrents de la 44è édition du Rallye Bandama ouvert du 23 au 25 février 2018, à Yamoussoukro.

Patrick GUITEY

à Yamoussoukro

 

A lire aussi ...

TOP